Château ducal de Villaines-en-Duesmois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château ducal
de Villaines-en-Duesmois
Image illustrative de l’article Château ducal de Villaines-en-Duesmois
Ruines du château au début du XIXe siècle.
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire actuel Propriété privée
Coordonnées 47° 40′ 59″ nord, 4° 31′ 36″ est[1]
Pays France
Anciennes provinces de France Duché de Bourgogne
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Localité Villaines-en-Duesmois
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Château ducal de Villaines-en-Duesmois
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne
(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château ducal de Villaines-en-Duesmois
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château ducal de Villaines-en-Duesmois

Le château ducal de Villaines-en-Duesmois est avec ceux de Châtillon-sur-Seine et de Duesme un des plus importants châteaux ducaux de la Bourgogne septentrionale. Ses vestiges réduits à quatre tours d’angle font l’objet de restauration par une association locale.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château est isolé au nord de la motte de Villaines sur la rive droite du ruisseau de Laignes, en face du village[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1002 une charte de l'abbaye de Flavigny mentionne l’existence d’une motte castrale repérée à 1 500 mètres au sud des vestiges du château.

Hugues IV de Bourgogne (1213-1272) achète la seigneurie en 1253. Philippe le Hardi (1342-1404) et Marguerite de Flandre (1350-1405) renforcent la place pour pouvoir résister aux grandes compagnies[2]. Louis XI (1423-1483) y réside ensuite puis les princes de Condé.

Démantelé sur ordre royal en 1710 pour servir de carrière de pierres, il n'en subsiste que quatre des sept tours initiales. Le fossé à fond plat qui en fait le tour est rétabli en 2009. On peut voir dans le village un manoir remanié au XVIIIe siècle avec des pierres de la forteresse[3].

Description[modifier | modifier le code]

L'architecture générale semble avoir été des plus simples. Les quatre tours d’angle circulaires (XIIIe siècle) préservées définissaient un quadrilatère d'environ 50 mètres de côté[4]. Les tours, équipées de canonnières de la fin du XVIe siècle[4], étaient reliées entre elles par un rempart dont celui situé côté village était percé d'une porte étroite, surmontée d'une tour carrée, ne permettant pas le passage des chariots. On y accédait par un pont-levis surplombant le fossé bordé à l'extérieur d'un talus et d'une palissade. À l'intérieur de l'enclos se trouvaient le donjon, la chapelle, une citerne et diverses dépendances, à l'extérieur des granges et d'autres dépendances[5].

Restauration[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980 le foyer culturel de Villaines-en-Duesmois prend en charge la restauration et l'entretien du site[6].

Dans une des tours restaurée du château se tient une exposition consacrée à la pierre du Châtillonnais (géologie, extraction, utilisation)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. François Vignier 1959, p. 170-171.
  3. Châteaux de Côte-d’Or.
  4. a et b Nicolas Mengus, Châteaux forts au Moyen Âge, Rennes, Éditions Ouest-France, , 283 p. (ISBN 978-2-7373-8461-5), p. 128.
  5. François Vignier 1959, p. 162.
  6. Le petit fûté.
  7. Foyer culturel de Villaines-en-Duesmois.

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Vignier, Annales de Bourgogne, t. XXXI (no 123), (lire en ligne [PDF]), « Châteaux ducaux du bailliage de la montagne au XIVe siècle » Document utilisé pour la rédaction de l’article