Château de Rochefort (Asnières-en-Montagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Rochefort
Image illustrative de l’article Château de Rochefort (Asnières-en-Montagne)
Entrée.
Début construction XIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1974)
Coordonnées 47° 42′ 54″ nord, 4° 15′ 39″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
commune Asnières-en-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Rochefort

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Rochefort

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Château de Rochefort

Le château de Rochefort est situé aux confins de l'Auxois, du Tonnerrois et du Châtillonnais en Côte-d'Or (Bourgogne-Franche-Comté) à 1,5 km du village d'Asnières-en-Montagne.

L'édifice est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le et classé depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon un manuscrit daté de 1196 la construction d’un premier château commence au XIIe siècle sous le nom de « Rupes Fortis » (Roche forte), d’une seigneurie dont le premier représentant s’appelait Eymon. Une suite de démolitions et de reconstructions voient se succéder plusieurs forteresses avant le château actuel.

On trouve ensuite mention des noms des seigneurs de Rochefort dans les textes d’archives au XIIIème. Après avoir été démantelé sur ordre du duc Jean Sans Peur la seigneurie est rachetée par Jacques Coictier, chambellan de Louis XI qui édifie le logis noble à la fin du XVème siècle. En 1501, le château est racheté par la famille de Rochefort qui édifie probablement l’extension Ouest du corps de logis et de la chapelle. Le château est ensuite acquis aux alentours de 1661 par Denis Languet, procureur au parlement de Dijon. Au XVIIè siècle, on construit probablement le corps de logis du massif d’entrée, la terrasse haute et le mur de soutènement « à niches ».

Vers 1789, le château est racheté par la famille de La Guiche, propriétaire jusqu’en 2018. Dans les années 70, le château bénéficie pour la première fois d’un projet de protection qui débouche sur un échec, le laissant à l’abandon et à la dégradation pendant quelques années. En 1974, le site est classé au titre des Monuments Historiques.

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Rochefort est une des rares traces de la période « pré-renaissance » en France. Construit sur l'emplacement de places-fortes plus anciennes et campé sur un éperon rocheux, l'édifice est constitué de deux grandes parties : le logis seigneurial avec ses six tours et les communs habités jusqu’en 1956[2].

Restauration[modifier | modifier le code]

C’est en 2002 que voit le jour l’association Les clefs de Rochefort, membre de l’Union Rempart, qui mène des travaux pour l’entretien du site et sa sécurisation afin d’éviter les intrusions. Une action de valorisation a également été entreprise par la mise en place d’une fête médiévale annuelle, des conférences présentant ce site remarquable. En 2015, l’Etat demande aux propriétaires de procéder à des travaux d’urgence de stricte conservation. Le 06 décembre 2017, l'ancien propriétaire vend à l’euro symbolique le château à l’association des Clefs de Rochefort. La campagne de travaux d’urgence programmée sur 3 tranches devrait permettre la réouverture de ce site unique sur ce territoire. Malgré une aide de 50% apportée par l’Etat, l’association cherche des partenaires privés pour pouvoir honorer sa mission. Le projet global des Clefs de Rochefort est double :

Les communs[modifier | modifier le code]

La restauration des communs devrait permettre à l’association de mener tout au long de l’année des actions d’animation de son territoire par l’ouverture des différentes salles. Au rez-de-chaussée : salle d’accueil, salle de restauration avec le four à pain. A l’étage, plusieurs espaces dédiés pour des expositions, des conférences et des actions pédagogiques. Au-delà de ces actions pérennes, l’association souhaite valoriser les métiers d’art et de l’artisanat bourguignon en offrant ces espaces pour permettre à ces artisans d’avoir une vitrine au sein même de ce château. Tout au long de la restauration des communs, l’association aura comme priorité :

  • de rendre les abords du château accessibles et sécurisés pour le plus grand nombre avec des aménagements piétonniers et un balisage du site ;
  • de coordonner les interventions des professionnels et à celle des chantiers de bénévoles ;
  • d’animer le site par l’organisation de manifestations avec pour thème les métiers d’art et l’artisanat bourguignon ;
  • d’organiser des visites pour tous.

Le logis seigneurial[modifier | modifier le code]

Le classement de cette partie en tant que ruine ne permet pas d’envisager une quelconque restauration ; au mieux des installations contemporaines symbolisant les différents espaces pour permettre aux visiteurs de prendre conscience des volumes. L’association souhaite mettre en place un thème fort propre au château avec une vision contemporaine : « Rochefort, une forteresse pleine de richesses », et souhaite définir à travers ce projet ce que représente un château au XXIe siècle. Depuis décembre 2018, les premiers travaux ont démarré pour le sauvetage et la mise hors d’eau du logis d’entrée. Des entreprises monuments historiques et un chantier d’insertion travaillent ensemble pour restaurer la charpente de manière définitive et une couverture provisoire sera installée.

Ce projet fait partie des 22 projets sélectionnés en Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre de la Mission Bern 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]