Renée Simonot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Renée Simonot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de Seine-Port (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Renée Jeanne DeneuveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Conjoint
Maurice Dorléac (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Renée-Jeanne Deneuve, dite Renée Simonot ou Renée Dorléac[a], est une comédienne et centenaire française née le au Havre et morte le à Paris 13e.

Elle a principalement travaillé au théâtre et dans le domaine du doublage, notamment comme voix française d'Olivia de Havilland, de Judy Garland, ou encore de Winona Ryder (âgée) dans Edward aux mains d'argent.

Elle était mariée au comédien Maurice Dorléac, avec qui elle eut trois filles : les actrices Françoise Dorléac, Sylvie Dorléac et Catherine Deneuve. Par cette dernière, elle est la grand-mère de l'acteur Christian Vadim et de l'actrice Chiara Mastroianni.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Renée-Jeanne Deneuve naît en 1911 au Havre, 9, rue Guillaume-le-Conquérant, de Joseph-Sévère Deneuve, sellier, et d’Antoinette-Jeanne Schenardi, sans profession[1].

Carrière théâtrale[modifier | modifier le code]

Bien que n'ayant jamais pris de cours de théâtre[2], elle fait ses débuts de comédienne au théâtre de l'Odéon en 1918, à l'âge de 7 ans, dans un petit rôle de l'opéra-comique Les Cloches de Corneville[3]. Elle choisit le nom de scène de Simonot, en hommage à un artiste lyrique, ami de sa mère, qui la parraine dans le métier[4]. Elle joue également Cosette dans Les Misérables d'après Victor Hugo ou Marie dans La Mare au diable d'après George Sand.

Elle est officiellement engagée à ses dix-huit ans par Firmin Gémier (1863-1933), qui a pris la direction du théâtre en 1921. Elle s'y produit jusqu'à ses 35 ans, tenant les emplois de jeune première, paraissant également au Théâtre national populaire que Gémier dirige parallèlement au palais du Trocadéro. Avec la troupe, elle participe à une tournée mondiale qui passe notamment par le Brésil[2].

Doublage[modifier | modifier le code]

Renée Simonot est l'une des premières comédiennes à faire du doublage, dès le début du cinéma parlant en 1929. Comme elle le raconte, elle double « toujours des ingénues ou des jeunes premières, comme au théâtre »[2]. À partir des années 1930, elle prête ainsi sa voix à Olivia de Havilland[4],[5], Sylvia Sidney, Judy Garland ou encore Esther Williams.

Elle cesse ses activités de comédienne en 1946, après la naissance de sa quatrième fille[6] ; la tuberculose qu'elle contracte en 1951 et qui la conduit à fréquenter un sanatorium joue aussi dans sa décision[2]. Néanmoins, elle poursuit son activité de doublage jusque dans les années 1990.

Mort[modifier | modifier le code]

Renée Simonot meurt le à l'âge de 109 ans dans le 13e arrondissement de Paris[7]. Elle fut, après le décès d'Yvette Lebon en 2014, la doyenne des actrices et acteurs du monde[8], devant la Belge Sabine André (née en 1913) et l'Américaine Marsha Hunt (1917-2022). Ses obsèques ont lieu le à l'église Saint-Sulpice de Seine-Port, suivies de l'inhumation dans le caveau familial au cimetière de cette même ville[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1930, Renée Simonot est la compagne du comédien Aimé Clariond avec qui elle a une fille, Danielle, en 1936[2] ou en 1937[10], mais qu'elle quitte rapidement avec sa « fille dans les bras »[4]. Elle le décrit comme un « homme charmant mais on ne pouvait pas compter sur lui »[2].

Dans le cadre de son activité de doublage, elle fait la connaissance de Maurice Dorléac, comédien et directeur de plateau[b] pour la MGM, qui lui « faisait la cour sans l'avouer[4] ». Elle l’épouse le [1] ; ils ont ensuite trois filles : Françoise en 1942, Catherine en 1943 et Sylvie en 1946[10]. Elle est veuve à partir de 1979[2].

Sa fille Catherine, connue sous le nom de Catherine Deneuve, dans un entretien publié par M, le magazine en 2012, évoque sa mère en ces termes : « C'est incroyable, oui : ma mère a 100 ans ! Bientôt 101. Elle vit seule chez elle, joue au bridge, porte des lunettes mais conserve une très bonne ouïe et une tête formidable. C'est assurément une image réconfortante de la vieillesse. Je me dis que, question énergie, on doit tenir pas mal de ma mère, mes sœurs et moi ! […] Elle a été comédienne très jeune, elle a même joué enfant au théâtre et fut doyenne de l'Odéon à 30 ans. Et puis elle s'est arrêtée de travailler à la naissance de sa troisième fille[c]. C'est un gros truc que d'élever quatre enfants. D'autant qu'elle nous a laissées assez libres[6]. » En 2013, elle déclare au Parisien : « Ma vieillesse n'est pas triste. » Dans la seconde moitié des années 2010, elle intègre une maison de retraite mais, comme le raconte Catherine Deneuve, « elle n'est pas malade »[2].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Les dates correspondent aux sorties initiales.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

ainsi que

Long métrage d'animation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du nom de son mari, Maurice Dorléac, épousé en 1940.
  2. Responsable de la direction artistique des doublages.
  3. Il s'agit en fait de sa quatrième fille, la troisième fille qu'elle a eue en 1946 avec Maurice Dorléac (la plus jeune sœur de Catherine Deneuve), puisqu'elle est restée vingt-huit ans à l'Odéon, soit de 1918 à 1946.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Acte de naissance no 2755 (vue 202/533), registre des naissances de l'année 1911 (2e partie) pour la ville du Havre : avec mention marginale de son mariage », sur archivesdepartementales76.net, Archives départementales de la Seine-Maritime.
  2. a b c d e f g et h « La comédienne Renée Dorléac, mère de Catherine Deneuve, est morte à 109 ans », sur France Télévisions, (consulté le ).
  3. Hélène Graffeuille, « Catherine Deneuve : pourquoi sa mère Renée Simonot avait-elle changé de nom ? », sur closermag.fr, .
  4. a b c et d Jean-Noël Mirande, « Renée Dorléac ou la traversée du siècle », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  5. « Interview de Renée Simonot », sur objectif-cinema.com, Objectif Cinéma (consulté le ).
  6. a et b Annick Cojean, « Je n'ai aucune envie de jouer une grand-mère modèle : interview de Catherine Deneuve », sur M, le magazine, (consulté le ), p. 46-51.
  7. Insee, « Acte de décès de Rénée-Jeanne Deneuve », sur MatchID
  8. « La doyenne des acteurs de Hollywood célèbre aujourd'hui ses 104 ans », sur 5minutes.rtl.lu, (consulté le )
  9. « Renée Dorléac, mère de Catherine Deneuve, a été inhumée en Seine-et-Marne », sur actu.fr, (consulté le )
  10. a et b « Les secrets d'alcôve sur Catherine Deneuve », sur BFM TV, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres liens[modifier | modifier le code]