Villecomte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villecomte
Résurgence du Creux Bleu.
Résurgence du Creux Bleu.
Blason de Villecomte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Is-sur-Tille
Intercommunalité Vallées de la Tille et de l'Ignon
Maire
Mandat
Christophe Daniel
2016-2020
Code postal 21120
Code commune 21692
Démographie
Population
municipale
251 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 39″ nord, 5° 02′ 10″ est
Altitude Min. 287 m
Max. 524 m
Superficie 16,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Villecomte

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Villecomte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villecomte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villecomte

Villecomte est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté et qui fait partie de la communauté de communes des vallées de la Tille et de l'Ignon (COVATI). Les gentilés sont Villacomitien et Villacomitienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur l'Ignon et comprenant cinq kilomètres du cours de cette rivière, avec sa rive gauche sur environ un kilomètre, le territoire de Villecomte s'étend vers le sud sur une partie du grand plateau qui est couvert par les forêts de Val-Suzon et d'Is-sur-Tille[1]. Les versants orientés majoritairement vers le nord sont coupés de grandes combes, et c'est à leur pied que se trouvent plusieurs grottes. Le village est installé en rive droite de l'Ignon, il est relié par un pont routier à la route départementale 901 (de Chatillon-sur-Seine à Is-sur-Tille) qui contourne la pointe sud du plateau de Langres en rive gauche de l'Ignon. Quelques prairies sont irriguées par la rivière ; autour dans la vallée, le terrain est occupé par l'agriculture, mais c'est surtout la forêt qui couvre la majeure partie du territoire, sur les versants, dans la plupart des combes et sur le plateau. Le finage couvre un peu plus de 16 km2, l'altitude minimum est de 288 m au point aval de l'Ignon, le point maximum est à 523 m vers le petit bout du terrain militaire d'Épagny qui dépasse sur le territoire de Villecomte.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameaux rattachés.

  • Le village de Villecomte comprend le quartier neuf des Louères.
  • Habitat ou bâti écarté : ferme de Fontenelle, ancienne forge de Villecomte.
  • Lieux-dits d'intérêt local : peuptu (aven) de la Combe-Millot, bois du Roroy, plusieurs combes portent un nom (combe Millot, grande combe Teuffey...).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'il comprenne les versants de plusieurs collines, le territoire n'a pas de rivières ou de ruisseaux pour descendre vers l'Ignon, cette zone karstique conduisant l'eau vers des réseaux souterrains. Quelques sources apparaissent en basse altitude dans les prairies proches de la rivière (le Puits Carré). L'Ignon traverse le territoire en partie nord sur 5 km environ, la faible dénivellation est à l'origine de nombreux méandres et de la division en plusieurs bras vers les Prés Neufs, lieu où se trouve un petit étang dans une ancienne sablière, près du pont qui relie le village à la D 901. L'Ignon fait partie du bassin versant de la Saône, et donc du Rhône.

Géologie[modifier | modifier le code]

Plusieurs grottes se trouvent sur le territoire et sont des ouvertures sur le plus vaste réseau hydraulique souterrain de Bourgogne, formé par l'érosion des roches calcaires en sous-sol. Dans ce karst, le peuptu de la Combe-Millot est exploré par les spéléologues. Le Creux-Bleu près de la mairie de Villecomte est la résurgence de la rivière de Francheville qui disparaît dans le gouffre de la Combe-aux-Prêtres, sur la commune de Francheville, à 12 km au sud-est à vol d'oiseau. Une grotte noyée précède la résurgence, elle est aussi visitée par les plongeurs-spéléologues.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saulx-le-Duc Rose des vents
Tarsul
Vernot
N Diénay
O    Villecomte    E
S
Chaignay

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité, Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1287, Hugues d'Arc, abbé de l'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, achète la moitié de la terre de Ville-Comte[2]

La Révolution[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bellefontaine[3].

XIXe au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Cour de la mairie.

Civile, sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Civile, depuis La Révolution[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2016 en cours Christophe DANIEL   Agriculteur
mars 2014 avril 2016 Michel CHARMONT    
mars 2001 mars 2014 Alain VERGER    Vice-Président de la COVATI (2001-2014)
1992 2001 Théodore CHEVIGNARD    
1989 1992 Philippe DANIEL    
  1989 Michel DESCHAMPS    
Les données manquantes sont à compléter.

Religieuse[modifier | modifier le code]

  • 1287 L'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, pour la moitié de la terre de Ville-Comte

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 251 habitants, en diminution de -5,64 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
344 411 359 404 382 344 373 369 370
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
306 245 230 235 234 229 212 192 176
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
181 185 163 164 157 129 173 165 146
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
162 168 191 191 188 255 253 251 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2015 la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, 2 objets[8] sont répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel.

  • Église de l'Assomption du XIXe siècle, de plan allongé dans l'enclos paroissial. Elle contient le mobilier et les vitraux répertoriés au patrimoine culturel (voir ligne ci-dessus) et a conservé son chœur du XVe s.
  • Croix à double face du cimetière, sculpture en pierre de 1720 très ouvragée, avec des décors autour des personnages (Vierge et Christ).
  • Résurgence du Creux Bleu et lavoir, agréable lieu de promenade aménagé autour des eaux d'un bleu turquoise particulier aux bassins de certaines sources. Le lavoir de 1879 est muni d'un plancher réglable pour suivre le niveau de l'eau.
  • Étang des Prés-Neufs, autre lieu de promenade, dans la nature à proximité du village avec une aire de pique-nique. Il est ouvert à la pêche.
  • Ancienne maison forte du Vieux Logis (privée), un pavillon est visible près de la résurgence.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sophie VILLENEUVE (1851-1905), dont le père vint prendre sa retraite au Château de Villecomte et son époux,Henri GRANGIER (1842-1902) résidèrent, eux-aussi, à Villecomte en villégiature et lorsqu'ils léguèrent leur importante fortune à l'Hôpital Général de Dijon, firent réserver un lit pour les habitants de Villecomte. Cette donation perdure encore de nos jours et un lit est mis gratuitement à la disposition d'un habitant de la Commune. L'un et l'autre, sans descendance, reposent au cimetière communal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Roussel, Église Notre-Dame de Villecomte, éd. Ste d'Histoire Tille-Ignon, 2008, 1.vol, 72.p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. qui ne se trouve pas sur le territoire de la commune d'Is-sur-Tille.
  2. Abbé Claude Courtépée, Description historique et topographique du Duché de Bourgogne, chez Causse, Dijon, 1777, p. 312.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Villecomte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 août 2012)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Liste des objets de la commune de Villecomte à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture