Brazey-en-Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Brazey-en-Morvan
Brazey-en-Morvan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Arnay-le-Duc
Intercommunalité Pays d'Arnay-Liernais
Maire
Mandat
René Margerie
2014-2020
Code postal 21430
Code commune 21102
Démographie
Population
municipale
138 hab. (2015 en diminution de 14,29 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 26″ nord, 4° 17′ 25″ est
Altitude Min. 415 m
Max. 537 m
Superficie 17,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Brazey-en-Morvan

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Brazey-en-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brazey-en-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brazey-en-Morvan

Brazey-en-Morvan est une commune française située dans le canton d'Arnay-le-Duc du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Brazey se situe dans le massif du Morvan.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Montot, la Coperie, la ferme de Nantille

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Liernais Censerey Rose des vents
Blanot N Vianges
Bard-le-Régulier
O    Brazey-en-Morvan    E
S
Villiers-en-Morvan

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Religieuse[modifier | modifier le code]

Civile[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2010 Paul Morin    
juillet 2010 en cours René Margerie   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2015, la commune comptait 138 habitants[Note 1], en diminution de 14,29 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443 466 449 536 596 562 527 529 546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
552 529 503 518 477 540 480 433 413
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
391 398 384 325 310 293 294 259 222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
224 225 204 162 158 156 166 167 141
2015 - - - - - - - -
138 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Marguerite
  • Château
  • Château de Montot

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François de La Grange, journaliste et animateur de télévision.
  • Jules Roy, écrivain.
  • L'abbé Philibert Delniau, ancien curé de Brazey-en-Morvan, mis à mort à Autun en 1624 pour faits de sorcellerie[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Association ALEGRIA depuis 1979

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. L'abbé Delniau fut appelé au château de Brandon par Charles de Montessus, seigneur du lieu. Celui-ci, en difficulté avec des créanciers, avait eu l'idée de répandre la rumeur d'un trésor dissimulé dans le château et avait donné à sa demeure une renommée des plus sinistres, au point que, effrayé lui-même de la terreur qu'il avait suscité, il s'avisa de demander à l'abbé Philibert Delniau, prêtre de Marcheseuil et curé de Brazey-en-Morvan, qui s'adonnait à la magie noire et à la sorcellerie, de venir conjurer les esprits. Une tâche dans laquelle il échoua. Charles de Montessus s'adressa alors aux chanoines d'Autun, qui lui déléguèrent un docteur en théologie qui ne tarda pas à découvrir les preuves démoniaques de son prédécesseur et le livra à la justice. Le 6 avril 1624, l'abbé Delniau fut « dégradé publiquement en l'église Saint-Lazare par le révérend évêque dudit Autun des dignités de l'Église ». Son procès se termina le 17 avril suivant : condamné à être pendu et brûlé, il fut exécuté peu après sur la place du Champ de Mars d'Autun, âgé de 70 ans. Source : Le château et les seigneurs de Brandon, Mémoires de la Société éduenne, tome 28. Une pièce du château de Brandon, dans la partie supérieure de la tour abritant la chapelle (à laquelle on n'accède que par le chemin de ronde), garde le souvenir de ce prêtre : la « chambre de l'abbé Delniau », dans laquelle figurent différents dessins géométriques qui lui sont attribués ainsi qu'une curieuse cheminée dont l'extrêmité supérieure de l'un des jambages, sur lequel repose la tablette, a la forme d'une tête de bouc. Source : La chambre de l'abbé Delniau, article de J. de Masin paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 17 (mars 1973), pp. 15.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :