Saulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saulieu
Saulieu
La basilique Saint-Andoche et la fontaine Saint-Andoche.
Blason de Saulieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes de Saulieu
(siège)
Maire
Mandat
Martine Mazilly
2020-2026
Code postal 21210
Code commune 21584
Démographie
Gentilé Sédélociens, Sédélociennes
Population
municipale
2 385 hab. (2018 en diminution de 4,22 % par rapport à 2013)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 51″ nord, 4° 13′ 46″ est
Altitude Min. 394 m
Max. 596 m
Superficie 32,03 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Semur-en-Auxois
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saulieu
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saulieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulieu
Liens
Site web saulieu.fr

Saulieu est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Proclamée « Capitale du Morvan »[1],[Note 1], c'est une commune du Parc naturel régional du Morvan.

En bourguignon-morvandiau, on dit Saûyeu. Ses habitants sont appelés les Sédélociens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Paris est au nord-ouest (250 km), Dijon à l'est (74 km), Beaune au sud-est (62 km), Avallon au nord-ouest (39 km), Autun au sud (40 km).

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Saulieu est à un croisement de plusieurs routes départementales importantes : D906 (ex-nationale 6) D980, D977bis, D15, D26[3]. Un réseau de petites routes locales dessert les villages et hameaux de la commune[4].

L'autoroute A6 est accessible vers le nord par le péage de Bierre-lès-Semur (21 km N-N-E) et vers le sud par le péage de Pouilly-en-Auxois (32 km à l'est). Le même péage de Pouilly-en Auxois est à une extrémité de la A38 qui mène à Dijon, où se croisent la A31 et la A36[3].

Trains[modifier | modifier le code]

Les gares des plus proches sont celles :
d'Avallon (lignes de Cravant - Bazarnes à Dracy-Saint-Loup et d'Avallon à Nuits-sous-Ravières : TER Bourgogne-Franche-Comté, Fret SNCF) ;
de Beaune (ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles : TGV, TER Bourgogne-Franche-Comté, Fret SNCF) ;
et de Dijon (lignes de Paris-Lyon à Marseille, Dijon à Is-sur-Tille, Dijon à Saint-Amour, et Dijon à Vallorbe (frontière) : TGV Lyria, TGV, TER).

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Saulieu - Liernais (activités de loisirs et de tourisme (aviation légère)) est à 7 km au sud-est de la ville[3].

L'aéroports le plus proche est celui de Dijon-Bourgogne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saulieu est sur une hauteur : aucun cours d'eau ne traverse le bourg. Mais plusieurs prennent source dans la commune[4] :
au sud, prend naissance le ruisseau de la Prée qui alimente le lac de Chamboux sur la commune voisine Saint-Martin-de-la-Mer ;
la Baigne sert de limite de commune au sud-est, et son affluent de rive gauche le ruisseau de la Come au Fou traverse d'ouest en est la pointe sud de la commune ;
le ruisseau de Saulieu prend naissance au pied du bourg et s'éloigne vers l'est pour rejoindre lui aussi la Baigne à Villargoix voisin ;
au nord-est le ruisseau de Champmonin alimente l'étang de la Préamée avant de quitter la commune pour celle de Villargois ;
l'Argentelet naît à l'ouest du bourg et remonte vers le nord, alimentant quatre étangs avant de rejoindre la commune de Saint-Didier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saulieu est une ville fleurie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saulieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saulieu, une unité urbaine monocommunale[8] de 2 413 habitants en 2017, constituant une ville isolée[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (53,1 %), forêts (34 %), zones urbanisées (5,9 %), zones agricoles hétérogènes (4,7 %), terres arables (1,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Siduo (borne milliaire); Sidolocus au IIe siècle (Desjardins, Table de Peutinger, p. 30); Sidiloucus ou Sidoloucum au IIe siècle (Desjardins, Table de Peutinger, p. 30, d’après Itinéraire d’Antonin); Sedelaucus au IVe siècle (Cougny, II, p. 110, d’après Ammien Marcellin, l. XVI, chap. II); Sidilocus au IXe siècle (Loup de Ferrières); Sedeloco vico à l'époque mérovingienne (Prou, Monnaie mérovingienne, p. 37); [Locus Sancti Andochii] Sedelocense en 722 (cartulaire de Flavigny, copie Bouhier, p. 2); [Sanctus Andochius] Sedeloco en 877-879 (Lex, Docum., p. 9); Sedilocus en 1223 (G 3347); Saaleu en 1269 (Fontenay, H 582); Saulieu en 1399 (Lex, Invent., H 1527)[15].

Xavier Delamarre analyse Sido-loucoum, sur locu « lac », peut-être originellement *lokuā sans labialisation[16]. Le vieil irlandais a loch, génitif locho « lac, marais, bras de mer »[16]. Le gallois llwch « lac » et le breton loc'h « étang, marais » sont empruntés au vieil irlandais[16]. L'évolution en -lieu est régulière en langue d'oïl et s'apparente à celle du latin locus > français lieu. Le premier élément Sido- (Siduo) peut représenter le toponyme originel et n'est pas expliqué par cet auteur[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune était habité dès l'époque gallo-romaine comme en attestent des stèles gravées et tombes retrouvées sur les collines qui dominent l'actuelle commune, ainsi que son nom inscrit sur la Table de Peutinger.

Aux XIIe et XIIIe siècles, la famille féodale de Saulieu, vassale des évêques d'Autun, dirige la ville : Guillaume Ier vers 1147 (chevalier), Guillaume II vers 1198 (chevalier, seigneur de Montbroin, vicomte et maire de Saulieu), Geoffroy vers 1252 (chevalier, vicomte et maire de Saulieu), puis Guillaume III vers 1276 (chevalier, vicomte et maire de Saulieu). L'unique fille de Guillaume III de Saulieu, dernière représentante de la branche aînée des vicomtes, épouse Ponce de Trechery et vend la vicomté en 1288.

En 1359, pendant la guerre de Cent Ans, la ville est brûlée par les troupes anglaises.

À partir de 1409, l'évêque d'Autun fait reconstruire les murailles de la ville[17]. Ce même siècle, un hôpital est fondé[18].

Saulieu, petite cité commerçante dispose au Moyen Âge d'un marché où se négocient les céréales (blé, orge, avoine, seigle, méteil) et il s'y tient deux foires annuelles[17]. Au XVIe siècle, elle est un centre important de tannage et pelleterie[17].

Située sur la ligne à voie unique de Cravant - Bazarnes (Yonne) à Dracy-Saint-Loup (Saône-et-Loire), Saulieu a bénéficié du train pour les voyageurs de 1882 à .

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Saulieu est libérée le , lorsque le 2e régiment de dragons (débarqué en Provence) et le U.S. 86th Cavalry Reconnaissance Squadron (Mechanized) débarqué en Normandie font leur jonction sur la commune[19],[20].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blasonnement des armes traditionnelles (mais récentes) de la ville de Saulieu :

Blason Blasonnement :
De gueules à l'épée d'argent garnie d'or, accompagnée de trois fleurs de lis du même, une en chef, une à dextre et une à sénestre.

Malte-Brun, dans La France illustrée (1882) propose quant à lui :

« De gueules, à une épée d'argent posée en pal, la garde d'or. »

Et pour devise :

« HIS ARMIS. HÆ ARMA UENTUR.

(donc sans fleurs de lis). »

Le Tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par la ligne surnommée Tacot du Morvan : le chemin de fer de Corbigny à Saulieu.

Sa gare terminus était située aux côtés de la gare de la liaison PLM. La ligne disposait ensuite de deux autres arrêts dans la commune : aux lieux-dits le Fourneau et Montivent.

Le trafic voyageurs fut stoppé le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Début XXe siècle ? Alfred Guillaume Rad.ind. Vétérinaire
Conseiller général du canton de Saulieu (1928 → 1940)
Les données manquantes sont à compléter.
1945 Marcel Roclore CNI Médecin, ministre (1947)
Député de la Côte-d'Or (1945 → 1951 puis 1956 → 1962)
Conseiller général du canton de Saulieu (1945 → 1966)
Président du conseil général de la Côte-d'Or (1951 → 1966)

(démission)
Eliane de Wignacourt[21] UDR  

[réf. nécessaire]
[22]
(décès)
Auguste Hervey RI Conseiller général du canton de Saulieu (1967 → 1974)
[22] Philippe Lavault Centre gauche
puis UDF
Médecin
Conseiller général du canton de Saulieu (1975 → 1994)
Vice-président du conseil général de la Côte-d'Or
Patrice Vappereau DVD puis
NC-UDI
 

(démission)
Anne-Catherine Loisier DVD puis UDI Gestionnaire de forêts
Sénatrice de la Côte-d'Or (2014 → )
Conseillère régionale de Bourgogne (1998 → 2010)
Conseillère générale du canton de Saulieu (1994 → 2014)
Présidente de la CC de Saulieu (2008 → 2017)
[23] en cours Jean-Philippe Meslin DVD Agent CEA
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2018, la commune comptait 2 385 habitants[Note 3], en diminution de 4,22 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 7571 8853 1022 4153 0232 9222 8402 7232 617
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 7333 7303 7023 7503 8753 7883 6813 6723 583
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 5073 3973 1343 1143 0943 1213 0613 2023 269
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
3 3032 9463 0842 9172 8372 6432 6162 5882 490
2018 - - - - - - - -
2 385--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services[modifier | modifier le code]

Hôpital de Saulieu.

L'hôpital de Saulieu, au 2 rue Courtépée, a été fondé au XVe siècle[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Une importante fabrique de maroquinerie du groupe Maroquinerie Thomas est installée à Saulieu et compte 180 salariés en 2018[28].

Entreprise remarquable[modifier | modifier le code]

Lorsque les voyageurs partaient le matin de Paris pour Lyon par la Nationale 6, Saulieu devenait l'étape pour le déjeuner. Parmi les restaurants de la ville, La Côte d'Or, 2 étoiles au Guide Michelin, d'Alexandre Dumaine, Bernard Loiseau puis Patrick Bertron est une institution gastronomique qui a su transcender au fil du temps les épreuves comme les mises en service de l'autoroute A6, du TGV et la succession des grands chefs.
Les autres restaurants renommées de la ville sont l’Hostellerie de la Tour d’Auxois, La Poste, et le Sédélocien. Le Café parisien contribue à l'animation de la rue commerçante principale depuis 1832.

Environnement[modifier | modifier le code]

Saulieu fait partie depuis sa création en 1970 du parc naturel régional du Morvan.

En raison de ses efforts pour la qualité de son environnement nocturne, la commune a été labellisée « Ville 1 étoile », en 2013[29]. Le label est décerné par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN) et compte 5 échelons. Un panneau, disposé aux entrées de la ville, indique cette distinction.

L'ours blanc, devant La Côte d'Or.

Monuments et musée[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Racing Club Saulieu (club de rugby).
  • Les Chipies (section rugby féminines).
  • Cyclisme Club Saulieu (organisateur de « Ride The Morvan », randonnée VTT qui se déroule le dernier week-end de juillet sillonnant les paysages du Morvan).
  • Saulieu Basket Club (club de basketball).
  • Entente Sportive Morvandelle (club de football)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes sur la démographie
  1. Château-Chinon est quant à elle la capitale du Haut-Morvan[2]
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « De Beaune à Saulieu la capitale du Morvan », sur echodescommunes.fr (consulté le ).
  2. « Histoire de Château-Chinon », sur ville-chateau-chinon.fr (consulté le ).
  3. a b et c « Saulieu », sur google.fr/maps.
    Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "itinéraires".
  4. a et b « Saulieu, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Saulieu », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique de la Côte-d’Or, Paris, 1924, p. 368 (lire en ligne sur DicoTopo) [1]
  16. a b c et d Xavier Delamarre (préface Pierre-Yves Lambert), Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, éditions Errance, 2003, p. 205.
  17. a b et c Sébastien Lambert, « Conforgien, une maison forte Bourguignonne » (Places fortes et centres d'échanges : Actes du 21e colloque de l'A.B.S.S, 15-16 octobre 2011), Société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, Semur-en-Auxois,‎ , p. 72 (ISSN 0989-9200, présentation en ligne).
  18. a et b « La création du site hospitalier de Saulieu », Accueil › Patrimoine, sur hopital-saulieu.fr (consulté le ).
  19. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p. 35.
  20. (en) « Chapter I - Brittany campaign, 18 July to 17 September 1944 », site « Combat History of the Super Sixth », sur super6th.org (consulté le ).
  21. « Le conseil municipal de Saulieu est complété », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  22. a et b « Deux élections cantonales et une élection municipale », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  23. « Saulieu : Jean-Philippe Meslin a été élu nouveau maire », Le Bien Public,‎ (lire en ligne).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. « maroquinerie de saulieu - identité et bilans », sur www.verif.com (consulté le ).
  29. « Pluie d'étoiles sur la Côte d'Or », sur bienpublic.com, (consulté le ).
  30. « Liste du mobilier listé ou classé Monument historique à Saulieu », sur culture.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Hôpital-hospice », notice no PA00112655, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Station de la table de Peutinger