Poncey-lès-Athée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poncey-lès-Athée
Poncey-lès-Athée
Mairie de Poncey-lès-Athée
Blason de Poncey-lès-Athée
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Auxonne Pontailler Val de Saône
Maire
Mandat
Éric Collin
2020-2026
Code postal 21130
Code commune 21493
Démographie
Gentilé Poncéen(s), Poncéenne(s)[1]
Population
municipale
581 hab. (2017 en stagnation par rapport à 2012)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 29″ nord, 5° 23′ 23″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 208 m
Superficie 6,53 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Poncey-lès-Athée
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Poncey-lès-Athée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poncey-lès-Athée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poncey-lès-Athée
Liens
Site web mairie-poncey-les-athee.fr

Poncey-lès-Athée est une commune française située dans le canton d'Auxonne du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lamarche-sur-Saône Rose des vents
Magny-Montarlot
Athée
N Flammerans
O    Poncey-lès-Athée    E
S
Auxonne

Poncey-lès-Athée se situe dans la région naturelle du Val de Saône, à 7 km d'Auxonne, chef-lieu du canton, 36 km de Dijon, chef-lieu du département de la Côte-d'Or et de la région Bourgogne-Franche-Comté, et à 378 km de Paris, capitale de la France.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Poncey s'étend sur 6,53 km2 et se situe sur le fossé tectonique Bressan de la plaine de Saône, à une hauteur moyenne de 195 m. Les sols y sont sablo-argileux.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Saône est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Poncey.
Un étang communal et son ruisseau sont aussi présents au nord-est du village.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Poncey est de type océanique avec étés tempérés.

Transports[modifier | modifier le code]

La D 976 (Saint-Usage-Talmay) est la seule artère relativement importante qui dessert la commune.
L'échangeur autoroutier le plus proche est celui de l'A39, à Soirans (10 km).
Les gares ferroviaires les plus proches sont celles de Villers-les-Pots (5 km) et d'Auxonne-Tillenay (6 km). La première phase (140 km) de la LGV Rhin-Rhône (Villers-les-Pots-Petit-Croix), inaugurée en 2011, traverse le sud de la commune
Les aéroports les plus proches sont ceux de Dole-Jura, à Tavaux (Jura) et de Dijon Bourgogne, à Longvic, tous deux à une trentaine de kilomètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Poncey-lès-Athée est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Poncey doit son nom au gentilice romain Pontius, d'origine osque ou ombrienne, qui lui-même le tient du nombre ordinal correspondant, soit Cinquième en français[6].
Selon l'époque et les scribes, Poncey est appelé Ponticiacus (XIe), Poncey sur Soone (XIVe), Pontcey (XVIIe), et Poncey les Athée (à partir du XIXe)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution, Poncey est une dépendance de la seigneurie d'Athée. Les chanoines de la Sainte-Chapelle de Dijon y détiennent le pouvoir temporel, et l'évêque de Chalon le pouvoir spirituel[8].

En 1469 et 1870, deux incendies ravagent le village. Ces catastrophes marquantes sont rappelées sur les armoiries de la commune[9].

En 1735, le bourgeois Nicolas Verdelet fonde, près de la Saône, la chapelle, placée sous le vocable de la Vierge, succursale de l'église Notre-Dame-de-la-Nativité d'Athée[8].

Au cours des années 1930, 1950, 1970 et 1980, pas moins de 104 puits, soit une capacité de captage totale de 80 000 m3/jour, sont forés, en bord de Saône, afin d'alimenter en eau une partie de la ville de Dijon[10].

En 1995, une usine de traitement de l'eau potable, d'une capacité de 60 000 m3/jour, gérée par la Lyonnaise des Eaux, est mise en service. Elle permet l'élimination des sels de fer et du manganèse, naturellement présents dans les eaux du Val de Saône[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Poncey-lès-Athée Blason
D'argent aux deux pointes ondoyantes de gueules mouvant de la pointe, accompagnées en chef de l'inscription 1467-1870 de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

L'inscription 1467-1870, en chef, fait référence aux deux années où se sont déclarés des incendies ravageurs, représentés, en pointe, par deux pointes ondoyantes suggérant les flammes[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 M. Jean-Pierre Morin   Instituteur retraité
mars 2014 juin 2020 M. Philippe Deveaux    
juin 2020 En cours M. Collin Eric   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2017, la commune comptait 581 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2012 (Côte-d'Or : +1,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401441440447499529514495532
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
518554512524506522528504471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
462426403375376421406391392
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
382370357365380396498513581
2017 - - - - - - - -
581--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix (XIXe) , Grande-Rue ;
  • Fontaine (XIXe), rue Saint-Médard ;
  • Mairie-école (XIXe), rue Saint-Médard ;
  • Barrage sur la Saône (XXe) ;
  • Chapelle (XXe), Grande-Rue ;
  • Monument aux morts (XXe), Route départementale ;
  • Étang communal, rue du Champ Cuminot ;
  • Saône.

La commune a la particularité de ne pas avoir d'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des noms des habitants des communes françaises, sur le site habitants.fr
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  6. Arbois de Jubainville (d') H., "Gentilices romains d'origine non-latine dans les noms de lieu de la Gaule" dans Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, volume 33, n°1, Paris, 1889. pp. 27-29
  7. Roserot A., Dictionnaire topographique de la Côte d’Or, imprimerie nationale, Paris, 1924. p. 304
  8. a et b Courtépée C., Description générale et particulière du duché de Bourgogne, volume 2, Causse, Dijon, 1777. p. 269
  9. a et b Caramanian P., Article "Poncey-lès-Athée, que d'eau, que d'eau !", dans Le Bien Public - Les Dépêches, consulté le 19 juin 2013.
  10. a et b Article "Alimenter Dijon en eau potable" dans Le Bien Public-Les Dépêches, consulté le 19 juin 2013.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :