Beaunotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beaunotte
Beaunotte
L'église de la Nativité et Saint-Pierre, en haut du village.
Blason de Beaunotte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Michaël Caplet
2020-2026
Code postal 21510
Code commune 21055
Démographie
Gentilé Beaunottais
Population
municipale
15 hab. (2019 en diminution de 28,57 % par rapport à 2013)
Densité 1,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 48″ nord, 4° 42′ 25″ est
Altitude Min. 292 m
Max. 423 m
Superficie 8,5 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Châtillon-sur-Seine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaunotte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaunotte
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Beaunotte
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Beaunotte

Beaunotte est une commune française située dans le canton de Châtillon-sur-Seine du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21055.png

Le territoire de la commune s'étend en longueur sur 8,50 km2 selon une direction sud-ouest / nord-est sur le plateau du Duesmois. Le val de la Coquille le coupe d'est en ouest en y décrivant une courbe vers le nord. Le village est installé juste avant cette courbe, à la confluence du ruisseau de Banlot. Le territoire comprend au sud la pointe de la colline formée par la confluence de la Coquille et du Revinson avec un plateau sur ses hauteurs, et au nord une part du plateau qui va rejoindre le val du Brévon sur les communes voisines. Le fond des vallées est occupé par des prairies à pâturage, l'agriculture est pratiquée plutôt sur les hauteurs bien ensoleillées ; les bois couvrent les versants des combes et des cours d'eau et au nord, le sommet de la colline où se trouve le point culminant de la commune (422 m). Le point de rencontre des deux rivières en limite de commune est le point le plus bas à 293 m. La route départementale 901 suit le cours de la Coquille, elle est une variante de la D.971 qui relie Troyes à Dijon et qui était souvent empruntée par les poids lourds qui voulaient éviter les fortes pentes vers Saint-Seine-l'Abbaye avant que ne soit construite l'autoroute A5. Le village se situe sur cette route et au bout de la D.16 qui va rejoindre au nord Châtillon-sur-Seine, en passant par la forêt éponyme.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Dans le village de Beaunotte, la Coquille[1] est à 7 km de sa source et à 3 km de sa confluence avec la Seine, elle reçoit ici en rive droite le ruisseau de Banlot[2] qui finit son cours d'un kilomètre depuis sa source dans la combe de la Goulotte. Avant de rejoindre la Seine, elle reçoit en rive gauche le Revinson[3] qui délimite la commune au sud sur environ 2 km, jusqu'aux anciennes forges de Tarperon qui marquent sa confluence après sa division en deux bras (dont l'un rejoint la Coquille sur la commune voisine de Quemigny-sur-Seine). En période de crue les prairies en rive de rivières peuvent être marécageuses et alimenter des rigoles de drainage. Il n'y a pas de cours d'eau descendant des plateaux, le sol calcaire de cette région conduit généralement les eaux de pluie en sous-sol vers des exsurgences situées dans les versants comme la source de la Goulotte, certaines sont captées pour des besoins domestiques.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hameaux détachés du village : Tarperon (château et moulin).
  • Habitat ou bâti écarté : grange de Dame-Barbe.
  • Lieux-dits d'intérêt local : rue de Banlot, bois des Mas, cote du Moulin, côtes du Revinson.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Meulson Mauvilly Rose des vents
N Aignay-le-Duc
O    Beaunotte    E
S
Quemigny-sur-Seine

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Beaunotte est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (67,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,6 %), forêts (32,2 %), prairies (11,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Beaunotte est traversée par la départementale 901, qui relie la route départementale 971 à Is-sur-Tille à partir de Saint-Marc-sur-Seine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La fouille de tumulus sur les côteaux dominant Tarperon atteste d'une occupation ancienne.

Beaunotte, dont le nom apparaît dans les textes en 1150, faisait partie sous l’Ancien Régime de la seigneurie de Mauvilly

Au Moyen Âge le village dépend du seigneur de Mauvilly. Implanté au débouché dans la vallée de la Coquille du ruisseau de Banlot, à la source duquel il semble devoir son nom, il ne fut jamais une paroisse : son église, dont les parties les plus anciennes datent des XIe et XIIe siècles, était une succursale de celle d’Aignay-le-Duc. Elle est placée sous le vocable de la nativité de la Vierge. C’est auprès d’elle que s’est implanté l’habitat primitif, hors de la zone inondable, à proximité du chemin reliant Aignay à Meulson.La mairie résulte de la transformation, en 1881, de l’ancien presbytère.Les deux lavoirs ont été bâtis respectivement en 1822 et 1901.

Sur la rive gauche de la Coquille l’abbaye du Val des Choux possédait dès le XIIIe siècle deux moulins. L’un d’eux, totalement reconstruit à plusieurs reprises, a cessé de fonctionner en 1991. Dans son voisinage est né tardivement un second groupe d’habitations formant comme un hameau distinct qui porte le nom de Serre.

Beaunotte, comme Aignay est un village de tisserands et dispose d'un moulin et d'une forge jusqu'à la fin du XIXe siècle[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements adminsitratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Beaunotte appartient :

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 2002 ? Bernard Tilquin DVD  
? En cours Daniel Vignier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2019, la commune comptait 15 habitants[Note 2], en diminution de 28,57 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
192200182161168173158160158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
132127122124123116125123103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
919097746164587273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
524046463727222121
2018 2019 - - - - - - -
1615-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population, composée essentiellement de tisserands, atteignit l’effectif de 200 personnes à la fin du XVIIe s., puis, après une longue période de misère, à nouveau en 1801. Depuis cette date elle n’a cessé de décroître. En 2006 la population est de 22 habitants, dont trois exploitants agricoles céréaliers, l’un élevant des vaches laitières, un autre des chevaux haflingers. Les autres activités sont : un carrier, un récupérateur de fers et métaux, un restaurant.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Beaunotte.

En 2016, la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, elle compte 10 monuments ou édifices[16] et 15 objets[17] répertoriés à l'IGPC (inventaire général du patrimoine culturel).

  • Plusieurs croix et plusieurs maisons anciennes sur la commune sont répertoriés à l'IGPC;
  • L'église de la Nativité et Saint-Pierre qui date partiellement du XIIIe siècle renferme une Vierge à l'Enfant en bois polychrome[18] et un saint Barthélémy en pierre polychrome[19], tous deux du XVIIIe;
  • Moulin Jolimet-Renard, important site du patrimoine industriel dont on trouvera une description précise sur la fiche IGPC[20];
  • Mairie-école du XIXe s.[21];
  • Lavoir couvert sur le Banlot[22];
  • A Tarperon l'ancienne forge est devenue un manoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au chef échiqueté d'argent et de sinople[24].

Le chef échiqueté d'argent et de sinople évoque les carrières ouvertes dans la végétation.

L'azur évoque l'eau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0020600) ».
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0028000) ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (F00-0400) ».
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. René Paris 1986, p. 3.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. « Liste des lieux et monuments de la commune de Beaunotte à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Liste des objets de la commune de Beaunotte à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. Notice no IM21005186, base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. Notice no IM21005189, base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. Notice no IA21003398, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Notice no IA00054320, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Notice no IA00054321, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Hervé Colombet, La Bourgogne d'Albert Colombet, revue « Pays de Bourgogne » n° 200 de juillet 2003, pp. 10-12.
  24. Beaunotte sur free.fr. Consulté le 11 décembre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]