Gare de Sainte-Colombe-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Colombe-sur-Seine
Image illustrative de l’article Gare de Sainte-Colombe-sur-Seine
La gare au début des années 1900.
Localisation
Pays France
Commune Sainte-Colombe-sur-Seine
Adresse Rue de la Gare
21400 Sainte-Colombe-sur-Seine
Coordonnées géographiques 47° 52′ 25″ nord, 4° 32′ 53″ est
Code UIC 87142562
Site Internet La gare de Sainte-Colombe-sur-Seine, sur le site de la SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Nuits-sous-Ravières à Châtillon-sur-Seine
Saint-Julien (Troyes) à Gray
Altitude 224 m
Historique
Mise en service

La gare de Sainte-Colombe-sur-Seine est une gare ferroviaire à l'intersection des anciennes lignes, de Nuits-sous-Ravières à Châtillon-sur-Seine et de Saint-Julien (Troyes) à Gray qui empruntaient ensuite un tronçon commun de quelques kilomètres jusqu'à Châtillon. Elle est située sur le territoire de la commune de Sainte-Colombe-sur-Seine, département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté en France.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare est située au nord-est de Sainte-Colombe, à proximité immédiate de l'ancien complexe sidérurgique qu'elle a longtemps desservi[1].

Alors que les voies vers le nord en direction de Troyes suivent le cours de la Seine, celles qui vont vers l'ouest en direction de Nuits-sous-Ravières traversent la dépression du fleuve grâce à un imposant viaduc suivi d'une profonde tranchée creusée dans la cuesta qui borde à cet endroit l'extrémité orientale du plateau du Tonnerrois.Les voies coupent ensuite sur le territoire communal la route départementale 118 à un passage à niveau qui était gardé.

Le viaduc de Sainte-Colombe

.

À l'est les deux lignes se dirigent ensemble en direction de Châtillon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare en mai 2022.

La gare de Sainte-Colombe est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), lorsque celle-ci ouvre à l'exploitation sa ligne de Nuits-sous-Ravières à Châtillon-sur-Seine[2].

Avec l'abandon de la forge Marmont en 1920 et la construction à proximité immédiate de la nouvelle usine qui emploie encore 600 personnes en 1970, la gare connaît une activité intense aux heures d'entrée et de sortie des ouvriers, recrutés tout au long des deux lignes. À la suite de l'arrêt du trafic voyageurs, elle est reconvertie en résidence privée.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

La gare est fermée au service voyageurs depuis le .

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Seule la ligne vers Nuits-sous-Ravières, également desservie par l'opérateur Europorte Proximité[3], reste ouverte au service du fret[4], essentiellement pour les céréales depuis les silos de Brion-sur-Ource et le bois depuis la gare de Châtillon[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. François Palau et Maguy Palau, Le rail en France : Le second Empire, t. 3 : 1864-1870, Paris, Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X, BNF 39191508), « 7.13. Nuits sous Ravières-Châtillon sur Seine : 26 septembre 1864 », p. 26.
  3. Site Europorte : Europorte Proximité.
  4. Site fret SNCF : la gare de Châtillon-sur-Seine
  5. Gare de Chatillon sur Seine, première gare bois de France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]