Saulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saulieu
La basilique Saint-Andoche.
La basilique Saint-Andoche.
Blason de Saulieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Semur-en-Auxois
Intercommunalité Saulieu
Maire
Mandat
Anne-Catherine Loisier
2014-2020
Code postal 21210
Code commune 21584
Démographie
Gentilé Sédélociens, Sédélociennes
Population
municipale
2 479 hab. (2014)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 51″ nord, 4° 13′ 46″ est
Altitude Min. 394 m – Max. 596 m
Superficie 32,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saulieu

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulieu

Saulieu est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Capitale du Morvan, commune du Parc naturel régional du Morvan, située au sud-est de Paris sur la route départementale 906, ex-nationale 6. En bourguignon-morvandiau, on dit Saûyeu.

Ses habitants sont appelés les Sédélociens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saulieu est une ville fleurie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Didier Montlay-en-Auxois Rose des vents
N Villargoix
O    Saulieu    E
S
Champeau-en-Morvan Saint-Martin-de-la-Mer Thoisy-la-Berchère
Liernais

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Siduo[1], puis Sidoloucum[2] au IIe siècle.

Il s'agit d'une forme composée gauloise, basée sur sedo (siège) et -leuca (variante de lugo) indiquant des "marécages". La ville est toujours située au milieu d'importantes étendues marécageuses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune était habité dès l'époque gallo-romaine, sous le nom de Sidolocus (ou Sedelocus), comme en attestent des stèles gravées et tombes retrouvées sur les collines qui dominent l'actuelle commune, ainsi que la célèbre Table de Peutinger.

Aux XIIe et XIIIe siècles, la famille féodale de Saulieu, vassale des évêques d'Autun, dirige la ville : Guillaume Ier vers 1147 (chevalier), Guillaume II vers 1198 (chevalier, seigneur de Montbroin, vicomte et maire de Saulieu), Geoffroy vers 1252 (chevalier, vicomte et maire de Saulieu), puis Guillaume III vers 1276 (chevalier, vicomte et maire de Saulieu). L'unique fille de Guillaume III de Saulieu, dernière représentante de la branche aînée des vicomtes, épouse Ponce de Trechery et vend la vicomté en 1288.

En 1359, pendant la guerre de Cent Ans, la ville est brûlée par les troupes anglaises.

À partir de 1409, l'évêque d'Autun fait reconstruire les murailles de la ville[3].

Saulieu, petite cité commerçante dispose au Moyen Âge d'un marché ou se négocie les céréales (blé, orge, avoine, seigle, méteil) et il s'y tient deux foires annuelles[3]. Au XVIe siècle elle est un centre important de tannage et pelleterie[3].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Saulieu est libérée le , lorsque le 2e régiment de dragons (débarqué en Provence) et le U.S. 86th Cavalry Reconnaissance Squadron (Mechanized) (débarqué en Normandie) font leur jonction sur la commune[4],[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blasonnement des armes traditionnelles (mais récentes) de la ville de Saulieu :

Blason Blasonnement :
De gueules à l'épée d'argent garnie d'or, accompagnée de trois fleurs de lis du même, une en chef, une à dextre et une à sénestre.

Malte-Brun, dans La France illustrée (1882) propose quant à lui :

« De gueules, à une épée d'argent posée en pal, la garde d'or. »

Et pour devise :

« HIS ARMIS. HÆ ARMA UENTUR. :(donc sans fleurs de lis). »

Le Tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par la ligne surnommée Tacot du Morvan : le chemin de fer de Corbigny à Saulieu.

Sa gare terminus était située aux côtés de la gare de la liaison PLM. La ligne disposait ensuite de deux autres arrêts dans la commune : aux lieux-dits le Fourneau et Montivent.

Le trafic voyageurs fut stoppé le .

Locomotive à vapeur Tacot du Morvan de Corbigny à Saulieu
Commune précédente
Champeau-en-Morvan
Saulieu
Saulieu PLM (Gare terminus - Liaison PLM)
Le Fourneau
Montivent
Terminus

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Marcel Roclore    
  mars 1995 Philippe Lavault UDF Conseiller général
mars 1995 mars 2008 Patrice Vappereau NC-UDI  
mars 2008 en cours Anne-Catherine Loisier UDI Sénatrice de la Côte-d'Or, Conseillère générale du canton de Saulieu, présidente de la communauté de communes de Saulieu
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 479 habitants, en diminution de -3,69 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 757 1 885 3 102 2 415 3 023 2 922 2 840 2 723 2 617
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 733 3 730 3 702 3 750 3 875 3 788 3 681 3 672 3 583
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 507 3 397 3 134 3 114 3 094 3 121 3 061 3 202 3 269
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
3 303 2 946 3 084 2 917 2 837 2 588 2 490 2 479 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Environnement[modifier | modifier le code]

En raison de ses efforts pour la qualité de son environnement nocturne, la commune a été labellisée « Ville 1 étoile », en 2013[10]. Le label est décerné par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN) et compte 5 échelons. Un panneau, disposé aux entrées de la ville, indique cette distinction.

Monuments et musée[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Racing Club Saulieu (club de rugby).
  • Les Chipies (section rugby féminines).
  • Cyclisme Club Saulieu - Les Déjantés (organisateurs de « Ride The Morvan », randonnée VTT qui se déroule le dernier week-end de juillet et sillonnant les magnifiques paysages du Morvan).
  • Saulieu Basket Club (club de basketball).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur une borne milliaire
  2. Dans l'itinéraire d'Antonin
  3. a, b et c Sébastien Lambert, Conforgien, une maison forte Bourguignonne, dans Places fortes et centres d'échanges, Actes du 21e colloque de l'A.B.S.S, Semur-en-Auxois (15-16 octobre 2011), Société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, 2014, (ISSN 0989-9200), p. 72.
  4. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p 35
  5. www.super6th.org
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Pluie d'étoiles sur la Côte d'Or article sur le site Le Bien public, 19 février 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]