Menhirs du Châtillonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les menhirs du Châtillonnais attestent d'un peuplement de la région dès le néolithique.

Généralités[modifier | modifier le code]

Si le Châtillonnais retient surtout l'attention des archéologues pour la période du Hallstatt avec Vix puis celle des Lingons avec Vertillum, le peuplement en est bien plus ancien comme en attestent les pierres dressées découvertes et parfois classées aux monuments historiques.

Les menhirs classés[modifier | modifier le code]

Trois sont classés monuments historiques :

Autres sites[modifier | modifier le code]

On note également :

D'autres lieux attestent également de l'occupation préhistorique du Châtillonnais:

  • la source sacrée et l'éperon barré de Duesme où un fossé datant du néolithique est identifié à proximité des ruines de l'ancien château féodal,
  • les grottes de la petite et de la grande Baume de Balot où des silex taillés et des restes d'ossements d'animaux - cheval, ours, renne, renard, loup, hyène, marmotte, rhinocéros laineux, mammouth - ont été retrouvés[5] ainsi que dans celle toute proche de la Roche-aux-chats[6],
  • ...

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]