Villecomte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villecomte
Villecomte
Résurgence du Creux Bleu.
Blason de Villecomte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de la Tille et de l'Ignon
Maire
Mandat
Jean-Pierre Michelet
2020-2026
Code postal 21120
Code commune 21692
Démographie
Population
municipale
252 hab. (2019 en diminution de 0,4 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 39″ nord, 5° 02′ 10″ est
Altitude Min. 287 m
Max. 524 m
Superficie 16,41 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Is-sur-Tille
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villecomte
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Villecomte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villecomte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villecomte

Villecomte est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté et qui fait partie de la communauté de communes des vallées de la Tille et de l'Ignon (COVATI). Les gentilés sont Villacomitiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur l'Ignon et comprenant cinq kilomètres du cours de cette rivière, avec sa rive gauche sur environ un kilomètre, le territoire de Villecomte s'étend vers le sud sur une partie du grand plateau qui est couvert par les forêts de Val-Suzon et d'Is-sur-Tille[1]. Les versants orientés majoritairement vers le nord sont coupés de grandes combes, et c'est à leur pied que se trouvent plusieurs grottes. Le village est installé en rive droite de l'Ignon, il est relié par un pont routier à la route départementale 901 (de Chatillon-sur-Seine à Is-sur-Tille) qui contourne la pointe sud du plateau de Langres en rive gauche de l'Ignon. Quelques prairies sont irriguées par la rivière ; autour dans la vallée, le terrain est occupé par l'agriculture, mais c'est surtout la forêt qui couvre la majeure partie du territoire, sur les versants, dans la plupart des combes et sur le plateau. Le finage couvre un peu plus de 16 km2, l'altitude minimum est de 288 m au point aval de l'Ignon, le point maximum est à 523 m vers le petit bout du terrain militaire d'Épagny qui dépasse sur le territoire de Villecomte.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameaux rattachés.

  • Le village de Villecomte comprend le quartier neuf des Louères.
  • Habitat ou bâti écarté : ferme de Fontenelle, ancienne forge de Villecomte.
  • Lieux-dits d'intérêt local : peuptu (aven) de la Combe-Millot, bois du Roroy, plusieurs combes portent un nom (combe Millot, grande combe Teuffey...).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'il comprenne les versants de plusieurs collines, le territoire n'a pas de rivières ou de ruisseaux pour descendre vers l'Ignon, cette zone karstique conduisant l'eau vers des réseaux souterrains. Quelques sources apparaissent en basse altitude dans les prairies proches de la rivière (le Puits Carré). L'Ignon traverse le territoire en partie nord sur 5 km environ, la faible dénivellation est à l'origine de nombreux méandres et de la division en plusieurs bras vers les Prés Neufs, lieu où se trouve un petit étang dans une ancienne sablière, près du pont qui relie le village à la D 901. L'Ignon fait partie du bassin versant de la Saône, et donc du Rhône.

Géologie[modifier | modifier le code]

Plusieurs grottes se trouvent sur le territoire et sont des ouvertures sur le plus vaste réseau hydraulique souterrain de Bourgogne, formé par l'érosion des roches calcaires en sous-sol. Dans ce karst, le peuptu de la Combe-Millot est exploré par les spéléologues. Le Creux-Bleu près de la mairie de Villecomte est la résurgence de la rivière de Francheville qui disparaît dans le gouffre de la Combe-aux-Prêtres, sur la commune de Francheville, à 12 km au sud-est à vol d'oiseau. Une grotte noyée précède la résurgence, elle est aussi visitée par les plongeurs-spéléologues.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saulx-le-Duc Rose des vents
Tarsul
Vernot
N Diénay
O    Villecomte    E
S
Chaignay

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villecomte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (61 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (61 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61 %), terres arables (26,7 %), prairies (10,1 %), zones urbanisées (2,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité, Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1287, Hugues d'Arc, abbé de l'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, achète la moitié de la terre de Ville-Comte[9]

Le 19 mars 1479,Charles d'Amboise , sire de Chaumont, gouverneur de Bourgogne donne autorisation à Guiot Bonnot (descendant de Jean Bonnot , maitre des comptes du Duc de Bourgogne) de prendre possession de Villecomte. [10]

La Révolution[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bellefontaine[11].

XIXe au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Cour de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1870 1876 Jean Baptiste Ladrey    
1876 1881 Théodore Pitoiset    
1881 1884 Louis Monin    
1884 1890 Eugène Hentsberg    
1890 1892 Jean Févret    
1892 1896 Alexis Poullot    
1896 1900 Alfred Royer    
1900 1909 Eugène Hentsberg    
1909 1918 Louis Perreau    
1918 1929 Pierre Deschamps    
1929 1943 Henry Daniel    
1943 1944 Maurice Royer    
1944 1947 Albert Chartron    
1947 1953 Paul Michel    
1953 1971 Maurice Royer    
1971 1983 Pierre Royer    
1983 1987 Roland Legras    
1987 1989 Michel Deschamps    
1989 1992 Philippe Daniel   Agriculteur
1992 2001 Théodore Chevignard    
mars 2001 mars 2014 Alain Verger   Vice-Président de la COVATI (2001-2014)
mars 2014 avril 2016 Michel Charmont    
juin 2016 mai 2020 Christophe Daniel   Agriculteur
28 mai 2020 En cours M. Jean-Pierre Michelet    
Les données manquantes sont à compléter.

Religieuse[modifier | modifier le code]

  • 1287 L'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, pour la moitié de la terre de Ville-Comte

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2019, la commune comptait 252 habitants[Note 3], en diminution de 0,4 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
344411359404382344373369370
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
306245230235234229212192176
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
181185163164157129173165146
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
162168191191188240255253251
2019 - - - - - - - -
252--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2015 la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, 2 objets[16] sont répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel.

  • Église de l'Assomption du XIXe siècle, de plan allongé dans l'enclos paroissial. Elle contient le mobilier et les vitraux répertoriés au patrimoine culturel (voir ligne ci-dessus) et a conservé son chœur du XVe s.
  • Croix à double face du cimetière, sculpture en pierre de 1720 très ouvragée, avec des décors autour des personnages (Vierge et Christ).
  • Résurgence du Creux Bleu et lavoir, agréable lieu de promenade aménagé autour des eaux d'un bleu turquoise particulier aux bassins de certaines sources. Le lavoir de 1879 est muni d'un plancher réglable pour suivre le niveau de l'eau.
  • Étang des Prés-Neufs, autre lieu de promenade, dans la nature à proximité du village avec une aire de pique-nique. Il est ouvert à la pêche.
  • Ancienne maison forte du Vieux Logis (privée), un pavillon est visible près de la résurgence.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Roussel, Église Notre-Dame de Villecomte, éd. Ste d'Histoire Tille-Ignon, 2008, 1.vol, 72.p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. qui ne se trouve pas sur le territoire de la commune d'Is-sur-Tille.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Abbé Claude Courtépée, Description historique et topographique du Duché de Bourgogne, chez Causse, Dijon, 1777, p. 312.
  10. Societé Bourguignonne de Géographie et d'Histoire Dijon, Mémoires de la Société Bourguignonne de Géographie et d'Histoire, Société bourguignonne de géographie, (lire en ligne)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Villecomte », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. « Liste des objets de la commune de Villecomte à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.