Château ducal de Duesme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château ducal
de Duesme
Image illustrative de l’article Château ducal de Duesme
Début construction XIIe siècle
Propriétaire actuel Propriété privée
Coordonnées 47° 38′ 38″ nord, 4° 41′ 04″ est
Pays France
Anciennes provinces de France Duché de Bourgogne
Région Bourgogne-Franche-Comté
Subdivision administrative Département
Commune Duesme

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château ducal de Duesme

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château ducal de Duesme

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Château ducal de Duesme

Le château ducal de Duesme est une place forte médiévale de la Bourgogne septentrionale dont les vestiges font l’objet de restauration par une association locale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Un fossé datant du néolithique barre l'éperon, attestant d'un peuplement ancien. Il a été identifié sur les lieux de l'ancien château où on relève aussi le réemploi de matériaux gallo-rommains dans les vestiges de celui-ci[1].

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

Un prieuré semble établi dès le VIIIe siècle à l'entrée d'un lieu escarpé dominant le village actuel. Une forteresse est construite sur le même éperon au XIIe siècle à l'initiative des seigneurs de Duesme. Ce château passe ensuite aux ducs de Bourgogne qui le fortifient en 1355 pour pouvoir résister aux grandes compagnies qui parviennent néanmoins à s'en emparer en 1363[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de religion, les ligueurs se rendent maîtres de la forteresse qui est reprise en 1595 après un siège destructeur. Henri IV la fait alors démanteler. La destruction des restes intervient en 1776 et les vestiges actuels appartiennent à un propriétaire privé[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le promontoire de Duesme.

La forteresse est édifiée sur un éperon orienté nord-sud choisi pour les facilités défensives offertes par le site. Celui-ci est délimité par les lits de la Seine à l'est, du ruisseau de la Fons à l'ouest et relié au plateau de Baigneux au sud par une étroite langue rocheuse coupée de deux failles. Le système de défense est simplifié par cette disposition.

À l'entrée du promontoire un petit prieuré, le prieuré Saint-Étienne dont l'origine, antérieure à la forteresse, pourrait remonter au VIIIe siècle[3]. Les deux failles franchies chacune par un pont-levis constituent le premier dispositif défensif complété à l’intérieur de la seconde par un haut mur crénelé dépourvu de tours de défense. Entre les deux ponts se trouvent l'ancien village et son église, les granges et les étables ; à l’intérieur du dernier enclos le donjon, la chapelle castrale dédiée à Saint-Georges, le puits et diverses dépendances[4].

Restauration[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle les ruines sont aménagées en jardin à l'anglaise[4]. Des vestiges de bâtiments font actuellement l'objet de restauration et des ponts ont été rétablis au-dessus des ravines[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Vignier, Annales de Bourgogne, t. XXXI (no 123), (lire en ligne [PDF]), « Châteaux ducaux du bailliage de la montagne au XIVe siècle » Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Françoise Vignier, Le prieuré Saint-Étienne de Duesme (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article