Porte de Paris (Châtillon-sur-Seine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte de Paris.
Porte de ville
dite Porte de Paris
Châtillon-sur-Seine - Porte de Paris.JPG
Présentation
Type
Architecte
Pierre-Joseph Antoine
Construction
1765
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Rue de l'Abbaye et rue Courcelles-PrévoiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Côte-d’Or
voir sur la carte de la Côte-d’Or
Red pog.svg

La porte de Paris est une ancienne porte de la ville française de Châtillon-sur-Seine, en Côte-d'Or en Bourgogne-Franche-Comté.

Localisation[modifier | modifier le code]

L’édifice est situé rue de l’Abbaye et rue Courcelles-Prévoires à Châtillon-sur-Seine dans le département français de la Côte-d'Or.

Architecture[modifier | modifier le code]

La porte de Paris, constituée d’une seule grande arche pour laisser passer les personnes et les véhicules, a été construite en grand appareil de pierre calcaire[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’édifice fait partie de l’ancienne enceinte fortifiée de Châtillon-sur-Seine dont les origines remontent au XIIe siècle[1].

À la suite de la modification du tracé du Grand Chemin de Paris à Châtillon, l’ancienne porte dite porte de l’Abbaye ne correspondait au nouveau tracé du chemin[1]. Une nouvelle porte de ville, dite porte de Paris, a été édifiée en 1765[1]. Le projet de Pierre-Joseph Antoine, sous-ingénieur des Ponts et Chaussées de la province de Bourgogne, a été adopté à la suite du rejet des projets de l’architecte châtillonnais Léger[1]. Le 20 mai 1763, les travaux sont adjugés à Claude Berthelemot, entrepreneur à Chamesson[1]. Ceux-ci sont achevés en 1767[1].

En 1837 et 1838, des travaux de maçonnerie ont été effectués à la suite d’infiltrations d’eau[1].

Les fortifications ont été progressivement démantelées après la Révolution[2]. Une petite partie des fortifications a survécu au démantèlement, notamment le bastion du Petit-Haut et la porte Dijonnaise.

L’édifice est inscrit monument historique le 6 mars 1950[3].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :