Douix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douix (homonymie).
Douix
Illustration
Caractéristiques
Longueur 0,1 km
Bassin ? km2
Bassin collecteur Seine
Débit moyen 0,6 a 3 m3/s (Châtillon-sur-Seine)
Régime pluvial
Cours
Source Exsurgence de la Douix
· Localisation Châtillon-sur-Seine
· Coordonnées 47° 51′ 35″ N, 4° 34′ 46″ E
Confluence Seine
· Localisation Châtillon-sur-Seine
· Coordonnées 47° 51′ 37″ N, 4° 34′ 41″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Bourgogne-Franche-Comté
Principales localités Châtillon-sur-Seine

La Douix ou Douix de Châtillon est une abondante exsurgence à l'origine d'une courte rivière du même nom qui alimente le cours supérieur de la Seine. Elle est située à Châtillon-sur-Seine dans le nord de la Côte-d'Or.

Hydrogéologie et plongée souterraine[modifier | modifier le code]

La Douix à l'étiage estival.
La Douix à l'étiage estival.

La Douix est liée au réseau karstique du plateau de calcaire bathonien du Châtillonnais, entre la vallée de l'Ource et celle de la Seine. Ce réseau météoritique (alimenté par les précipitations) est peut-être alimenté en partie par des pertes de l'Ource.

Les exsurgences de la Laigne et de la Fontaîne des abîmes[1] à Montliot-et-Courcelles relèvent du même réservoir hydrogéologique.

L'exsurgence débouche d'un imposant porche creusé dans une petite falaise calcaire avec un débit important et régulier, variant entre 0,6 et mètres cubes par seconde[2].

Des explorations en plongée ont permis de remonter sur plus de 200 mètres le cours de la rivière souterraine mais ont été bloquées par des éboulements[3].

À cet endroit du haut cours de la Seine, le débit de la Douix est parfois plus important que celui de cette dernière dans laquelle elle se jette après moins d'une centaine de mètres, de telle sorte qu'elle a parfois été considérée comme étant sa source.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Douix est caractéristique du nord du département de la Côte-d'Or[4], en particulier du Châtillonais, où il désigne une anfractuosité rocheuse[Note 1]. Ce vocable qui n'est pas attesté avant l'an mil dérive d'après Armand Viré[5] de la forme celtique ardoux signifiant « la fontaine » ou « la source » et selon Paul Lebel[4] il est à rapprocher de dhuys en Champagne, deuille en Meuse, doye en Franche-Comté, doua en Lyonnais. A noter que la divinité gauloise associée aux eaux souterraines se nomme Divona.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Cette source a été un lieu de culte celtique, notamment de la divinité topique Divona, dès le Hallstatt moyen, comme l'attestent les quelque 350 fibules de fer et de bronze trouvées en 1996 lors de l'assèchement par pompage pour explorer le site. La tradition s'est perpétuée jusqu'au XVIIIe siècle car l'on a retrouvé de nombreuses épingles de cette époque.

Les fouilles ont également permis la découverte d'environ 40 ex-votos gallo-romains sous forme de sculptures en calcaire (exposées aujourd'hui au Musée du Pays Châtillonnais à Châtillon-sur-Seine).

Avec la christianisation, la source a été placée sous le patronage marial, une statue de la Vierge Marie étant disposée dans une niche aménagée dans la falaise. Toutefois aucun vestige médiéval n'a été découvert jusqu'ici sur le site[4] qui fait toujours l'objet d'investigations spéléologiques[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Les douix[modifier | modifier le code]

Si la Douix désigne communément la source de Châtillon-sur-Seine, c'est aussi un nom générique pour désigner les exsurgences les plus importantes des plateaux karstiques de Langres et du Tonnerrois. Ainsi dans le Châtillonnais :

  • A Bure-les-Templiers, la douix d'Aulot source au pied d'un plateau occupé jadis par une métairie[7] de la commanderie templière ;
  • A Duesme au pied d'un promontoire creusé par le confluent de la Seine la douix de Lafont jaillit du "Trou-Madame" à 358 mètres d'altitude[8] ;
  • A Etalante la douix de la Coquille source au fond d'un cirque qui est zone protégée ouverte au public[9] ;
  • A Terrefondrée une source dont le réseau souterrain est apprécié des spéléologues est également dénommée douix de Terrefondrée[10].

A Laignes la résurgence de la Laigne en centre ville s’apparente aux précédentes comme la fosse Dionne à Tonnerre dans un département voisin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Notamment : la « Douix d'Aulot » (47,7284° N ; 4,9373° E sur carte IGN au 1/25000 ; 47° 43′ 42″ N, 4° 56′ 14″ E) et la « Douix de Terrefondrée », dans la région voisine du Cônois (parc du Châtillonnais)

Références[modifier | modifier le code]

  1. La fontaine des Abîmes
  2. GEO n° 380 d'octobre 2010, p. 122
  3. « Douix de Chatillon s/Seine », sur plongeesout.com (consulté le 11 juillet 2015)
  4. a, b et c Jean-Louis Coudrot, La Douix de Châtillon, in Dossiers d'Archélologie n° 284 : Vix, le cinquantenaire d'une découverte (juin 2003).
  5. Bulletin de la Société préhistorique française, tome XXIII, p.67
  6. « La Douix de Chatillon sur Seine », sur plongeesouterraine.org (consulté le 11 juillet 2015)
  7. Métaierie d'Aulot
  8. La douix du trou Lafont
  9. Source et cirque de la Coquille
  10. La spéléologie à Terrefondrée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]