Église Saint-Germain-d'Auxerre de Coulmier-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Germain-d’Auxerre.
Église Saint-Germain-d'Auxerre
Image illustrative de l’article Église Saint-Germain-d'Auxerre de Coulmier-le-Sec
Présentation
Culte Catholique
Type église templière à chevet plat
Début de la construction XIIIe siècle
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1941)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Commune Coulmier-le-Sec
Coordonnées 47° 45′ 03″ nord, 4° 29′ 37″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Germain-d'Auxerre

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Église Saint-Germain-d'Auxerre

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Église Saint-Germain-d'Auxerre

L'église Saint-Germain-d'Auxerre est une église catholique du XIIIe siècle, située à Coulmier-le-Sec dans le département de la Côte-d'Or, en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église est construite au XIIIe siècle sur les lieux d'un ancien établissement roman détruit vers le Xe siècle.

Le porche et la porte antérieure surmontée d'un bas-relief représentant un évêque datent de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Le clocher est reconstruit en 1840. Il est détruit avec ses quatre clochetons par l'aviation allemande en 1940. Toutefois, il est reconstruit après la Seconde Guerre mondiale et l'église est entièrement restaurée.

L'édifice est classé monument historique le [1].

Architecture[modifier | modifier le code]

La nef comporte trois travées séparées par deux rangées de piliers supportant des voûtes sur croisées d'ogives. Comme les édifices templiers, le chevet du chœur est plat avec deux baies en arc brisé surmontées d'un oculus.

Le clocher à baies géminées différentes sur les quatre faces est implanté à la croisée du transept. L'église est pourvue au XVIIe siècle d'un porche à fronton triangulaire surmonté d'un bas-relief.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Les cloches[modifier | modifier le code]

L'église comportait un grand clocher avec quatre clochetons très haut dont l'édifice comptait au total 400 cloches. Lors de la deuxième guerre mondiale ces quatre clochetons furent détruits puis lors de la reconstruction de l'édifice, firent leur apparition sous quatre mini flèches pour marquer leur présence.

Actuellement le carillon est composée de seulement 3 cloches fondues entre 1947 et 1949 qui ont remplacé les cloches détruites pendant la guerre. La première qui s’appelle Jeanne-Françoise est la plus grosse pour un poids de 655 kg et un diamètre de 104,7cm. Elle a été fondue par blanchet a Paris en 1947. c'est elle qui sonne aux angélus et donne les tintements à toutes les heures. La deuxième cloche nommée Jeanne-Colette a vue je jour a Paris pour un poids de 425 kg et un diamètre de 91,8 cm. Elle ne sonne que pour sonner les quarts d'heures avec la cloche 3 et sonne aussi pour les messes. La dernière cloche s’appelle Renée-Cécile-Marcelle. On l’appelle « la timide » car elle ne fait pas entendre tout le temps son son très aigu. Elle a vu le jour à Blanchet en 1947 et pèse 325 kg pour un diamètre de 83,7 cm[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]