Sainte-Colombe-en-Auxois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Colombe.
Sainte-Colombe-en-Auxois
Les Grangeots, Sainte-Colombe
Les Grangeots, Sainte-Colombe
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Semur-en-Auxois
Intercommunalité Terres d'Auxois
Maire
Mandat
Pierre Faure-Sternad
2014-2020
Code postal 21350
Code commune 21544
Démographie
Population
municipale
56 hab. (2013)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 40″ nord, 4° 27′ 31″ est
Altitude Min. 333 m
Max. 498 m
Superficie 6,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Auxois

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Auxois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Auxois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-en-Auxois

Sainte-Colombe-en-Auxois, anciennement appelée Sainte-Colombe, est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Charigny Marigny-le-Cahouët Rose des vents
Braux N Arnay-sous-Vitteaux
O    Sainte-Colombe    E
S
Clamerey Velogny

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune était nommée Sainte-Colombe avant le 6 décembre 2014[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières sources écrites mentionnant Sainte-Colombe évoquent des terres appartenant à une seigneurie qui relève des ducs de Bourgogne ainsi que d'une certaine « Dame de la Roiche » (personne non identifiée). Au XVe siècle, il est attesté que sur ces lieux, il n'y a « ni forteresse, ni foire, ni marché » (1461). On y compte alors 11 feux, soit de 45 à 60 habitants au total.

En 1604, les terres et seigneuries de Marigny-le-Cahouët, La Roche-Vanneau et Sainte-Colombe sont la propriété de François Juvénal des Ursins, marquis de Traînel et chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit (depuis 1599), et de son épouse, Guillemette Dorgemont. Le domaine est ensuite cédé à Michel du Faur de Pibrac (et Claude d'Étampes, son épouse).

En 1640, Jacques Filsjean, gouverneur de la chancellerie de Bourgogne et seigneur local, fait construire un château à proximité de l'église médiévale. Par la suite, tout le village se développe autour de l'ascension sociale de cette famille Filsjean qui compte parmi elle plusieurs conseillers du roi aux États de Bourgogne.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, on compte près de 200 habitants à Sainte-Colombe. En 1775, la famille Filsjean est compromise dans les spéculations de la guerre des farines. Jean-Charles Filsjean est mis à mort par la population de Vitteaux sous la Révolution.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Rochefontaine[2].

Depuis l'année 2012, la commune de Sainte-Colombe-en-Auxois est reconnue Agenda 21 local.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Thérèse Flaceliere    
avril 2014 en cours Pierre Faure-Sternad SE Retraité de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 56 habitants, en diminution de -18,84 % par rapport à 2008 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
235 257 273 239 243 227 209 197 198
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
189 191 202 179 172 198 192 167 158
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
135 142 131 116 111 97 77 61 64
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013 -
56 44 45 53 59 67 55 56 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Sainte-Colombe (XVIIe siècle et première moitié du XVIIIe siècle) fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 23 août 1991[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]