Noiron-sous-Gevrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Noiron-sous-Gevrey
Noiron-sous-Gevrey
Le pont des Arvaux.
Blason de Noiron-sous-Gevrey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Intercommunalité Communauté de communes de Gevrey-Chambertin et de Nuits-Saint-Georges
Maire
Mandat
Olivier Pirat
2020-2026
Code postal 21910
Code commune 21458
Démographie
Gentilé Noironnais(e)(s)
Population
municipale
1 153 hab. (2019 en augmentation de 7,96 % par rapport à 2013)
Densité 176 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 40″ nord, 5° 04′ 51″ est
Altitude Min. 195 m
Max. 227 m
Superficie 6,56 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nuits-Saint-Georges
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Noiron-sous-Gevrey
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Noiron-sous-Gevrey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noiron-sous-Gevrey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noiron-sous-Gevrey
Liens
Site web Site officiel

Noiron-sous-Gevrey est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Le village de Noiron-sous-Gevrey est situé à 10 kilomètres de Gevrey-Chambertin, 14 kilomètres de Nuits-Saint-Georges et 15 kilomètres de Dijon. Il est traversé par la route allant de Dijon à Seurre, à l'est de l'axe sud-nord Beaune - Dijon.

Noiron est situé au croisement de deux petites rivières, la Varaude (ou Chairon ou Cheron) et la SansFond (ou Cent Font). Un autre ru, la Boïse (ou Bahize) se jette dans la Varaude sur le territoire de la commune.

Il est entouré des communes suivantes (en tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre) : Saulon-la-Chapelle, Barges, Broindon, Savouges, Corcelles-lès-Cîteaux et Izeure.

Sa superficie s'étend sur 656 hectares.

L'altitude varie entre 195 et 227 mètres.

La commune fit partie du canton de Savouges de 1790 à 1800, elle est désormais rattachée à celui de Gevrey-Chambertin.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Noiron-sous-Gevrey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,3 %), forêts (28,5 %), zones urbanisées (10,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de Noiron est inconnue, cependant la signification du nom Noiron désigne un village situé au bord d’une rivière.

Au cours des siècles le nom de la commune a évolué :

  • Neiro en 801,
  • Ville Neronus en 952,
  • Neyrons en 1212 (date de la construction du pont des Arvaux)
  • Noiron-les-Cîteaux à partir de 1657
  • Noiron-sous-Gevrey par décret du .

La nécropole mérovingienne est la trace d'une occupation ancienne des lieux. La présence de l'église est attesté en 801.

Au Moyen Âge, si les moines de Cîteaux y possèdent quelques terres, c'est aux chanoine du chapitre de la cathédrale de Langres, Saint Mametz, qu'appartient la seigneurie de Noiron dès 1169. Aux XIIIe et XIVe siècles, Noiron subit divers dommages du fait des seigneurs locaux (comte de Chalon, duc de Beaujeu). Le duc de Bourgogne est alors l'arbitre de toutes les querelles.

En 1559, la seigneurie de Noiron est vendue à Catehrine Gros, Dame Trouhans. Elle passe ensuite entre les mains de divers propriétaires au long des XVIIe et XVIIIe siècles. La maison seigneuriale, ou château, se situait à l'emplacement de la ferme au bas de la rue du ruisseau (anciennement rue du château), juste avant le carrefour avec la rue de l'église[8].

Le village paie son tribut à la guerre de 1914 avec 7 morts.

Entre les deux guerres Noiron se modernise avec l'arrivée de l'électricité en 1925 et l'eau courante en 1939.

En 1940, les Allemands occupent le village à la mi-juin. Les chars de la libération de la première divisions de la France libre arrivent par la route de Savouges le .

En 1880, le village comptait 18 exploitations agricoles qui employaient 160 personnes. La production était alors très diversifiée, céréales, miel, vin, vaches, moutons porcs et volailles. Dans les années 1950, il y avait même une production de tabac. Le remembrement est effectué entre 1970 et 1973. En 1979, on compte 8 exploitations employant 19 personnes. En 1995, on ne compte plus que 3 exploitations employant 9 personnes. Le cheptel agricole a presque entièrement disparu, l'agriculture s'étant spécialisé dans les céréales et les cultures industrielles (oignons, colza, moutarde).

Le XIXe siècle voit progresser l'éducation à Noiron comme dans toute la France. En 1835/1836, l'école est construite. Un préau ne fut adjoint qu'en 1948. Le dynamisme démographique de la commune à partir de la fin des années 1980 conduit à la création d'un nouveau bâtiment pour l'école maternelle. À la suite de son incendie le , un nouveau bâtiment a été construit.

Le tout à l'égout est installé à Noiron en 1992 avec la création des lagunages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2016 en cours Olivier Pirat    
mars 2008 mars 2016 Claudette Guillemaud    
1985 mars 2008 Jean Le Grand RPR  
1977 1985 Gérard Deniaud    
1973 1977 Jean Pouilly    
1968 1973 Michel Fossier    
1965 1968 Joseph Toucanne    
1959 1965 Michel Fossier    
1947 1959 Joseph Toucanne    
1945 1947 Marius Maret    
1933 1945 Lucien Perrier    
1929 1933 Jules Bouge    
1925 1929 Louis Guyard    
1919 1925 Edouard Guyard    
1908 1919 Anselme Benoit    
1900 1908 Benoit Collardot    
1900 1900 Emile Pouilly    
1896 1900 Claude Gaumiot    
1892 1896 Jacques Forey    
1876 1892 Jean-Baptiste Vautrot    
1874 1876 Claude Gaumiot    
1870 1874 Jean-Baptiste Vautrot    
1868 1870 Alfred Renard    
1857 1857 Antoine Lalouet    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle 2007[modifier | modifier le code]

1er tour de l'élection présidentielle de 2007
Candidat Parti % Voix Score national
Nicolas SARKOZY UMP 32,28 % 173 31,18 %
Ségolène ROYAL PS 20,71 % 111 25,87 %
François BAYROU MODEM 21,27 % 114 18,57 %
Jean-Marie LE PEN FN 11,19 % 60 10,44 %
Olivier BESANCENOT LCR 3,73 % 20 4,08 %
Philippe DE VILLIER MPF 2,05 % 11 2,23 %
Marie Georges BUFFET PCF 2,43 % 13 1,93 %
Dominique VOYNET Les verts 2,24 % 12 1,57 %
Arlette LAGUILLER LO 0,93 % 5 1,33 %
José BOVE Confédération paysanne 2,24 % 12 1,32 %
Frédéric NIHOUS CPNT 0,93 % 5 1,15 %
Gérard SHIVARDI PT 0 % 0 0,33 %
2e tour de l'élection présidentielle de 2007
Candidat Parti % Voix Score national
Nicolas SARKOZY UMP 60,42 % 316 53,06 %
Ségolène ROYAL PS 39,58 % 207 46,94 %

Élection présidentielle 2012[modifier | modifier le code]

1er tour de l'élection présidentielle de 2012
Candidat Parti % Voix Score national
François HOLLANDE PS 25,74 % 157 28,63 %
Nicolas SARKOZY UMP 27,21 % 166 27,18 %
Marine LE PEN FN 19,67 % 120 17,90 %
Jean Luc MELENCHON FDG 9,02 % 55 11,13 %
François BAYROU MODEM 14,43 % 88 9,11 %
Eva JOLY EELV 0,82 % 5 2,31 %
Nicolas DUPONT-AIGNAN DLR 1,80 % 11 1,79 %
Philippe POUTOU NPA 0,82 % 5 1,15 %
Nathalie ARTHAUD LO 0,16 % 1 0,56 %
Jacques CHEMINADE Solidarité & Progrès 0,33 % 2 0,25 %
2e tour de l'élection présidentielle de 2012
Candidat Parti % Voix Score national
François HOLLANDE PS 46,17 % 277 51,63 %
Nicolas SARKOZY UMP 53,83 % 323 48,37 %

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Élections législatives 2007[modifier | modifier le code]

1er tour des élections législatives de 2007
Candidat Parti % Voix Score circonscription
Alain SUGUENOT UMP 54,52 % 205 52,68 %
Jean-Claude ROBERT PS 30,59 % 115 24,85 %
Sophie VIELFAURE MODEM 2,39 % 9 6,59 %
Pierre JABOULET-VERCHERRE FN 5,59 % 21 5,61 %
Christine DURNERIN Les Verts 1,06 % 4 2,31 %
Yves HOLLINGER LCR 1,60 % 6 2,07 %
Jean-Claude SALOMON PCF 2,13 % 8 1,49 %
Jérôme JOUSSEN Écologiste 0,27 % 1 1,27 %
Philippe GERVAUD MPF 0,80 % 3 1,07 %
Françoise PETET LO 0,27 % 1 0,92 %
Roland ESSAYAN Écologiste 0,80 % 3 0,70 %
Roger SAUNOIS MNR 0 % 0 0,43 %

Alain SUGUENOT est élu dès le 1er tour.

Élections législatives 2012[modifier | modifier le code]

1er tour des élections législatives de 2012
Candidat Parti % Voix Score circonscription
Alain SUGUENOT UMP 35,58 % 157 43,20 %
Daniel CADOUX PS 35,45 % 156 31,43 %
Rémy BOURSOT FN 16,36 % 72 14,52 %
Delphine HELLE FDG 4,77 % 21 3,63 %
Alexandre SOKOLOVITCH EELV 1,59 % 7 2,20 %
Patrick HILLON MODEM 2,27 % 10 1,61 %
Magalie MICHAUD DLR 0,45 % 2 0,92 %
Agnès MEYNIEL AEI 0 % 0 0,63 %
Eugène KREMPP CAP21 2,73 % 12 0,60 %
Françoise PETET LO 0,23 % 1 0,40 %
Yves HOLLINGER NPA 0,23 % 1 0,30 %
Viviane BIENFAIT Solidarité & Progrès 0 % 0 0,29 %
Lise Marie BUET PCD 0,23 % 1 0,27 %
2e tour des élections législatives de 2012
Candidat Parti % Voix Score circonscription
Alain SUGUENOT UMP 55,6 % 240 56,24 %
Daniel CADOUX PS 44,4 % 191 43,76 %

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants s’appellent des Noironnais(es)[9].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2019, la commune comptait 1 153 habitants[Note 3], en augmentation de 7,96 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
186220257282312327327340355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
355332320345291262242230249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
238246239244222207212245216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2142643604053947058661 0721 083
2019 - - - - - - - -
1 153--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

En raison de ses efforts pour la qualité de son environnement nocturne, la commune a été labellisée « Village 1 étoile », en 2013[14]. Le label est décerné par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN) et compte 5 échelons. Un panneau, disposé aux entrées du village, indique cette distinction.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le pont des Arvaux : monument historique classé en 1991 dû aux moines de l'abbaye de Cîteaux.
  • La nécropole mérovingienne : Cimetière mérovingien dont l'emplacement est signalé par une croix en pierre. Découvert en 1884, il fut fouillé par Léonce Bidault en 1885 et 1886 puis surtout par Émile Socley à partir de 1907. Les objets découverts sont conservés au musée archéologique de Dijon. La nécropole mérovingienne de Noiron-sous-Gevrey se distingue par son importance (621 tombes) et par le fait qu'elle ait été régulièrement et scientifiquement fouillée[8].
  • Église de la Nativité-de-la-bienheureuse-Vierge-Marie[15] : La présence d'une église est attestée au tout début du IXe siècle. Au XIIIe siècle, l'église préromane tombant en ruine, elle fut reconstruite. Elle aurait alors servi d'abri pour les ouvriers travaillant sur le pont des Arvaux et le canal de la SansFond. Elle abrite deux cloches, fondues en 1887, dénommées Catherine et Anne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Noiron-sous-Gevrey Blason
D'azur à la fasce de gueules chargée d'une fasce ondée d'argent, au pal brochant aussi de gueules chargé d'un pal ondé aussi d'argent, le tout cantonné de quatre fleurs de lys d'or[16].
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (gueules sur azur).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b "Noiron sous Gevrey, Un peu d'Histoire" - 1996 - Liliane Walaine
  9. Habitants.fr, « Côte-d'Or > Noiron-sous-Gevrey (21910) » (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. Pluie d'étoiles sur la Côte d'Or article sur le site Le Bien public, 19 février 2014.
  15. clochers.org, « Église de la Nativité-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie - 21458 - Noiron-sous-Gevrey » (consulté le ).
  16. « NOIRON SOUS GEVREY », sur armorialdefrance.fr (consulté le )