Nançay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Nancy.
Nançay
Le radiotélescope.
Le radiotélescope.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Vierzon
Canton Aubigny-sur-Nère
Intercommunalité Communauté de communes Les Villages de la Forêt
Maire
Mandat
Jacques Prévost
2014-2020
Code postal 18330
Code commune 18159
Démographie
Population
municipale
888 hab. (2014)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 02″ nord, 2° 11′ 43″ est
Altitude Min. 112 m – Max. 163 m
Superficie 106,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte administrative du Cher
City locator 14.svg
Nançay

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Nançay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nançay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nançay

Nançay est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située au sud de la Sologne et au nord-est de Vierzon.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Salbris Souesmes Presly Rose des vents
Theillay N
O    Nançay    E
S
Orçay Vouzeron Neuvy-sur-Barangeon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom apparaît la première fois en 1010 (actes de l'abbé Engilbert) sous la forme Nanciacos, puis Nanciacum en 1239[1] (homonyme de la ville de Nancy). Il est construit sur le nom de personne gaulois Nantios avec le suffixe locatif d'origine gauloise -aco et signifie "le domaine de Nantios"[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire appartient successivement au comté de Sancerre puis au domaine de la maison de La Châtre. Jeanne d'Arc y passa, laissant son nom à la Fontaine pucelle.

Son château date du XVe siècle et a été reconstruit durant la Renaissance.

Le village est parfois appelé le « Saint-Trop' » de la Sologne, en référence à nombre de personnalités habitant dans ses environs[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Patrice Pinguet    
mars 2001 mars 2008 Élie Piquois de Montenay    
mars 2008 2014 Patrice Pinguet    
2014 en cours
(au 27 septembre 2014)
Jacques Prévost[4] DVD Ingénieur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 888 habitants, en augmentation de 0,45 % par rapport à 2009 (Cher : -0,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 024 934 793 1 070 1 052 1 086 1 047 1 105 1 081
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 050 1 060 1 111 1 152 1 157 1 205 1 264 1 357 1 306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 367 1 374 1 351 1 135 1 044 950 943 930 773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
768 753 698 748 784 738 855 879 888
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Nançay.
  • La station de radio-astronomie, avec le grand radiotélescope inauguré par radiohéliographeCharles de Gaulle en 1965, le [10] (47 antennes de 5 m de diamètre), le réseau décamétrique (144 antennes sur 10 000 m²), ainsi qu'une station LOFAR. Le terrain a été choisi en 1953 par l'École normale supérieure en raison de sa taille, de sa relative proximité de Paris et de l'absence de tissu industriel pouvant générer des parasites.
  • Le Pôle des Étoiles accueille les visiteurs curieux d'en savoir plus sur l'astronomie. Le site comporte des installations pédagogiques, un planétarium de 40 places, des expositions et propose des visites guidées de la station de radioastronomie.
  • L'église Saint-Laurian, construite en 1624, rebâtie au XIXe siècle après qu'elle fut détruite par un incendie.
  • Le château de Nançay. Château d'origine XIIe s., rebâti sur des fondations du XVe s., au XVIe s. pour la famille de La Châtre, puis en 1855 pour Léon Pépin Le Halleur, manufacturier de porcelaine à Vierzon, qui entreprit une restauration néo XVIe s., suivant les dessins exécutés par Georges Rouget au cours de sa démolition. Dans les bâtiments d'exploitation du château de Nançay, Galerie Capazza, galerie internationale d'art contemporain créée en 1975 par Gérard et Sophie Capazza. Les façade, côtés et toitures du château de Nançay et des communs, l’escalier intérieur monumental situé dans l’aile Sud du château, sont inscrits sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : arrêté du 9 juillet 1986.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Les sablés, biscuits créés en 1953 sur une erreur de recette par Jacques et Albert Fleurier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 489.
  2. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, éditions Errance, , 383 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), page 203.
  3. Bardon G, La Sologne : un nid de "People" ?, Le Petit Solognot, été 2010, p4-11
  4. Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 27 septembre 2014).
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. radiohéliographe