Seigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Seigny
Seigny
Vue depuis le cimetière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Montbardois
Maire
Mandat
Stéphanie Dumont
2020-2026
Code postal 21150
Code commune 21598
Démographie
Population
municipale
174 hab. (2019 en augmentation de 9,43 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 27″ nord, 4° 26′ 05″ est
Altitude Min. 221 m
Max. 395 m
Superficie 7,99 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montbard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montbard
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Seigny
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Seigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seigny

Seigny est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Seigny est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (83,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,6 %), prairies (33,1 %), forêts (13,1 %), zones urbanisées (3,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu s'est appelé autrefois Saigny, et avant cela en latin Saniacum. Une généalogie de la famille des seigneurs de Saigny repose au cabinet d'Hozier à la Bibliothèque Nationale de France à Paris. Cette famille, déjà signalée en 1180, portait pour armes: de gueules à 3 fasces d'argent. Une généalogie simplifiée suit :

  • 1) Robert de Sainte-Colombe, dit de Saigny, épousa vers 1160 Luce, arrière-petite-fille de Valon d'Eringes (pouvant être Valon de Vergy), dont :

- Renier, qui suit en 2 ;

- Jean, mort jeune ;

- Pierre.

  • 2) Renier de Sainte-Colombe dit de Saigny épousa vers 1188 N..., dont :

-Anséric, qui suit en 3 ;

- Renaud, prieur de Grignon et archiprêtre de Touillon.

  • 3) Anséric de Saigny épousa vers 1215 Agnès N..., dont :

- Hervier, qui suit en 4 ;

- Geoffroy dit " le Bègue" ;

- Jean ;

- André dit « Vidoc ».

  • 4) Hervier de Saigny épousa vers 1242 N..., dont:
  • 5) Hue de Saigny qui épousa vers 1269 Marie N..., dont:
  • 6) N... de Saigny marié vers 1296 à N..., dont :
  • 7) N... de Saigny marié vers 1323 à N..., dont :

- Hugues, qui suit en 8A ;

- Jean, qui suit en 8B ;

  • 8A) Hugues de Saigny épousa vers 1350 Marie de Bierry, vicomtesse de Quincy, dame de Quincerot, dont :

- Hue de Saigny, qui suit en 9A ;

- Guyot de Saigny, qui suit en 9B ;

  • 8B) Jean de Saigny, seigneur de Cormaillon, épousa Alix de Diguy, dont :

- Yolande, épouse d'Étienne de Grichaut ;

- Jeanne, épouse de Guienot Bouhot.

  • 9A) Hue de Saigny, vicomte de Quincy par sa mère, baron de Saffres par son second mariage, avait épousé en 1re noces Isabelle de Blaisy et en 2e noces en 1381 Isabelle dame héritière de Saffres. Ils eurent :

- Antoine de Saigny qui suit en 10 ;

- Philbert, mort jeune ;

- Estienne ;

- Catherine, vicomtesse de Quincy par testament de ses parents, qui épousa Huguenin de la Perrière ;

  • 9B) Guyot de Saigny épousa Catherine de Courchamp, dont il eut :

- Anthoine de Saigny.

  • 10) Antoine de Saigny, baron de Saffres, épousa en 1re noces en 1418 Amyote de Marey et en 2e noces Catherine bâtarde de Montbéliard. Il eut également un fils bâtard (de mère inconnue) prénommé Robert. Du premier lit viennent : Pierre qui suit en 11 ; Jean de Saigny qui n'eut pas d'alliance, mais légitima en devant la chambre des comptes de Dijon un fils illégitime aussi prénommé Jean, aussi qualifié écuyer, et qu'il eut d'une femme mariée nommée Bonnote ; Anne de Saigny qui épousa le 12/03/1459 Bernard de Bruillard écuyer fils d'Erard seigneur d'Aisanville et d'Arcy sur Qûre et de Philippine de Digoine ; Jeanne de Saigny qui épousa le Jofrey de Bruillard, frère de Bernard précité ; Marie de Saigny qui épousa le Estienne de Ruffey fils de Nicolas et de Jeanne Perron dame d'Aubigny ; Philberte de Saigny qui épousa le Nicolas du Val seigneur du Val et du Boulet.
  • 11) Pierre de Saigny, baron de Saffres, naquit vers 1415. Il était seigneur de Marey-sur-Tille, Fontaines en partie, Mousson en partie. Il avait épousé le Roline de Choiseul, fille de Guillaume seigneur de Clémont, et de Jeanne de Chastelet. Pierre de Saigny fit son testament le . Les époux laissèrent : Isabelle de Saigny, Anne qui épousa le Warin de Saint Baussant ; Jeanne l'aînée, qui épousa le Gérard de Chapples ; Jeanne la puînée, 24e abbesse du monastère du Puy d'Orbé ; Marguerite, abbesse de Saint-Julien-d'Auxerre ; Guillemette, prieure de Saint-Julien-d'Auxerre et Marie de Saigny, qui épousa Othenin de Cleron, chevalier, gouverneur des villes et château de Taillant, fils de Simon (chambellan de Louis XI) et de Jeanne de Dompré. La baronnie de Saffres et la terre de Saigny seront léguées par testament de Pierre de Saigny aux époux Cléron-Saigny. Cependant Pierre de Saigny avait eu, avant son mariage avec Roline de Choiseul, un fils naturel prénommé Gabriel, qui fut légitimé devant la chambre des comptes de Dijon en , soit 3 mois après la rédaction du testament de son père. On ignore ce qu'il est devenu et s'il eut descendance.

(Voir aussi à la rubrique SAFFRES de Wikipedia)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   M. Jean Comparot    
Les données manquantes sont à compléter.

Monsieur Jean Villarmet.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2019, la commune comptait 174 habitants[Note 3], en augmentation de 9,43 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
430310423367320317308506309
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
311306294285269272302279259
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
294231203198190187169185213
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019
181170164164152159163173174
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un projet éolien est en développement sur le territoire de Seigny depuis 2013. En 2016, lorsque l'entreprise ABO Wind dépose la demande d'autorisation, une campagne de financement participatif est lancée sur la plateforme Lendosphere[12].

Cette demande d'autorisation a donné lieu à un refus par arrêté du préfet de Côte-d'Or le . Parmi les motifs du refus, sont soulignés les impacts sur le paysage proche et environnant, caractérisé par des lieux de haute valeur patrimoniale et touristique (dont le site archéologique d'Alésia et le Parc Buffon). Après une suspension de cette décision en référé, le développeur ABO Wind en fait appel devant le Conseil d'État en 2017[13].

Par ailleurs des recherches menées (par l'association "Vivre à Seigny") sur des implantations conduites par la même entreprise (et d'autres) en Allemagne indiquent au moins - parmi plusieurs problèmes- un litige important avec des associations écologistes soucieuses de la protection des forêts et des lignes paysagères. D'autre part, la valeur des participations financières semble très vulnérable à la conjoncture économique et à l'évolution des opinions quant au rendement énergétique réel et surtout à la dépendance reconnue de cette industrie aux apports en énergie d'origine carbonée pour pallier les périodes sans vent. Enfin, les demandes d'implantation de parcs éoliens directement proposées aux élus locaux paraissent souvent favoriser une désorientation de la vie démocratique communale.[réf. nécessaire]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Prix à Seigny.
  • Église paroissiale Saint-Prix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  12. Damien Renoulet, « Seigny : le projet d’un parc éolien a le vent en poupe », sur bienpublic.com, (consulté le ).
  13. Damien Renoulet et Christelle Pommeret, « Seigny : nouveau rebondissement pour le projet de parc éolien », sur bienpublic.com, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :