Bèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bèze (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Baise et Baize.

Bèze
Bèze
Vue sur le village et la rivière Bèze.
Blason de Bèze
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Saint-Apollinaire
Intercommunalité Communauté de communes Mirebellois et Fontenois
Maire
Mandat
René Kremer
2014-2020
Code postal 21310
Code commune 21071
Démographie
Gentilé Bèzois
Population
municipale
717 hab. (2016 en diminution de 1,1 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 00″ nord, 5° 16′ 00″ est
Altitude Min. 201 m
Max. 305 m
Superficie 23,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Bèze

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Bèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bèze
Liens
Site web Site officiel de Bèze

Bèze est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or et la région Bourgogne-Franche-Comté, à 30 km au nord-est de Dijon.

La commune fait partie de l'Association des communes de France aux noms burlesques et chantants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bèze se situe dans l'est de la Côte-d'Or, à 30 km au nord-est de Dijon et à 30 km au sud de Langres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bourberain Dampierre-et-Flée Rose des vents
Lux
Beire-le-Châtel
N Beaumont-sur-Vingeanne
O    Bèze    E
S
Viévigne Noiron-sur-Bèze

Transport[modifier | modifier le code]

Le bus no 34 Gray-Dijon de la société Transco passe 3 fois par jour :

  • à 6h45 : vers Dijon en passant par plusieurs autres villages.
  • à 13h05 : deux se croisent à Bèze : l'un part vers Dijon, l'autre vers Gray
  • à 18h20 :départ de Dijon, Rue Paul Cabet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nucléus, Bèze

Les origines de Bèze[modifier | modifier le code]

Bèze, qui vient du latin fons besua, doit son nom à sa situation près de la source d’une rivière éponyme, la Bèze. Ce lieu était appelé par les celtes BEZV, ou BEDW, ce qui signifie « source » ou « rivière à sa naissance »[1]. Aucune trace d'occupation celtique n'a été retrouvée sur le territoire de la commune, cependant ceux-ci étaient très présents dans le secteur, notamment à Mirebeau-sur-Bèze (8 km), où un sanctuaire a été découvert lors de fouilles préventives[2] et des tumulus à Lux[3] (4 km) avant la pose d'un nouveau gazoduc.

La présence humaine est avérée à des périodes antérieures (paléolithique supérieur) sur l'un des points culminants de la commune[4]. La résurgence de la Bèze était fréquentée dès cette époque comme en témoigne plusieurs silex trouvés à proximité. Cependant le lieu a été tant modifié depuis la fondation de l'abbaye que les vestiges les plus anciens se trouvent sous le village actuel.

À l'époque celte, les sources étaient des lieux de cultes comme cela a été constaté à quelques dizaines de kilomètres, aux sources de la Seine et à la Douix de Châtillon/Seine.

La conquête romaine amena la création de routes importantes, issues d'axes commerciaux utilisés précédemment par les populations autochtones. La "voie Agrippa", construite au Ier siècle après Jésus Christ, reliait Langres à Lyon, une autre route permettait de joindre Besançon à Autun, ces axes se croisaient à proximité de Bèze. Des monnaies d’Hadrien (empereur 117-138), de Faustine (impératrice de 138 à ~140, femme d'Antonin le Pieux successeur de Hadrien) et de Constance ont été retrouvées dans les fondations d'une maison à Bèze[5].

Aucune trace d'habitat romain n'a été trouvé sur le site actuel du village, les villas gallo-romaines découvertes à proximité étaient rarement situées dans les vallons mais plus généralement en plaine, sur des terres facilement cultivables, à l'abri de potentielles inondations, mais toujours près d'une rivière (Lux[6] à proximité de la Tille, Renève[7] en bordure de la Vingeanne...).

Les invasions barbares[modifier | modifier le code]

En Bourgogne, le déclin des Romains attira des « barbares » venus de Germanie dont « les Burgondes », qui ont laissé leur nom à la Bourgogne.

Le site de Bèze devait donc être habité mais comme dans tout l'est Dijonnais il fut dévasté et ruiné par ces incursions (alamans, vandales…)

L’Empereur romain Constance Chlore, après avoir battu vers l’an 300 les Alamans venus jusqu’aux portes de Langres, décida d’installer une partie des vaincus de guerres précédentes, les Francs Hattuaires, sur les bords de la Saône, de la Seine, de la Tille, de la Bèze et de la Vingeanne. Le but de cette installation était de repeupler et de cultiver le vaste pays compris entre ces rivières.

La fondation de l'abbaye[modifier | modifier le code]

L’histoire écrite de Bèze commence à la fondation de l’abbaye dite de Bèze-Fontaine. L’histoire du village et de l’abbaye sont alors intimement liées pendant plus de mille ans.

En 628, Dagobert Ier devient roi de Bourgogne et de Neustrie à la mort de son père Clotaire II. Conseillé par Saint Éloi, Saint Ouen et Saint Didier, il décide de rétablir l’autorité royale et vient en Bourgogne pour affirmer son pouvoir. Il est surnommé « le bon roi » par le peuple. Mais pour asseoir son autorité, il demande à trois grands seigneurs, les ducs Amalgaire, Arnebert et Willibaud, d’assassiner Brunulfe, l’oncle de son demi-frère Aribert, qui avait contesté le partage des terres franques entre les deux frères[note 1]. Une fois rentré à Paris, le roi Dagobert regrette son action et pour racheter ses péchés auprès de Dieu, il décide de la création de l’abbaye de Saint-Denis. Par ailleurs, il récompense royalement les trois seigneurs qui ont effectué l’assassinat qu’il avait décidé. Chacun d’eux reçoit de vastes terres[8].

Amalgaire, duc « bénéficiaire » (titre non héréditaire que Courtépée appelle « duc amovible »[5]) de Bourgogne[note 1], reçoit entre autres propriétés la terre de Fons Besua et, afin de racheter ses fautes, il décide d’y bâtir un monastère. Celui-ci est fondé sous le vocable de saint Pierre et saint Paul, l’an 616 (suivant Mabillon) ou en 630 (suivant le P. Le Cointe), par Amalgaire et sa femme Aquiline. Waldalène, l’un de ses trois fils, est nommé premier abbé de Bèze.

L'abbaye Saint-Pierre de Bèze est la quatrième abbaye mérovingienne créée dans le diocèse de Langres. Dès sa création, elle est dotée de biens considérables. Elles possède et a sous son autorité les villages de Viévigne, Beire, Treige, Spoy, Oisilly, Blagny, Crimolois. Elle a 12 pièces de vignes à Marsannay la Côte et d’autres vignes à Couchey et Beaune. Elle possède également des terres à Dijon, Longvic, Chenôve, Prenois, Daix et un grand vignoble à Gevrey avec serfs et serviteurs. En 655, l’abbaye possède une école monastique.

En 634, Amalgaire dote à nouveau l’abbaye en lui donnant les fiefs de Jancigny, Talmay et des terres à Heuilley-sur-Saône (bois de Chy), Perrigny-sur-l'Ognon et Pontailler-sur-Saône où l’abbaye fait construire une chapelle au vocable de Saint Hippolyte. Ces terres de Talmay et Heuilley vont rester propriétés de l’abbaye jusqu’en 1234, date à laquelle elles seront données par l’évêque de Langres à Guillaume II de Champlitte-Pontailler, malgré l’opposition des moines de Bèze. Se considérant spoliée, l’abbaye recourut alors à l’abitrage du pape Innocent IV… qui lui donna raison, par écrit, en 1245. Ce qui n’empécha pas Guillaume II de garder ces terres, avec l’accord de l’évêque de Langres.

La vie des moines au haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Prière et travail : la vie entière des moines est rythmée par cette cadence. Sept offices commandent la journée et les moines ont fort peu de sommeil.

En hiver (de novembre à Pâques), ils se lèvent à deux heures du matin pour chanter les nocturnes puis remontent achever leur nuit. Ils se lavent au lavoir puis gagnent leur stalle dans le chœur. Ils ont deux heures de lecture puis travaillent 7 heures d’affilée. Ensuite a lieu le repas suivi de lectures.

En été (de Pâques à novembre) ils travaillent dur de 6 heures du matin à 10 heures. Ils ont ensuite deux heures de lecture et leur repas. Puis ils vont faire une sieste ou de la lecture puis retournent travailler jusqu’au repas du soir qui a lieu avant la nuit.

Leur travail : Ils cultivent les champs ou les vignes. Ils entretiennent les jardins, les vergers ; ils réparent, construisent et aménagent les locaux. Ils labourent, moissonnent, conduisent le bétail aux prés et les pourceaux à la glandée. Ils étaient fermiers, bûcherons, meuniers, boulangers et maçons.

L’abstinence et la sobriété étaient le fondement de la règle de Saint-Benoit et la viande était réservée aux malades.

Ils se nourrissaient de bouillie d’orge ou d’avoine, de légumes, de purée de pois ou de fèves et de fruits. Ils avaient aussi droit à du cresson, du sel, du pain et un demi-litre de vin par jour.

Les rations étaient doublées les jours de fête et agrémentées d’œufs, de poissons et de fromages.

Les vêtements : ils portaient une tunique en laine qui allait jusqu’à mi-jambe et portaient par-dessus la coule qui était une robe large et flottante qui allait jusqu’aux pieds et avait des manches longues. L’abbé leur distribuait leurs vêtements avec un mouchoir, un peigne de bois, un couteau, une aiguille, du fil, un stylet et une tablette pour écrire.

Ils dormaient tout habillé avec un drap de serge, une couverture et un oreiller.

Le silence était de rigueur absolue. Ces bénédictins sans barbe avaient la tête rasée à l’exception d’une couronne de cheveux au-dessus des oreilles.

Les punitions étaient sévères pour ceux qui désobéissaient et étaient même corporelles.

L’abbé élu avait autorité sur tous.

Fléaux et calamités de 660 à 937[modifier | modifier le code]

Malgré ses richesses, la vie dans le monastère de Bèze est précaire et laborieuse. Les moines doivent assainir les sols marécageux et endiguer la rivière pour se préserver des inondations. Mais les moines ne sont pas au bout de leurs peines car entre 660 et 937 l’abbaye est détruite 7 fois. Entre 655 et 660, le duc Amalgaire meurt. Les terres de l’abbaye sont dévastées, des nobles francs contestant la propriété de terres que l’abbaye possède. L’abbaye est mise à sac. Afin de la protéger, Waldalène obtient l’appui du roi Clotaire III qui signe en 664 une ordonnance de restitution des terres spoliées. Grâce à l’action énergique du duc de Langres, Silchelme, l’abbaye retrouve ses biens dès 666.

En 676, l’abbaye est dévastée une seconde fois par une armée austrasienne appelée par le duc des Attuariens Aldaric, pour l’aider dans des querelles avec Ebroïm, le maire du palais des royaumes francs de Neustrie et Bourgogne. Cette armée de soudards—commandée par le roi Dagobert II --- est vaincue et le duc Aldaric qui l’avait fait venir est dépouillé de ses biens. Ceux-ci furent donnés à l’abbaye. Vers 731, les Sarrasins atteignent Bèze. Le monastère ainsi que la région sont dévastés. Autun est détruite la même année. Charles Martel les arrête à Poitiers. En 752, Pépin le Bref donne à son demi-frère Rémi, âgé de 18 ans, plusieurs abbayes en Bourgogne. Rémi, qui mène une vie de débauché, finit par confier l’abbaye de Bèze à sa favorite Angla. Elle continue à dépenser les richesses de l’abbaye et la ruine. Puis l’abbaye est désertée à cause d’une épidémie de peste ou de choléra. Grâce à sa haute naissance, vers 762, Rémi est nommé archevêque de Rouen où sa conduite est exemplaire, ce qui lui valut d’être canonisé.

Vers 834,, suite à la réforme de l'évêque Albéric les moines substituent la règle de saint Benoît à la règle de saint Colomban.

En 888, c’est l’invasion normande. Les cinq moines, un prêtre et un enfant restés sur place pour défendre l’abbaye sont tués. Les Normands dévastent, saccagent et ravagent tout sur leur passage. La vieille grotte sert d’abri aux hommes du village et aux moines qui s’y sont cachés. Une terrible famine a lieu après le départ des Normands car leur armée avait anéanti les récoltes. L’abbaye est désertée.

En 900, l’abbaye est restaurée, elle s’entoure de fortifications. En 935-936, les Hongrois entrent en Bourgogne, ils mettent le feu à l’abbaye en passant. En 937, les Hongrois reviennent et incendient à nouveau l’abbaye qui est détruite de fond en comble. Une immense famine succède à la ruine générale. L’abbaye restera déserte pendant 51 ans.

Renaissance et apogée[modifier | modifier le code]

En 988, l’abbaye est dévastée et envahie par les herbes. Le moine Guillaume de Volpiano trouve un mécène en la personne de Raoul le Blanc, vicomte de Dijon qui consacre son immense fortune pour la reconstruction du monastère. Il oblige les moines à étudier. L’abbé Guillaume part à Rome et revient avec une équipe d’artistes spécialisés en tous genres. Des écoles de peinture, de sculpture, d’architecture, d’ébénisterie ainsi que des écoles de lettres et de scribes s’ouvrent à Bèze. La bibliothèque, détruite par les Normands, commence à se reconstituer et à s’enrichir.

C’est à cette époque que la chapelle Saint-Prudent est construite. Guillaume de Volpiano meurt en 1025. En 1033, le duc de Bourgogne, Robert Ier, essaye de s’approprier les richesses de l’abbaye avec l’accord tacite du nouvel évêque de Langres, Hugues de Breteuil. L’abbé de Bèze, Olger, qui s’oppose à cette spoliation est emprisonné. Le duc essaye alors de faire transférer à Dijon en cachette les trésors de l’abbaye, avec la complicité de quelques moines. Ce stratagème est démasqué et les villageois font appel à leur seigneur de tutelle, le comte de Beaumont-sur-Vingeanne pour venir s’opposer aux hommes du duc. La garnison du château de Beaumont, aidée par de centaines de serfs et vilains des villages voisins, empêche le transfert et libère l’abbé Olger.

Le nom de Fontaine de Bèze disparaît pour celui de Saint- Pierre de Bèze.

Le 18 février 1107, le pape Pascal II, après avoir consacré la cathédrale Saint Bénigne de Dijon, visite Bèze où une marée humaine assiste à la messe, en présence du duc de Bourgogne Hugues II et de nombreux cardinaux, évêques, comtes et seigneurs. À cette époque, l’église Saint-Rémi est entièrement reconstruite et l’abbaye augmente son patrimoine grâce à de nombreuses donations. Des foires ont lieu à Bèze et ont un grand succès. En 1198, l’abbaye flambe ainsi qu’une partie du bourg.

En 1209, l’abbaye s’entoure de murailles avec fossés et pont-levis. Le monastère est appelé le château. Mais l’abbaye s’endette et doit vendre ses vignes du clos de Bèze. Le peuple est écrasé sous les dîmes, les cens, et les innombrables tailles et corvées. Par contre, la bourgeoisie s’est enrichie grâce au commerce et s’est instruite dans les écoles fondées par le monastère. L’école du monastère prend une grande expansion. Comme les enfants confiés dès 11 - 12 ans troublaient le silence monastique, les moines décident d’en transférer une partie à l’extérieur. Une école instruisant les enfants qui n’étaient pas destinés à l’Église est construite. De nombreuses industries sont créées ou développées : des tanneries de foulon d’écorces ou de draps, des fourneaux, des huileries, des moulins, des tuileries.

En 1250 Bèze possède une léproserie mais les malades sont trop nombreux. Alors les moines s’engagent à régler la dette de la léproserie et prennent en charge à perpétuité son entretien.

La Guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Le roi Charles IV de France mort sans héritier, Philippe VI de France et Édouard III d'Angleterre prétendent au trône. À partir de 1337, la France et l’Angleterre s’opposent en un long conflit fait de périodes violentes et de périodes de paix : la guerre de Cent Ans (1337-1453).

En 1347, la peste noire fait son apparition et ravage la France pendant trois ans. En 1350, Jean II le Bon succède à son père Philippe VI. Il est fait prisonnier à la bataille de Poitiers en 1356 et est obligé de livrer un tiers de la France aux Anglais par le traité de Brétigny en 1360.

En 1364, Charles V de France succède à son père. Il reprend presque toutes les terres données aux Anglais. La Bourgogne est mise à mal par les grandes compagnies, bandes d’aventuriers et d’étrangers licenciés en 1360 par le roi Édouard d'Angleterre. Ce n’est qu’en 1369 que Du Guesclin parvient à s’en débarrasser.

En 1379, à la reprise de la guerre, la population de Bèze ne compte plus que 111 hommes et femmes. L’abbaye s’endette. Les vieilles fortifications sont devenues inefficaces. La pauvreté s’installe.

Sous l'impulsion de Simon de Torcenay, Abbé de Bèze, des fossés sont creusés avec douves et pont-levis. Les tours carrées sont remplacées par des tours rondes couronnées de machicoulis et de créneaux. Elles sont aménagées en prison et percées de meurtrières. Les vieux souterrains sont remis en état. Bèze est alors réputé invulnérable. Une garnison y réside en permanence et le guet est fait jour et nuit. De cette forteresse, il ne reste que deux des grosses tours d’angle des remparts, la « tour d’Oysel » et la « tour de chaux ».

En 1437, les écorcheurs apparaissent en Bourgogne et s’arrêtent à Bèze. Le bourg fortifié est envahi mais on ignore s’ils ont pénétré dans l’abbaye. En 1445, les écorcheurs reviennent. Le bourg est réduit à 47 feux.

Louis XI, quant à lui, autorise les foires de Bèze par ses lettres patentes en mai 1480, de sorte que la ville s'agrandit[9].

Décadence de l’abbaye[modifier | modifier le code]

Régime de la commende[modifier | modifier le code]

Les abbés ne sont plus élus par leurs moines mais nommés par le roi ; le régime de la commende se généralise, porte ouverte à la décadence spirituelle et temporelle des établissements religieux.
En 1535, le roi François Ier traverse la Bourgogne et passe à Bèze.

Guerres de religion[modifier | modifier le code]

Vers 1547, le protestantisme fait des adeptes. Chazeuil, Fontaine-Française, Is-sur-Tille, Mirebeau et Gemeaux comptent de nombreux partisans de la religion réformée.

En 1560, le trésor de l’abbaye s’amoindrit car les moines sont obligés de financer les guerres de religion que mène le jeune roi Charles IX pour la défense de la religion catholique - et pour son trône.

Malgré la peste, la disette et les épidémies qui sévissent au XVIe siècle, Bèze est un site industriel réputé. Il y a des forges, des tuileries, des poteries, un moulin à écorces pour le tannage, des tanneries. Des artisans travaillent la pierre, le bois. Il y a aussi des maçons et un maréchal-ferrant. On cultive beaucoup de chanvre et deux moulins à farine fonctionnent. Les foires de Bèze ont lieu quatre fois par an et les paysans et artisans viennent vendre leur production au marché qui a lieu une fois par semaine sous les halles. Mais en 1586, le duc Charles de Mayenne s’empare de Dijon et de plusieurs autres villes de Bourgogne. Des mercenaires passent et repassent à Bèze. Les forges tombent en ruine.

En 1589 Henri IV est reconnu roi, mais Bèze se retrouve au centre de la guerre civile qui oppose le comte de Tavannes pour le roi (protestant) et le vicomte de Tavannes pour la Ligue (catholique). Bèze subit les assauts des ligueurs. La région est ravagée car les troupes sont mal payées et les pillages les dédommagent. L’abbaye est dévastée et ne compte plus que 6 moines et 2 novices. En 1595, Henri IV est victorieux de Charles de Mayenne et des Espagnols à la bataille de Fontaine-Française. Mais la peste et la famine continuent à sévir. Le village de Viévigne est réduit à 8 familles.

Guerre de Trente Ans[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Dix Ans (Franche-Comté).

En 1603, une papeterie s’installe à Bèze. Quelques réparations sont entreprises. Malgré les traités de neutralité[Lesquels ?], la guerre est à nouveau aux portes de Bèze. En 1636 le comte de Gallas, à la tête de ses Impériaux, ravage la vallée de la Vingeanne, passe à Noiron puis à Mirebeau. Viévigne est dévasté, Bèze est incendié. L’armée royale arrive et cause à son tour de nouvelles dégradations. Les soldats contaminent les habitants de la peste. En 1644, tout n’est que ruine. Sur 95 maisons détruites, 37 seulement appartiennent à des hommes vivants. Les fourneaux sont détruits. Les dépendances de l’abbaye sont inhabitées et ruinées.

En 1662, 12 religieux de Saint-Maur viennent s’installer à Bèze pour y rétablir la discipline et la régularité. Les foires reprennent en 1665. Les tours n’ont plus rien de défensif : celle du nord-est devient un pigeonnier et prend le nom de tour d’Oysel et celle du nord-ouest de tour aux Choues (chouettes). Le vieux bourg n’est plus qu’un misérable village de 120 habitants dont la moitié sont des pauvres manœuvres, des veuves, des mendiants et le reste des laboureurs, des vignerons et des artisans.

En 1696, l’église Saint-Rémi est fermée car son entretien n’est pas fait. Le terrible hiver de 1709 amène famine et épidémies. En 1712, les halles de Bèze disparaissent.
En 1714, naissance de François Clément, fils de Claude Blaise Clément, bailli des terres et seigneuries dépendant de l’abbaye de Bèze, et de Didière Moniot. Le jeune François passe son enfance dans la maison paternelle au pied de la chapelle Saint-Prudent. Il est envoyé à Dijon pour y faire ses études chez les jésuites du fameux collège des Godrans (contigu à l'hôtel Godran).

En 1724, l’abbaye est sans abbé et devient un simple couvent.

La Révolution[modifier | modifier le code]

1789 : Du 23 décembre 1788 au 14 janvier 1789 la Bèze ne coule plus, l’eau dans le trou est gelée. Les temps sont durs et la révolte gronde. Lors de la nuit du 4 août 1789, la féodalité est abolie. Le 26 août, l’assemblée abolit les privilèges et rédige la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

La légende dit qu’un jour « ceux de la Vingeanne » arrivèrent aux portes de l’abbaye armés de bâtons, de fourches et d’instruments divers en criant et en vociférant contre les moines. Ces derniers eurent juste le temps de s’enfuir dans un souterrain pour échapper au massacre. » Cette véritable émeute révolutionnaire est la seule qui semble avoir eu lieu contre les moines barons de Bèze. Il n’y eut ni gens tués, ni bâtiments incendiés et ce simple épisode de la « grande peur » faisait peut-être partie des nombreuses fausses nouvelles semées dans les campagnes pour y jeter la terreur.

La loi du 2 novembre 1789 met à la disposition de l’État tous les biens du clergé. Elle déclare ne plus reconnaître les vœux religieux et rend la liberté à tous les cloîtrés.

L’Assemblée Constituante assure en même temps un « salaire » aux curés et l’abbé Guelaud, curé de Bèze, est un des premiers à applaudir ces décrets et à confisquer tous les biens des moines, contre lesquels il avait toujours lutté depuis son arrivée à Bèze, en soutenant les habitants contre leur seigneur.

En février 1790, l’abbé Guelaud est élu maire. L’inventaire des biens de l’abbaye est fait en mai 1790. Il y a 4 175 livres dans la bibliothèque.

À partir de janvier 1791, les biens de l’abbaye sont mis en vente : des terres, la tuilerie, un moulin, des maisons dans Bèze, la chapelle Saint-Prudent, le four banal, la chapelle Notre-Dame des Groisses sont vendus pour 209 410 livres. La commune, d’après la loi, garde le 1/16e de la somme. Tous les objets précieux, vases sacrés et reliquaires doivent être versés au trésor public.

En 1793, Louis XVI est guillotiné et Robespierre est au pouvoir. C’est la Terreur, la création des comités de salut public, le gouvernement révolutionnaire, la loi des suspects, le culte de l’être suprême et de la déesse raison. La France est couverte d’échafauds.

Les premiers coups de pics sont donnés aux bâtiments monastiques. La tradition rapporte que pour avoir sans peine et à moindre frais le plomb recouvrant la toiture de l’église (pour le vendre aux armées), l’église fut remplie de fagots et entièrement brûlée.

1795, l’église du monastère est rasée. Tout le centre de la grande maison conventuelle, longue de 113 mètres, tombe à son tour. Là se trouvaient les salles de réception, la galerie cloître, l’escalier en fer-à-cheval, les galeries menant du dortoir à l’église.

Le bâtiment servant aux moines de pressoir, la cuverie, est racheté 12 000 livres par la commune pour y installer la mairie et l’école.

L’ère de l’abbaye s’arrête, mais l’histoire de Bèze continue…

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La révolution industrielle et l'amélioration des conditions de vie ont apporté un souffle nouveau au village: arrivée de chemin de fer, développement de nombreuses industries et augmentation de la population.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Après un déclin de population suite à la première guerre mondiale, la fermeture de certaines industries, la modernisation des pratiques agricoles et l'exode rural, la population passe en dessous de 500 habitants à la fin des années 1960. La création de lotissements, la proximité de l'agglomération Dijonnaise, le cadre de vie agréable et le développement de l'activité touristique ont depuis contribué à l'augmentation du nombre d'habitants et son attrait. On estime que plus de 100 000 visiteurs découvrent les charmes du village de Bèze chaque année. En 2017 ils provenaient de plus de 70 pays différents.

Économie[modifier | modifier le code]

Ce village a aujourd'hui une activité principalement centrée sur les secteurs agricoles et de services (hôtellerie/restauration, tourisme, services à la personne), il a cependant un riche passé industriel comme en témoigne les exemples ci-dessous.

Tuileries

La grande tuilerie - Fabrique de Bèze, fondée en 1835 par Mr Chambrette puis dirigée par M. Chevigny, secondé par l'ingénieur M. Paul Thénard. Elle était située à l'emplacement de l'hôtel restaurant "Le Bourguignon" On devine encore derrière le bâtiment l'une des cheminées en brique.

Production en 1855[10]:

  • Tuyaux de drainage: 2.000.000
  • Tuiles ordinaires: 200.000
  • Tuiles Altkirch: 600.000
  • Briques
  • Pots à fleurs: 20.000

Tuilerie de la petite fontaine, propriété de M. Thénard[11].

  • Tuiles
  • Briques
  • Corniches
  • Tuyaux de drainage
  • Tuiles violon

La fabrication de tuiles et de briques a apporté de profondes modifications à l'habitat traditionnel. Ces nouvelles productions ont progressivement remplacé les bâtiments en pisé et couverts de chaume et de lave.

Forges

Forges d'acier naturel[12] et laminoirs à tôle de fer et d'aciers. Établies vers 1818 à Bèze et Rome sous Bèze (lieu-dit) par M. Gédéon, elles sont rapidement reconnues pour la qualité de leurs produits, notamment la production d'armes à feu et armes blanches[13].

Par la suite la manufacture est exploitée par M. Sirodot puis M. Bureau.

Fours anglais.

Fabrique de:

  • Limes
  • Etrilles
  • Clous à froid, clous avec des rognures de tôle
  • Vis en fer à grand diamètre, avec écrous
  • Tuiles en tôle vernissée, ayant la forme de tuiles romaines

Scierie[14]

Jean Chambrette fonda, vers la fin du XIXe siècle, une scierie dans le parc de l'ancien presbytère. Elle fonctionna grâce à une machine à vapeur, puis fut actionnée un moteur diesel et enfin par un moteur électrique. Elle occupait une dizaine d’ouvriers.

La scierie disposait d'un entrepôt et de logements. Les grumes venaient des bois de Bèze et d'autres communes de Côte d'Or. La scierie a compté jusqu'à 40 employés après la seconde guerre mondiale. Elle a fonctionné jusqu'en 1977, année où la liquidation a été prononcée, l'activité cessa en 1978. Le matériel fut ensuite démonté et vendu.

La halle de séchage a été construite en 1928, c'est l'unique vestige de cette scierie, elle est visible dans le parc de la Cure.

La commune, propriétaire du terrain, en repris possession en 1991. L'ancienne halle accueille actuellement de nombreuses manifestations, le parc qui l'entoure va être aménagé et depuis cette année (2019) une passerelle permet de traverser la Bèze pour rejoindre la promenade de la source. L'ancienne Cure, une fois réhabilitée accueillera la Mairie et différents services.

Moulins à blé et à tan[12]

Tanneries

Pressoirs

Le bâtiment héberge actuellement les écoles et le centre d'accueil périscolaire. Deux belles salles voutées étaient occupées par des pressoirs.

Papeterie[15]

Située à Rome, la papeterie de Bèze, fondée en 1604 par Claude Gaulet sur un terrain appelé Mère-Folie, a été successivement possédée et exploitée par Michel Monin, son gendre, et par Jean Dumay, mari de Guillemette, fille de celui-ci.

Cette fabrique, dont les produits jouissaient d'une réputation méritée, fut détruite vers 1787 par l'abbaye de Bèze qui l'avait acquise en 1747.

Culture du Houblon

Cette culture s'est répandue dans le canton au XIXe siècle et a perduré près d'un siècle. Bèze était devenue "capitale du houblon de Bourgogne". L'ancienne houblonnière[16] témoigne de ce passé. De nos jours le houblon n'est plus produit localement mais il existe cependant une bière artisanale produite à Bèze, avec de l'eau provenant de la source de la Bèze.

Vignes

Peu de temps après la fondation de l'abbaye, les moines plantèrent des vignes, leur production la plus connue était cependant "délocalisée" le Clos de Bèze, un Gevrey-Chambertin Grand Cru.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours René Kremer - -
2007 2014 Serge Combacon - -
2001 2007 Roland Aguilon - -
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la clef et à l'épée, le tout d'argent, posées en sautoir et aux quatre fleurs de lys d'or réparties en chef, en pointe, à dextre et à senestre.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune s’appellent des Bèzois ou des Bèzoises[17].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2016, la commune comptait 717 habitants[Note 1], en diminution de 1,1 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8839039699751 0311 1071 2261 2101 173
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1511 1351 0981 0011 0451 0221 0861 0251 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 007942870762720721664659585
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
568495484526569632709725717
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune est un Village fleuri avec deux fleurs.

Grottes et résurgence de la Bèze[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Sources de la Bèze et Grottes de Bèze.

Les grottes se visitent tous les jours d'avril à novembre, à pied et en barque.

Connue, dans sa partie initiale, depuis le Moyen Âge, la Grotte de la Crétane servait de refuge aux moines et aux villageois en cas d’invasion du bourg. La rivière souterraine fut découverte le 16 septembre 1950 par les membres du spéléo-club de Dijon.

Promenade autour de la résurgence à Bèze.
La source jaillissante de la Bèze vers 1910.

Le 5 mars 2006, de fortes précipitations de neige se sont abattues dans le département (40 à 50 cm de neige pendant le week-end), ce qui a eu pour effet de faire monter le niveau de la rivière 5 jours plus tard. Le parcours de la Bèze est de 31 kilomètres. Elle se jette dans la Saône près de Vonges. Au début du siècle, la source était jaillissante. Elle formait deux bouillons séparés importants, plus ou moins élevés d’après le débit (pouvant atteindre 2 mètres). À côté de ces deux sorties d’eau se trouvait un troisième petit bouillon. Par suite de l'exploitation de la falaise par les moines comme carrière de pierre (les déblais étaient jetés dans la rivière en contrebas), des dégradations effectuées par les troupes allemandes, de la découverte de la grotte et de la rivière souterraine, son exploration, sans oublier l’érosion naturelle produite par le passage de l’eau, ces bouillons n'apparaissent plus que lors des périodes de crues.

L’aménagement de la promenade de la source (classée monument historique) remonte à 1846, ses arbres ont plus de 150 ans.

Ancienne abbaye Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye Saint-Pierre de Bèze.

La tour des Francs[modifier | modifier le code]

Cette ancienne tour datant du IXe siècle faisait partie des fortifications entourant le village au Moyen Âge. Elle est presque totalement détruite. Elle est appelée tour des Francs parce qu’elle était occupée et défendue par des francs-tireurs. Elle servait de tour d’alerte et de guet pour les villageois.

La cure[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment carré à la toiture bourguignonne a été construit entre 1830 et 1835 afin de remplacer l'ancienne Cure qui avait subi les outrages du temps. Ce fut la demeure du chanoine Kir qui, de 1910 à 1924, fut curé de Bèze. Il y vécu avec sa sœur et sa mère.

L’école monastique[modifier | modifier le code]

École monastique

L’abbaye de Bèze fut une des premières à posséder une école monastique, dès 655. Celle-ci se trouvait dans l’enceinte de l’abbaye afin d’éduquer les jeunes moines. Plus tard, elle reçut des enfants des seigneurs et des nobles désirant s’instruire.

Pour faire face à son succès grandissant, une école extérieure fut fondée en 1280. En 1380, elle accueillait 40 garçons et 20 filles. Sa façade a été plusieurs fois remaniée. On peut remarquer des tripodes (trèfles) au-dessus des fenêtres, des têtes sculptées et des arcades de style gothique. En 1872 « l’hôtel du vieux monastère » s’y installa, puis une épicerie et la gare des autobus reliant Dijon à Gray.

La façade a failli partir pour les États-Unis en 1913. Ce bâtiment fut sauvé de la démolition et il obtint son classement par les Beaux-arts en 1914.

Le four banal[modifier | modifier le code]

Four banal

On voit encore la voûte de la halle du four, maintenant murée. Au premier étage, deux fenêtres accolées avec des arcades tréflées sont celles de l’ancien logis du moine chargé de son fonctionnement. Dans le logis, on voit encore une pièce avec alcôve, aux moulures en stuc d’époque Louis XV, une cheminée de la même époque, très bien sculptée et polie avec plaque de foyer à armoiries datant de 1738.

Les habitants du village étaient obligés d’y faire cuire leur pain. Ce four cessa de fonctionner le 15 octobre 1780 en échange d’une « redevance annuelle basée sur la situation de chacun. »

Le grenier à grains[modifier | modifier le code]

Grenier à blé

C’est la plus ancienne maison de Bèze. Le premier étage servait de grenier à grains pour le monastère. En face, on voit une maison à colombage très ancienne elle aussi.

La chapelle Saint-Prudent[modifier | modifier le code]

À la jonction de la rue Dom Clément et de la ruelle Saint Prudent, on aperçoit un toit en pointe. Celui-ci abritait le chœur de la chapelle dédiée à Saint-Prudent. Cette chapelle, construite entre le XIe et le XIIe siècle, abritait les reliques de Saint-Prudent. Ces reliques auraient fait plus de 20 miracles et elles étaient très vénérées. La chapelle fut vendue à la Révolution comme bien national et transformée en logement.

La tour d’Oysel[modifier | modifier le code]

La tour d’Oysel

C’est la deuxième tour des fortifications de l’abbaye subsistante de l'enceinte fortitiée du XVe siècle. Elle se situait à la jonction de la rivière et des douves entourant l'abbaye et qui seront comblées au XVIIIe siècle. Dès lors, la tour est désignée comme "servant de colombier". Les murs ont 1,75 mètre d’épaisseur. Accolé à cette tour, il y a le « lavoir des sœurs ». L’école primaire Claude Monet est installée dans le grand bâtiment qui part de cette tour. Cette partie était l’ancienne cuverie des moines.

La tour de Chaux[modifier | modifier le code]

C’est vers l’an 900 que le monastère s’est entouré de fortifications. Cette tour en est l’un des vestiges et l'une des tours restantes de l'enceinte de l'abbaye. Elle est dite tantôt "Tour aux choues" (= aux chouettes), tantôt "Tour de Chaux", parce qu'au VIIIe siècle il y avait un trou à chaux près de sa base (Inventaire de 1790). Elle a trois étages et ses murs ont environ 2 mètres d’épaisseur.

L’église Saint-Rémi[modifier | modifier le code]

La première chapelle paroissiale remonterait au VIIe siècle. La première église fut construite en 960 par les villageois et placée sous le vocable de Saint-Rémi (un tableau à l’intérieur de l’église illustre cet événement).

Saint Rémi fut l’évêque qui baptisa Clovis et 3000 de ses soldats à Reims en 498. Cette église fut reconstruite de nombreuses fois car elle fut, comme le village et l’abbaye, détruite et incendiée 7 fois dans son histoire.

Le , Joceran de Brancion, évêque de Langres, consacra l'église.

L'église est reconstruite en 1209.

Elle est détruite pour la dernière fois en 1636 par Matthias Gallas. On distingue encore, au niveau de transept (partie la plus ancienne conservée), des pierres de bossages ainsi que des meurtrières, il s'agissait donc d'une église fortifiée.

En 1768, son état était tel qu’il nécessita une reconstruction presque totale sous la direction du curé Guelaud qui fut le premier maire de Bèze, en 1790.

Une restauration totale de l'extérieur et de l'intérieur a été faite de 1995 à 1997 par la municipalité et une association de bénévoles.

À l’extérieur, on peut voir une statue en pierre sur un piédestal qui représente le Christ au lien (ou le Dieu de pitié). Il est appelé ainsi parce qu’il a les mains jointes. Ses amputations de la tête et de la jambe gauche sont sans doute l’œuvre de vandales. À côté est érigée une croix qui faisait partie de l’ancien cimetière.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le buste du chanoine Kir.
  • Félix Adrien Kir, (dit le chanoine Kir), affecté à Bèze en 1910. En 1914, il part en guerre pour rejoindre une unité médicale aux armées. Il quitte Bèze en 1924 car il est nommé à Nolay (Côte-d'Or). Sa mère repose au cimetière de la commune.
  • Saint Prudent : archidiacre et martyr de Narbonne. Un des événements importants de l’histoire de l’abbaye de Bèze et peut-être la cause première de sa célébrité, est la possession des reliques de Saint-Prudent. Ses différents miracles imputés à ses reliques ont été relatés par le moine Thibault.
  • Charles Arnoult, juriste puis député, à l'origine du choix du nom du département de la Côte-d'Or, né à Bèze en 1734, mort en ce même village en 1796;
  • Édouard Persin, champion cycliste, "lanterne rouge" du Tour de France 1928, est né à Bèze le 29 mars 1902. En 1924, il avait remporté Dijon-Auxonne-Dijon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amalgaire ou Amalgar était l'un des dux ou chefs conduisant l'armée du roi contre les Gascons révoltés. Son commandement ou duché comprenait la basse Bourgogne, incluant toute la province ecclésiastique de Lyon. Pour l'assassinat de Brunulfe, voir Courtépée & Béguillet 1848, p. 688, note 2.
Note sur la démographie
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Courtépée & Béguillet 1848, vol. 4, p. 687.
  2. Sylvie Mouton et Stéphane Venault, « Le site de La Fenotte, à Mirebeau-sur-Bèze (21) : Un cas d'habitat en périphérie d'un camp militaire de type romain tardo-républicain. », Le site de La Fenotte, à Mirebeau-sur-Bèze (21) : Un cas d'habitat en périphérie d'un camp militaire de type romain tardo-républicain., série Archaeologia Mosellana.,‎ , p. 313–326 (lire en ligne, consulté le 4 avril 2019)
  3. « Actualité | Découverte archéologique de tombes monumentales : les tumulus de Lux », sur Inrap, (consulté le 4 avril 2019)
  4. « Des Orvilles en Bourgogne - Soriano & Lechenet »
  5. a et b Courtépée & Béguillet 1848, vol. 4, p. 688.
  6. [http://www.archinoe.net/console/exposition/exposition_virtuelle.php?id=157&p=00_classique&page=11 « Photographie a�rienne et arch�ologie : une aventure sur les traces de l'humanit�. »], sur www.archinoe.net (consulté le 4 avril 2019)
  7. « Villa de Renève »
  8. Solange de Montenay, L’abbaye bénédictine Saint-Pierre de Bèze, 1960.
  9. * « Foires établies à Bèze, diocèse de Langres (lettre patente de Louis XI à Bellesbat en Gâtinois, mai 1480) », dans Marquis de Pastoret, Ordonnances des roys de France de la troisième race, vol. 18, Paris, Imprimerie royale, (lire en ligne).
  10. Rapports du jury mixte international, Imprimierie Imperiale, (lire en ligne)
  11. Catalogue général de l'Exposition Universelle de 1867 à Paris. Deuxième partie (groupes VI à X), Dentu, (lire en ligne)
  12. a et b Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France: contenant la statistique et la description complète des 86 départements, Didot frères, (lire en ligne)
  13. Archives des Decouvertes Et Des Inventions Nouvelles, Faites dans les Sciences, les Arts et les Manufactures, tant en France que dans les Pays etrangers, Treuttel et Würtz, (lire en ligne)
  14. « Toute une vie à la scierie à Bèze », sur Mythes au Logis (consulté le 4 avril 2019)
  15. « Beze », sur www.bletteryjp.fr (consulté le 4 avril 2019)
  16. « Commune de Bèze - Le séchoir à houblon », sur www.beze.fr (consulté le 4 avril 2019)
  17. « Bèze (21310) », sur Habitants.fr (consulté le 12 novembre 2017).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Courtépée et Edmond Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, vol. 4, Dijon, impr. Lagier et Décailly, 1848 (2e éd.), 788 p. (lire en ligne), p. 687-726 : «  Bèze (Canton de Mirebeau-sous-Bèze) ».

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Actuellement (2019), l'activité de Bèze est limitée au secteur agricole, aux services et à une usine (Fastring). Cependant son histoire et sa géographie (proximité de la résurgence) témoignent d'une forte activité industrielle passée: