Porte de Paris (Châtillon-sur-Seine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte de Paris.
Porte de ville
dite Porte de Paris
Châtillon-sur-Seine - Porte de Paris.JPG
Présentation
Type
Architecte
Pierre-Joseph Antoine
Construction
1765
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Côte-d’Or
voir sur la carte de la Côte-d’Or
Red pog.svg

La porte de Paris est une ancienne porte de la ville française de Châtillon-sur-Seine, en Côte-d'Or en Bourgogne-Franche-Comté.

Localisation[modifier | modifier le code]

L’édifice est situé rue de l’Abbaye et rue Courcelles-Prévoires à Châtillon-sur-Seine dans le département français de la Côte-d'Or.

Architecture[modifier | modifier le code]

La porte de Paris, constituée d’une seule grande arche pour laisser passer les personnes et les véhicules, a été construite en grand appareil de pierre calcaire[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’édifice fait partie de l’ancienne enceinte fortifiée de Châtillon-sur-Seine dont les origines remontent au XIIe siècle[1].

À la suite de la modification du tracé du Grand Chemin de Paris à Châtillon, l’ancienne porte dite porte de l’Abbaye ne correspondait au nouveau tracé du chemin[1]. Une nouvelle porte de ville, dite porte de Paris, a été édifiée en 1765[1]. Le projet de Pierre-Joseph Antoine, sous-ingénieur des Ponts et Chaussées de la province de Bourgogne, a été adopté à la suite du rejet des projets de l’architecte châtillonnais Léger[1]. Le 20 mai 1763, les travaux sont adjugés à Claude Berthelemot, entrepreneur à Chamesson[1]. Ceux-ci sont achevés en 1767[1].

En 1837 et 1838, des travaux de maçonnerie ont été effectués à la suite d’infiltrations d’eau[1].

Les fortifications ont été progressivement démantelées après la Révolution[2]. Une petite partie des fortifications a survécu au démantèlement, notamment le bastion du Petit-Haut et la porte Dijonnaise.

L’édifice est inscrit monument historique le 6 mars 1950[3].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :