Grancey-sur-Ource

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grancey-sur-Ource
Grancey-sur-Ource
L'église du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Roland Gérard
2014-2020
Code postal 21570
Code commune 21305
Démographie
Population
municipale
206 hab. (2016 en diminution de 3,29 % par rapport à 2011)
Densité 8,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 31″ nord, 4° 35′ 19″ est
Altitude Min. 190 m
Max. 347 m
Superficie 23,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Grancey-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Grancey-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grancey-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grancey-sur-Ource
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grancey.

Grancey-sur-Ource est une commune française située dans le nord du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21305.png

La superficie de Grancey est de 23.94 km² situés à une altitude moyenne 210 mètres. La commune compte 218 habitants (2012). C'est la commune la plus septentrionale du département de la Côte-d'Or et elle est frontalière de l'Aube.

Avec ses voisines Gomméville, Autricourt et Riel-les-Eaux, son territoire se situe en tampon entre les appellations viticoles de Bourgogne au sud et celle de Champagne au nord.

L'Ource à Grancey

Hydrograhie[modifier | modifier le code]

Grancey est traversée par la rivière l'Ource. Celle-ci prend sa source sur le plateau de Langres près de Poinson-lès-Grancey à l'extrême sud du département de la Haute-Marne[1]. Elle quitte la Côte-d'Or à Grancey pour se jeter dans la Seine à Bar-sur-Seine dans le département de l'Aube.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Depuis Troyes ou Dijon la commune est accessible par la RD 971 respectivement à partir de Mussy-sur-Seine ou de Charrey-sur-Seine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Essoyes
(Aube)
Verpillières-sur-Ource (Aube) Cunfin
(Aube)
Rose des vents
Mussy-sur-Seine
(Aube)
N Autricourt
O    Grancey-sur-Ource    E
S
Charrey-sur-Seine

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les plus anciens vestiges médiévaux connus proviennent d'une nécropole mérovingienne située dans le secteur du Tomoy.

Dépendant du comté de Champagne, bailliage de Chaumont, et de l'évêché de Langres, la paroisse de Grancey était un prieuré de l'abbaye de Molesme jusqu'au XIVe siècle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Du XVIe au XVIIIe siècle le prieuré Notre-Dame du val des Dames, qui semble être à l'origine un couvent de religieuses, est un lieu de pèlerinage[2].

Le foulon de l'abbaye, transformé en forge en 1655, est à l'origine du développement industriel de Grancey, filiale de la compagnie des forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons. Ajouté au moulin, à la tuilerie et aux nombreux artisans dont beaucoup de tisserands, cette usine permet alors à 1 200 habitants de vivre sur la commune[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Gérard Roland    
mars 2001 mars 2008 Michel van Hecke    
Les données manquantes sont à compléter.

Grancey-sur-Ource appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 206 habitants[Note 1], en diminution de 3,29 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7067568189941 0129831 0541 1001 013
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0081 086956887856815777700658
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
624588494396402332347305324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
348316282253237213203202218
2016 - - - - - - - -
206--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Assomption, construite en 1837, est remarquable par son architecture atypique à façade néo-classique en portique dorique. Dans la région, elle est à rapprocher de celles de Voulaines-les-Templiers et d'Ampilly-le-Sec construites toutes deux entre 1827 et 1830 par le même architecte, Simon Tridon. Commencée par Tridon, elle est terminée par Roze-Couturier. Classée monument historique en 1994[8] elle renferme des statues en bois polychrome du XVIIIe siècle dont un saint Vncent et 3 grandes toiles de Charles Ronot[9].
  • Chapelle de Beauregard (chapelle d'action de Grâce élevée par les habitants en 1872 : "Ils m'ont établie gardienne des habitants de Grancey"). Un soldat prussien ayant trouvé la mort dans la commune en 1870, les habitants ont décidé de construire ce monument si le village évitait les représailles des Prussiens[10].
  • Ermitage du Val des Dames (lieu chargé d'histoire et de légendes)[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs livres sont édités par l'Association des amis du Châtillonnais :

  • n°64 Monographie de Grancey-sur-Ource (O. Gallimard 1888)
  • n°40 Christiane Goyard-Pluyaut, C'est un village de France, il a nom : Grancey-sur-Ource (1992).
  • n°51 Christiane Goyard-Pluyaut et Michel Diey Les évènements de 1944 lors de l'attaque du Maquis Montcalm, dans la région de Grancey-sur-Ource et Mussy-sur-Seine (1994.)
  • n°120 Christiane Goyard Pluyaut, Sur les bords de l'Ource (1997)
  • n°216 Alfred Goyard et Christiane Goyard Pluyaut, Mémoires de guerre (1914) (2007)
  • n°244 Christiane Goyard Pluyaut, Le général Paul Guichard (1887-1973) (2010)
  • n°262 Christiane Goyard Pluyaut, Les curiosités de Grancey-sur-Ource, no 262, 2012
  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Anbe, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :