Moutiers-Saint-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moutiers-Saint-Jean
Moutiers-Saint-Jean
Tympan du portail de l'abbaye Saint-Jean de Réome.
Blason de Moutiers-Saint-Jean
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Montbardois
Maire
Mandat
Vincent Farache
2020-2026
Code postal 21500
Code commune 21446
Démographie
Population
municipale
256 hab. (2021 en augmentation de 4,49 % par rapport à 2015)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 45″ nord, 4° 13′ 15″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 338 m
Superficie 4,96 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Semur-en-Auxois
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montbard
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Moutiers-Saint-Jean
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Moutiers-Saint-Jean
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
Moutiers-Saint-Jean
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Moutiers-Saint-Jean

Moutiers-Saint-Jean est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à 200 mètres d'altitude, à 15,3 km du chef-lieu (Montbard) et 15,5 km de Semur-en-Auxois. Elle est traversée par la route départementale n°1.

Peuplé de 260 habitants, le village est situé dans un vallon créé par le ruisseau (la Réome) entre la plaine de l'Auxois et le plateau du Chatillonnais-Tonnerrois. Région agricole autrefois réputée pour la qualité de sa terre, elle est aujourd'hui dominée par un paysage de bocage se transformant en cultures céréalières intensives et la tradition d'élevage de bovins. La vigne, très présente sur les coteaux avant le phylloxera, a quasiment disparu de la région.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fain-lès-Moutiers Rose des vents
Corsaint N Athie
O    Moutiers-Saint-Jean    E
S
Corsaint

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 816 mm, avec 11,8 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Montbard_sapc », sur la commune de Montbard à 11 km à vol d'oiseau[3], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 853,5 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moutiers-Saint-Jean est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Semur-en-Auxois, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 54 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (45,9 %), terres arables (41,7 %), zones urbanisées (6,3 %), forêts (5,9 %), zones agricoles hétérogènes (0,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village est intimement liée à celle de la puissante abbaye installée en ces lieux à l'époque mérovingienne. Aucun vestige archéologique plus ancien n'a été découvert à ce jour dans le village, qui semble donc être né d'une agglomération nouvelle, au nord du monastère.

Si l'abbaye Saint-Jean-de-Réome a fait l'objet d'études anciennes et plus récentes, les autres éléments du village sont peu documentés.

C'est par une bulle donnée en avril 1164, par le pape Alexandre III, réfugié en France, qu'il confirme la possession de cette abbaye par l'abbaye de Saint-Martin d'Autun[13].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Réome[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Civile, sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Civile, depuis La Révolution[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 M. Robert Grimpret PRG Conseiller général
mars 2014 En cours M. Jean-François Grimpret   Assureur à Venarey-les-Laumes
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2021, la commune comptait 256 habitants[Note 3], en augmentation de 4,49 % par rapport à 2015 (Côte-d'Or : +0,44 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
640575610550516562518481460
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
452445446425411380383345340
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
341331279281250261239236306
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
286315292265250259261246261
2021 - - - - - - - -
256--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Localisation des éléments présents sur la commune et aux environs[modifier | modifier le code]

  • Vestiges paléolithiques et de l'âge du fer trouvés en prospection de surface au XIXe siècle.
  • Voie probablement pré-romaine qui reliait Semur-en-Auxois à Tonnerre et permettait le passage entre deux peuples différents dont la frontière se situait au seuil du plateau. Elle est représentée comme ancienne et importante sur la carte de Cassini au XVIIIe siècle.
  • Au lieu-dit « en Maubais », se trouvent les vestiges d'une « Villa » gallo-romaine du IIe siècle de notre ère.
  • Le bourg regroupe l'abbaye, l'hôpital, l'église et le bourg et ses vieilles maisons défendus par les remparts, (voir détail ci-après).
  • La chapelle du hameau de Saint-Just et la ferme de l'hôpital (XIIIe et XVIe siècles).
  • Une chapelle au lieu-dit Sainte-Marguerite (présente sur la carte de Cassini).
  • La ferme de l'abbaye avec sa grange-halle du XVe siècle.
  • Le pont demandé à la province par le procureur de l'abbaye en 1747 (inscription sur le mur aval).
  • L'ancienne tuilerie active entre le milieu du XIXe siècle et 1950.

Description et éléments chronologiques des ensembles et monuments constituant le bourg[modifier | modifier le code]

Les éléments constitutifs du bourg forment quatre ensembles distincts : l'abbaye dans son enclos, l'hôpital, entouré de murs également, le bourg anciennement fermé de murailles aujourd'hui traversées par de nombreuses extensions et le quartier du « bas du pays » installé sous l'abbaye et l'hôpital. L'église paroissiale, hors les murs, est un point singulier.

L'église paroissiale Saint-Paul

L'église paroissiale de la conversion de saint Paul est bâtie hors les murs. Probablement édifiée à l'emplacement d'un édifice plus ancien, la nef, le bras Nord du transept et la croisée sont romans et restent d'une grande sobriété qui devait contraster avec la richesse de l'abbatiale voisine. Au XIIIe siècle on y adjoint un profond chœur gothique et on surélève le clocher. Le bras sud du transept est complètement remanié au XVIe siècle. Cette église renferme un très riche mobilier en partie issu de l'abbatiale avant sa démolition. On note en particulier la présence des reliques de saint Jean de Réome, fondateur de l'abbaye, plusieurs statues de style bourguignon du XVe siècle, une grande Vierge de l'Assomption du XVIIIe siècle et plusieurs tableaux en très mauvais état.

Le retable latéral nord est consacré à saint Jean de Réome et celui du sud, à saint Antoine le Grand, représenté en bas relief de stuc dans la chapelle aménagée par Antoinette Vaussin de Flandres à partir de 1710 dans la chapelle gothique préexistante.

L'enceinte du bourg

Les murs d'enceinte scandés de tours de défense rondes munies de meurtrières horizontales, ont été construits et renforcés au cours du XVe siècle, à la suite des troubles et pillages dus aux Écorcheurs en 1434, aux Huguenots, en 1567 et aux Ligueurs en 1590. Ils enserrent le vieux bourg et les grandes maisons antérieures aux extensions des XVIIe et XVIIIe siècles.

Cette enceinte, jouxtant celle de l'abbaye et celle de l'hôpital, est conservée en place sur trois tronçons et sa porte sud est encore en place. On en retrouve le tracé complet dans le parcellaire et dans la toponymie (Porte aux Goths au nord).

sans cadre
Les jardins et l'hôtel Cœurderoy

L'hôtel Cœurderoy (à ne pas confondre avec l'hôtel Cœurderoy à Dijon qui appartenait à la même famille) rassemble deux maisons médiévales[18].

Édifiés dans la seconde moitié du XVIIe siècle pour Jean Cœurderoy, maître de requêtes au parlement de Bourgogne, l'aménagement forme un cheminement symbolique vers la lumière. Depuis l'hôtel comportant deux ailes terminées par une façade en rocaille avec fronton et niche, on aperçoit le paysage de la campagne réomoise avec l'enceinte de l'abbaye à droite, l'église paroissiale à gauche et un chêne ancien au centre, précédé d'une niche ouverte en rocaille.

Depuis la terrasse surplombant le chemin de Ronde des fortifications, un escalier descend dans la terre et mène à l'entrée d'un tunnel assez vaste. De part et d'autre, des citernes et peut-être une glacière sont aménagées.

Un dispositif de canaux hydrauliques mal connus conduit l'eau collectée à la sortie du souterrain.

La mise en scène de la pièce dans laquelle on débouche est très soignée, une partie sensiblement trapézoïdale prolongée par un demi-cercle ponctuée d'un bassin et ouverte sur le paysage par trois arcades en rocaille qui ouvrent la composition sur l'espace extérieur.

Lorsque l'on se retourne, une terrasse imposante couvre le tunnel et les parties latérales, des escaliers d'extrémité permettent d'accéder à la tribune, constituée comme une seconde scène avec ses niches en rocaille et les pylônes, probablement garnis de chaînes autrefois, qui bordent l'espace du côté du vide.

En contrebas, une « grotte » (glacière) couverte en laves donne un axe à la composition de bassins et parterres de vergers et autres comestibles une porte à rocaille termine l'axe de la partie inférieure. Comme l'ont montré les recherches archéologiques réalisées en 1993, l'hydraulique du jardin est assez savante et témoigne d'un savoir-faire évident.

Certains auteurs ont fait l'hypothèse d'un architecte proche de Serlio qui œuvrait alors au château d'Ancy-le-Franc.

L'abbaye Saint-Jean-de-Réome
Château Abbaye.

Fondée, selon la tradition, vers 450 par Jean, un fils de nobles patriciens dijonnais, l'abbaye, que l'on dit être la plus ancienne de Bourgogne, fut d'abord installée près de la source de la Réome sur le territoire de la commune actuelle de Corsaint. Il s'agissait alors d'un simple ermitage dans le « désert ».

Elle fut transférée dans son emplacement actuel au cours du VIe ou du VIIe siècle pour commencer une période de grande prospérité qui culminera au XIIe siècle, l'abbatiale est consacrée par l'évêque de Langres en 1177. Il ne reste plus grand-chose de cette époque, mis à part l'iconographie ancienne et quelques morceaux de sculptures éparses, dont certains éléments ornent les musées du Louvre, de Dijon ou les collections américaines.

Les bâtiments actuels datent en majeure partie de la période de reconstruction à la fin du XVIIe siècle, date à laquelle la réforme mauriste fut introduite à Moutiers-Saint-Jean. La grande abbatiale romane, malgré son bon état, fut démolie à la suite de la Révolution et ses pierres réemployées dans de nombreuses constructions alentour.

Dans sa période la plus faste, l'abbaye assurait son autorité sur plus de 22 paroisses, essentiellement dans le département actuel de l'Yonne. Son abbé était très reconnu et écouté, il participait aux différents conciles de l'époque.

Hôpital Notre-Dame

En 1415, Jean Petit Jean d'Anzy, seigneur de Chances-les-Marcigny et de Chamilly en Chalonnais, père de Jean Petitjean, Abbé de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, fait son testament, il est âgé d'environ 70 ans. Il donne: " Item en l'yglise de l'ospital de Moutier fondée en l'oneur et révérence de Nostre Dame Virge, en laquelle plusieurs de mes parens du costé de ma mère sont enseveliz, à cause des quelz et autres affins et amis aussi ensevelis illecques j'ai au dit lieu de l'ospital rantes de blé, d'argent et autres héritages, j'ai donné et donne à la dite yglise ou aux curés et recteurs d'icelle, pour le remêde de mon âme et des miens ilecques ensevelis, demy... monnoie courante, de rente annuelleet aussi le dyesme d'elles ou autres... en une pièce de terre appelée laBerchère-Gruet, assise près de la dite yglise et au long d'un chemein allant de l'yglise à la mote ou fontayne de Gruet, laquelle Berchère estoit exemte de nous payer dyesme, pour ce que le curé et son vicaire seront tenus chascun an, a tel jour que je trépasserai chanter et célébrer chascun sa messe de l'office des mors."[19]

Hôpital Saint-Sauveur

Cet hospice de charité fut fondé à la fin du XVIIe siècle par Claude de Rochechouard-Chandenier, abbé commendataire de l'abbaye, pour soulager les pauvres et les malades des villages dépendant du monastère. Organisé sur les conseils éclairés de son ami saint Vincent de Paul, cet établissement sert actuellement de résidence pour personnes âgées. La façade classique de la fin du XVIIe siècle montre saint Vincent et saint Jean-Baptiste dans des putti à l'italienne, mais l'intérieur a été très modifié dans le troisième quart du XXe siècle. En particulier, le meuble-retable a été enlevé. Les autres bâtiments renferment par ailleurs une pharmacie avec faïences et mobilier, un portrait de Vincent de Paul par Simon François (1660) et une statue de la Vierge à l'Enfant en marbre du XIVe siècle.

L'habitat civil

Le bourg ancien de Moutiers-Saint-Jean conserve, malgré les démolitions, de nombreuses maisons anciennes, notamment sur la grande rue Nord-Sud. La plus ancienne est dans la partie haute. Dénommée depuis longtemps le "grenier de Flandre", cette construction composite présente une façade romane partiellement conservée avec étage à claire-voie sur arcades commerciale au rez-de-chaussée, une grande salle médiévale (Aula) avec une immense cheminée datable du XIVe siècle, sur caves voûtées et piliers moulurés et une extension du XVIIe siècle en partie détruite aujourd'hui.

Le XIVe, le XVe et le XVIe siècle sont bien représentés, en particulier l'hôtel présent au nord de la maison précédente (très transformé) et la propriété qui lui fait face; Ces implantations respectent l'enceinte et sont constituées d'une grande façade et d'une cour avec communs.

Au XVIIe et XVIIIe siècle, des membres de la noblesse de robe s'installent à Moutier, on leur doit des hôtels plus imposants dont les jardins débordent les limites des fortifications devenues obsolètes, notamment l'hôtel Cœurderoy déjà cité, la « Buffonnerie » ou un autre présent plus au Nord portant également des cœurs au portail.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Melot, notaire et tabellion royal, demeurant à Moutiers-Saint-Jean[20]
  • Jacques Antoine Viard (né en 1783 Moutiers-Saint-Jean, mort en 1849 à Pau), ingénieur. Il accompagne Bonaparte en Egypte (un des 167 savants !)
  • Vincent-Nicolas Raverat (né en 1801 à Moutiers-Saint-Jean, mort en 1865 à Paris), peintre

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Moutiers-Saint-Jean Blason
D'azur semé de fleurs de lys d'or[21].
Détails
Armes de l'abbaye Saint-Jean-de-Réome, qui portait les armes pleines de « France ancien ».
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Moutiers-Saint-Jean et Montbard », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Montbard_sapc », sur la commune de Montbard - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Montbard_sapc », sur la commune de Montbard - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Chartre N°18.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  18. Notice no PA00112566, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte N°XIV, supplément.
  20. Baudiau, op. cit., t.III, p.484.
  21. « 21446 Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :