Soussey-sur-Brionne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Soussey-sur-Brionne
Soussey-sur-Brionne
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Semur-en-Auxois
Intercommunalité Terres d'Auxois
Maire
Mandat
François Froment
2014-2020
Code postal 21350
Code commune 21613
Démographie
Population
municipale
147 hab. (2015 en augmentation de 8,09 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 35″ nord, 4° 31′ 55″ est
Altitude Min. 348 m
Max. 525 m
Superficie 14,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Soussey-sur-Brionne

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Soussey-sur-Brionne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soussey-sur-Brionne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soussey-sur-Brionne

Soussey-sur-Brionne est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 14,6 km² et compte 150 habitants depuis le dernier recensement de la population. Avec une densité de 10,3 habitants par km², Soussey-sur-Brionne a connu une nette hausse de 47,1% de sa population par rapport à 1999.

Entouré par les communes de Martrois, Uncey-le-Franc et Éguilly, Soussey-sur-Brionne est situé à 392 mètres d'altitude, à 5 km au nord-ouest de Bellenot-sous-Pouilly, le plus grand village des environs.

L'altitude varie entre un minimum de 348 mètres et un maximum de 525 mètres.

La commune fait partie de la Communauté de communes des Terres d'Auxois et est proche du parc naturel régional du Morvan.

Dans les années 1860, la combe Mialin est répertoriée par Joseph Garnier[1] sur le territoire de la commune[2].

A la fin du XIXe, l'abbé Denizot présentait ainsi la commune: Cinq ou six bouquets de bois en occupent la cinquième partie; le reste est en terre labourable avec des prés et quelques vignes. Le village à l'ouverture d'une large gorge tout près de la vallée de l'Armançon, est placé sur le ruisseau de Montlevaux, formé et entretenu par huit ou dix sources et fontaines disséminées le long de son cours; ainsi les fontaines de Montraugeon, de la Tuère, de la Fontaine-qui-bout, etc... La rigole d'alimentation du canal, qui amène les eaux du réservoir de Grosbois, passe également au village, jusqu'au près duquel elle est souterraine.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Le Bourg, Beurey, Grandchamp

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Principaux lieux-dits: L'Epinois, Tour de Jericho.

Le village compterait en tout 215 lieux-dits et anciens lieux-dits[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

La Brionne, le Ruisseau de Martrois, le Ruisseau du Val d'Ete sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune.

Un ancien cours d'eau le Moroillon, situé près du bois de Beurey, est mentionné en 1260[4].

Une rigole de 14 km a été construite en 1831 pour réaliser la jonction du réservoir de Grosbois, sur la Brenne, au canal de Bourgogne à 378 m d'altitude, ce qui donne une pente de 0,16 %. Cette rigole traverse la montagne de Soussey dans un souterrain long de 3 705 m qui débouche sur la commune où elle capte l'eau de la Brionne avant de faire de même avec deux autres ruisseaux en aval.

Le Mollevaux[5], affluent de l'Armançon, est répertorié en 1838[6].

Sources[modifier | modifier le code]

Dans les années 1860, les fontaines Briant, La Fontaine-qui-bout et Fricotin sont répertoriées par Joseph Garnier[7] sur le territoire de la commune[8]. La fontaine La Sense est mentionnée par Alphonse Roserot[9].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Beurizot Boussey Rose des vents
Gissey-le-Vieil N Uncey-le-Franc
Grosbois-en-Montagne
O    Soussey-sur-Brionne    E
S
Éguilly Martrois
Carte de la commune de Soussey et des proches communes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Soussey[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté dès le IXe siècle[10] sous les formes latinisées: Selsiacus au XIe siècle[11], Sollicia, Sucei et Josbertus de Soceio en 1134[12], Soceium, Socceium (1219[13]), Sauceyum en 1294[14], Soceyum ou Socceyum avant 1312[15], Souceyum vers 1400[16] et romanes: Soce, Socce, Soccé (Ecclesia Sancti Johannis de Soccé en 1178[17]), Succé en 1188[18], Socé en 1229[19], Soccey, Secé en 1264[20], Soucé en 1282[21], Soucey en 1310[22], Soulcey en 1375[23], Soncey en 1397[24], Soussey en 1442[25], Soucey dessus Grant Champt en 1461[26] Soucy ou Soussy en 1489[27], Soulsey en 1549[28], Saulcy en 1574[29], Saucy en 1657[30], Soissey en 1668[31], Soussoy en 1676[32],[33],[34].

En patois Soussi; le nom du village pourrait représenter le nom ancien de la rivière (aujourd'hui la Brionne)[35].

Beurey[modifier | modifier le code]

Celles du hameau de Beurey sont attestées dès le XIIe[36]: Burriacum en 1163[37], Burreium en 1186[38], Burré en 1187[39], Burreum en 1196[40], Burri en 1260[41], Burreyum en 1287[42], Burretum en 1293[43], Burrey en 1343[44], Beurré en 1574[45], Beurey en 1657[46], Beurrey en 1661[47], Barée en l'Auxois proche Beurizot en 1688[48] et Boeurey en 1734[49].

Grandchamp[modifier | modifier le code]

Celles du hameau de Granchamp sont attestées dès le XIIIe[50]: Grandis Campus en 1252[51], Grant Champ en 1260[52], Gran Chan en 1285[53], Grant Champt en 1461[54], Grand Champ en 1625[55], Grand Champs en 1713[56].

L'Epinois[modifier | modifier le code]

Celles de l'ancien hameau de L'Epinois sont attestées également dès le XIIIe[57]: Coma d'Espinés en 1219[58], Planta d'Espineaul en 1290[59], L'Espinois en 1295[60], Grangia d'Espineaus en 1298[61], Espineaux en 1300[62], L'Espinoy en 1657[63], Lespinois en 1668 (Baronnie de Pouilly, siège de Lespinois[64]), L'Epinoy en 1783[65], L'Epinay en 1787[66], Saint-Agri-Lepinois au XVIIIe[67], L'Epinoi au XVIIIe[68].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début du XXe, un instituteur de Beurizot nommé Isidore Cazet, découvre sur le plateau de Soussey de nombreux silex taillés[69]. A la même époque, les ruines d'une villa gallo-romaine sont également mises à jour.

Une des nombreuses voies romaines découvertes dans cette région, reliant Alise à Pouilly-en-Auxois via Vitteaux, passe par Soussey et notamment la ferme de l'Epinois[70].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 886, l'église de Soussey figure parmi celles qui appartiennent à l'Abbaye de Saint-Seine[71].

En 1134, l'évêque en confirme la possession à l'abbé[72].

Le hameau de Beurey est mentionné dès 1160.

En 1181, l'Abbaye de Saint-Seine acquiert des biens à Soussey et Martrois, en donnant: 1) une absolution aux âmes des ancêtres des vendeurs; 2) à leur famille une part des prières des moines; 3) en remettant 20 livres à Robert de Soce et 60 sols à Régnier son fils.

Au XIIe, il existe, au lieu-dit du rocher de « La Tour de Jericho », une tour polygonale[73], dont les bases, et un peu plus bas des restes de case-encoche, sont encore visibles. Selon Hervé Mouillebouche, il s'agit d'un des exemples les plus pittoresques de bourg « avorté » au même titre que les châteaux de Vergy, Tart-le-Bas et Saint-Beury. En effet, on y voit aussi « une source captée et une petite chapelle romane isolée, dont les somptueuses sculptures et les peintures murales témoignent que les seigneurs du XIIe avaient engagé de gros investissements pour essayer d'attirer quelques manants au pied de leur château »[74].

En 1204, Ylla de Thorey donne les hameaux (Granges) de Beurey et de l'Epinois[75] à l'Abbaye de la Bussière.

Au XIIIe, il apparait que l'église de Soussey dépend du Prieuré de Glanot (Mont-Saint-Jean).

Vers 1280, des seigneurs de Mont-Saint-Jean (Côte-d'Or) fondent le prieuré de Saint-Jean de Jéricho qu'ils confient à l'abbé de Saint-Seine et la chapelle de l'Ermitage attenante est transformée en église. Le prieuré disparait au XVIe. Il est rétabli un peu plus tard et disparait à nouveau à la Révolution.

Le 31 octobre 1364, le Duc Philippe II de Bourgogne, après avoir chevauché toute la nuit depuis Dijon, se rend à Soussey (sans doute au château) pour y « disner » et « gister » afin de tenter de reprendre Grandchamp aux Grandes compagnies[76].

La population de Soussey (Grandchamp excepté) est en 1397 de huit serfs solvables et de trois misérables.

Vers l'année 1430, Antoine de Toulongeon, chevalier, sire de Traves, de La Bastie et de Soussey, vend 100 francs la " tondoison " du bois de Lignières audit Soussey[77].

En 1450, sous le Duché de Philippe le Bon, un dénommé Ogier de Soussey sollicite et obtient le pardon du Duc suite à l'homicide involontaire commis par les familles Rebel et Maillet, quelques années auparavant à Soussey, sur la personne du prêtre de Thoisy-la-Berchère, Guillaume Doille, celui-ci ayant tenté d'abuser de la sœur d'Ogier, Claude Maillet et menacé d'excommunier plusieurs villageois de Soussey[78].

Selon Alphonse Roserot, « il y avait un château-fort à Grandchamp dès 1461 »[79].

En 1499, il est fait mention sur Soussey d'un fief dépendant d'Eguilly: Le Rochon[80].

Aux XVe, XVIe et XVIIe, Soussey fait partie du bailliage d'Arnay-le-Duc et est rattaché à la prévôté de Pouilly-en-Auxois[81].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1654, la cure est dite « la plus modique du diocèse ».

En 1681, il est fait mention du Moulin-Aval, au hameau de Grandchamp[82].

En 1756, le bailli de Vitteaux, Claude Bouchard père, au nom de Jacques Drouas, seigneur de Velogny et frère de Claude Drouas de Boussey, vient rendre hommage à la Baronne de Soussey[83].

A la même époque, Soussey fait partie de la subdélégation de Vitteaux.

Vers 1775, toutes dépendances comprises, la population compte quatre-vingt-cinq feux (300 communiants)[84].

Une petite dîme nommée la Gerbe de Jericho, qui dépend du prieuré, fait à la fin du XVIIIe le sujet d'un long procès, décidé par arrêt vers 1775, en faveur du curé[85].

L'un des derniers ermites de La Chapelle Saint-Jean, le Frère François, publie en 1782, chez l'éditeur Defay de Lyon son « Essai sur les maladies contagieuses du bétail, avec les moyens de les prévenir et d'y remédier efficacement ».

Au XVIIIe et XIXe, la ferme de Montsaugeon est répertoriée ainsi: Maumaugeon (1783), Mausaugeon (Carte de Cassini) et Montsaugeon (Garnier)[86].

Sous l'ancien régime, Soussey est rattaché à la recette d'Arnay-le-duc en ce qui concerne la perception de l'impôt. Pour la circonscription ecclésiastique, jusqu'au XXe, le village fait partie de l'archiprêtré de Pouilly-en-Auxois, lui-même dépendant de l'archidiaconé de Flavigny, dépendant lui-même du diocèse d'Autun[87].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Faisant suite à la division du territoire français en départements fin 1789 par l'assemblée nationale, Soussey, de 1790 à 1795, est rattaché au canton de Vitteaux comme 20 autres communes (22 selon une autre source[88]) et fait partie ainsi du district de Semur[89]. Lors de la suppression des districts en 1800, le canton de Vitteaux fut rattaché à l'arrondissement de Semur-en-Auxois.

Le 20 mars 1791, les écoliers de Soussey (avec ceux de Cessey, Sainte-Colombe, Velogny, Avosnes et Marcilly) participent à Vitteaux à une remise de prix pour les écoles favorisant l'enseignement des droits de l'homme et de la constitution, organisée par l'administration du département de la Côte-d'Or[90].

En 1798, l'agent communal de Soussey est un dénommé Darcy qui dépend de l'administration cantonale à Vitteaux[91].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

A la fin du XIXe, il existe à Soussey une école de filles.

De 1891 à 1953, année de fermeture au service des voyageurs, Soussey a partagé une gare avec Gissey-le-Vieil sur la ligne d'Épinac à Pouillenay[92].

Soussey se voit attribué le nom de Soussey-sur-Brionne en 1928[93].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours François Froment SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[94]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[95].

En 2015, la commune comptait 147 habitants[Note 1], en augmentation de 8,09 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
478479487508561538498487457
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
428426431418400385364358334
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
318290233244236237186155153
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
128121108104102125129132145
2015 - - - - - - - -
147--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[96] puis Insee à partir de 2006[97].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au XIXe, la principale production agricole à Soussey concernait la culture des pruneaux (ainsi qu'à Viserny)[98].

La culture de la vigne de l'Auxois était également principalement localisée dans ces deux communes, mais la concurrence des vins de la Côte a progressivement entraîné leur disparition à Soussey[99]. Les flancs des collines autrefois plantés de vignes sont devenus des prés[100]. Cependant, la commune est comptée dans l'indication géographique protégée "coteaux-de-l'Auxois" qui pourrait rendre possible la relance de la viticulture sur des coteaux bien exposés comme cela s'est produit par exemple à Flavigny-sur-Ozerain.

Selon Michel-Hilaire Clément-Janin (1831-1885), journaliste et historien, le rocher de la Tour de Jericho, près de la Chapelle Saint-Jean, était au moins jusqu'au XIXe, le lieu-dit d'un climat[101].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Dialecte[modifier | modifier le code]

Le dialecte parlé jadis à Soussey et dans les environs, est le Bourguignon-morvandiau, patois issu de la langue d'oïl. Une vielle chanson, interprétée autrefois pendant les noces ou dans les réunions de toutes sortes, intitulée « Epitre des sobriquets du canton de Vitteaux » évoque les principaux villages environnants et notamment, au début d'un de ses couplets, celui de Soussey[102]:

(...)

Etsé l'gorman d'Sain Jan[103] (voici le gourmand de Saint-Jean)

Lé vaichai d'Soussey (les vaches de Soussey)

(...)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[104], 6 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[105], 2 éléments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[106] et 2 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[107].

  • Le château : XIIIe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle car les différents bâtiments furent ajoutés au fur et à mesure[108]. Au-delà de la porte charretière, on aperçoit la maison-tour du XIIIe siècle, vénérable donjon[109] carré avec tourelle d'escalier à vis coiffé d'un toit en tuile. La vie d'une famille seigneuriale y est reconstituée avec meubles et mannequins. Les autres bâtiments qui se répartissent autour de la cour datent du XVIe siècle. Dans le parc coule une rivière au bord de laquelle se trouve un colombier. Le château habité peut se visiter en partie sur rendez-vous. Jardin à la française dans la cour intérieure. Parc à l'anglaise autour du château. Classé au titre des Monuments historiques Logo monument historique Classé MH (6 décembre 1984)[110]. Claude Courtépée écrit que, de son temps, on distinguait sur la façade de la tour, les armoiries de Pracomtal et de Saulx (1585)[111].
  • La chapelle Saint-Jean: XIIe siècle autrefois dénommée Le Clos Saint-Jean[112], ou Hermitage Saint-Jean[113] ou La Chapelle Saint-Jean de l'Ermitage[114], était l'abside d'une ancienne église aujourd'hui disparue[115]. Elle fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques Logo monument historique Classé MH (10 novembre 1925)[116]. À proximité, la source miraculeuse indiquait les chances de survie des nourrissons. On y jetait les langes[117]. Derrière la chapelle s'étirent de belles roches et un énorme rocher isolé porte les ruines de la « Tour de Jéricho ». Elle était considérée comme une tour à signaux.
  • L'église de la Nativité : chœur XIIIe, nef XVIe, chapelle seigneuriale et avant-chœur XIVe siècle, haut clocher, 2 pierres tombales, tableau XVIIe siècle, une litre funéraire XVIIe avec les armoiries des Damas. A l'extérieur, petit bas-relief d'un Christ. Le mur d'enceinte accueille un puits niché dans l'épaisseur de la maçonnerie, protégé par une grille en fer forgé où deux anges dos à dos et une Vierge veillent sur l'eau précieuse[118].
  • La ferme de l'Épinois : ancienne grange cistercienne avec sa chapelle Saint-Agrice. Elle dépendait de l'abbaye de la Bussière. C'était l'un des trois sièges de la justice de la baronnie de Pouilly-en-Auxois[119].


Au village, on trouve aussi[120]:

- la mairie-école (XIXe),

- une intéressante maison vigneronne du XIIe avec puits intérieur,

- la maison du procureur d'office Jean-Louis Nauret (édifiée en 1658) située face à l'entrée de l'église,

- un pigeonnier carré,

- de nombreux ponts faits de dalles de pierre,

- un pont-aqueduc permettant à un ruisseau de se glisser sous la rigole du canal. Plusieurs moulins à eau profitaient jadis de la rivière comme le moulin Capitain ou le moulin de Grandchamp.


À l'est du village se niche la sortie du tunnel de 3,6 km emprunté par la rigole qui relie Grosbois au canal, que l'on repère sur la montagne grâce aux puits de ventilation disséminés dans les prés. Aux alentours, on croise une petite cascade sur le ruisseau de Brionne et d'anciennes tufières.

Une autre rigole, beaucoup plus petite, est creusée dans un mur en tuf au lieu-dit Godot ; une sorte de micro-aqueduc original qui guide les eaux de la source pétrifiante de Bouchasey[121].


A Grandchamp, on découvre un « château » moderne, composé de plusieurs bâtiments dont une tour néo-gothique bâtie au XIXe, qui a pris la place d'un château fort des XIIe-XIIIe dont ne subsistent que quelques traces de murs. L'ensemble cache une demeure « Belle Epoque » aux toits d'ardoise parfois appelée « Villa des Vallées » et un beau pigeonnier carré. Le hameau garde quelques maisons couvertes de laves et un modeste oratoire accueillant plusieurs statuettes[122].


Enfin à Beurey, seule une croix en bois retient l'attention dans ce hameau composé de quelques demeures.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs connus de Soussey et de ses dépendances[123][modifier | modifier le code]

Sous les duchés de Bourgogne, les fiefs faisant partie du territoire correspondant actuellement à celui du département de la Côte-d'Or, étaient principalement tenus par des barons, tous vassaux des ducs. La baronnie de Soussey en faisait partie[124].

  • Josbert (ou Jobert) de Soccey vers 1130
  • Régnier (ou Rénier) de Soccey au XIIe, son fils
  • Robert de Soce, son fils, au XIIe
  • Jean de Soce au XIIe
  • Hervé de Sombernon au début du XIIIe
  • Hervé de Saffres en 1233[125]
  • Norges de Grandchamp en 1252
  • Eudes de ..... en 1301
  • Jean de Thil en 1310
  • Jean Choulot, Sire de Grandchamp en 1330
  • Jeanne de Poupet, Dame de Soussey et Saint-Beury en 1501[126]
  • Charles de Poupet, Baron de Soussey et Jeanne-Philiberte de la Baume-Suze, son épouse[128]
  • Laurent de Pracomtal, quitta le Dauphiné et devient son époux et Seigneur de Soussey en 1535
  • Andremond de Pracomtal, leur fils, Chevalier et Baron de Soussey en 1575 et époux de Tourraine de Saulx-Ventoux
  • Alain de Fallerans, Seigneur de Grandchamp, et en partie de Soussey et Martrois en 1582[130]
  • Antoine de Pracomtal, fils d'Andremond, Baron de Soussey en 1611[131]
  • Louise de Pracomtal, leur fille, Baronne de Soussey
  • François Damas, Comte de Crux, Vicomte d'Anlezy, son époux en 1648[132].
  • Antoine-Louis Damas, Chevalier, Comte de Crux, Baron de Soussey et de Saint-Thibault, époux en 1670 de Marie-Anne Coutier de Souhey[133]
  • Jacques et Louis de Reugny, écuyers, Seigneurs en partie de Martrois et Soussey en 1673[134]
  • Etienne Damas (1674-1721), Chevalier, Comte de Crux, Baron de Souhey et de Saint-Thibault, Seigneur de Soussey, époux en 1701 de Margueritte-Etiennette d'Achey[135]
  • Alexandre de Repas, Seigneur de Soussey, de Grandchamp et Martrois en partie, 1er maire perpétuel de Vitteaux à partir de 1692[136]
  • Alexandre de Repas, son fils, Seigneur de Soussey, 2e maire perpétuel de Vitteaux en 1713 puis Seigneur de Grandchamp vers 1740
  • Jean-Baptiste Simon, Seigneur de Grandchamp, Soussey, Martrois en partie en 1722[137]
  • La Baronne de Damas (Marie-Michelle?) vers 1756[138]
  • Edme-Armand de Riollet de Gissey, Seigneur de Grandchamp, Soussey et en partie de Martrois en 1769[139],
  • Claude-Charles de Damas, Marquis de Crux, Seigneur de Soussey en 1770 [140]
  • Simon de Grandchamp, Seigneur de Grandchamp, Trésorier de France, économe de l'hôpital de Vitteaux vers 1778

Administrateurs de seigneurie, procureurs, prévôts, baillis et curés connus de Soussey[modifier | modifier le code]

  • Claude Nauret (ou Navret?), né vers 1600, procureur en la justice de Soussey
  • Jean Louis Nauret (ou Navret?), 1627-1710, fils du précédent, notaire, procureur fiscal et juge administrateur du seigneur de Soussey[142], époux (en 1648) de Jeanne de Bourbon Busset (1630-1683)[143]
  • Annet Nauret (ou Navret?), 1650-1733, fils du précédent, notaire, procureur d'office et juge administrateur du seigneur de Soussey[144]
  • Gaigneraux, vers 1650 est le curé de Soussey[145]
  • P. Artus, vers 1660 est le curé de Soussey[146]
  • J. Chrestien, vers 1710 est le curé de Soussey[147]
  • Alexandre Aury, vers 1756, bailli de Soussey[148]
  • Jean Baptiste Toussaint Marandon, curé de Soussey[149] est nommé, en 1773, curé de Vitteaux par résignation de son prédécesseur[150].

Divers[modifier | modifier le code]

  • Philibert Robert, notaire, recteur d'école et ancien procureur d'Eguilly, est né (date inconnue) et décédé en 1735 à Soussey.
  • Philibert Robert, notaire à Soussey entre 1761 et 1781[152].

Auteurs[modifier | modifier le code]

Gérard Garouste, enfant, passe ses vacances chez sa tante à Soussey-sur-Brionne (L'Intranquille, livre de poche).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. in Nomenclature historique des communes, hameaux, écarts, lieux-dits du département de la Côte-d'Or, n° 716, Dijon, 1869 (extrait de l'Annuaire du département de la Côte-d'Or, années 1860, 1861 et 1862)
  2. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 251, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  3. http://syt58.fr/genealogie/lieuxdits21.php
  4. Versus forestam de Burri (...); de nemore predicto quod vocatur Foresta (...), sicut se comportat rivus de Moroillon, a parte ville que vocatur Grant Champ, usque ad nemus quod vocatur li Mange, Notre Dame de La Bussière, H 537, AD21, repris dans le Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 266, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  5. en 1838, le ruisseau s'appelle le Montlevaux
  6. in Rivières et petits cours d'eau non navigables situés dans le département de la Côte-d'Or, Archives de la Côte-d'Or, 1838, repris dans le Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 254, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  7. in Nomenclature historique des communes, hameaux, écarts, lieux-dits du département de la Côte-d'Or, n° 716, Dijon, 1869 (extrait de l'Annuaire du département de la Côte-d'Or, années 1860, 1861 et 1862)
  8. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, pages 61, 169 et 178, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  9. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, pages 377, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  10. Abbé Denizot, Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 - Lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#!
  11. Auguste Longnon, Recueil des historiens de la France, Tome 1, page 66, Pouillés de la province de Lyon, 1904.
  12. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Seine, charte n°49, manuscrits d'un recueil de chartes, AD21, page 245 à 276
  13. Notre Dame de La Bussière, H 537, AD21
  14. Notre Dame de La Bussière, H 529, AD21
  15. Auguste Longnon, op. cit., p. 85.
  16. Auguste Longnon, op. cit., p. 101.
  17. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Seine, charte n°1, manuscrits d'un recueil de chartes, AD21, page 245 à 276
  18. Notre Dame de La Bussière, H 537, AD21
  19. Temple de Dijon-Commanderie de la Madeleine, H 1171
  20. Notre Dame de La Bussière, H 537
  21. Notre Dame de La Bussière, H 537
  22. B 405
  23. Bernard Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des Ducs de Bourgogne de la Maison de Valois (1363-1467), Tome I, Philippe le Hardi, Paris 1903-1904, page 414
  24. B 11513
  25. B 11515
  26. B 11517
  27. B 10584
  28. B 10630
  29. C 5128 bis
  30. C 5208
  31. B 10804
  32. B 10833
  33. Abbé Denizot Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#!
  34. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 501, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  35. Gérard Taverdet, Noms de lieux de Bourgogne, éditions Bonneton, 1994.
  36. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 36, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  37. Notre Dame de la Bussière, H 537
  38. Notre Dame de la Bussière, H 528
  39. Notre Dame de la Bussière, H 537
  40. Notre Dame de la Bussière, H 537
  41. Notre Dame de la Bussière, H 537
  42. Notre Dame de la Bussière, H 537
  43. Notre Dame de la Bussière, H 537
  44. Notre Dame de la Bussière, H 537
  45. C 5128 bis, f° 54 v°
  46. C 5208, f° 72 r°
  47. B 10788
  48. Notre Dame de la Bussière, H 526
  49. B 10994
  50. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 189, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  51. Notre Dame de La Bussière, H 526
  52. Notre Dame de La Bussière, H 537
  53. Temple de Dijon-Commanderie de la Madeleine, H 1174
  54. B 11517
  55. C 4739
  56. B 11911
  57. Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 189, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  58. Notre Dame de La Bussière H 538
  59. Notre Dame de La Bussière H 537
  60. Notre Dame de La Bussière H 537
  61. Notre Dame de La Bussière H 537
  62. Notre Dame de La Bussière H 537
  63. C 5208
  64. B 10804
  65. in Nouvel Etat Général des villes, bourgs et paroisses, villages, hameaux et écarts en dépendant, compris dans les Etats du duché de Bourgogne, Comtés et Pays adjacents, Dijon 1783, f° 304
  66. B 11116
  67. in Cartes de la France de Cassini, 1744-1788
  68. in Description Générale et particulière du Duché de Bourgogne par M.Courtépée, Frantin à Dijon, 1775, tome 4, page 86
  69. in Vitteaux et ses environs, page 281, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  70. In Voies romaines du département de la Côte-d'Or et répertoire archéologique des arrondissements de Dijon et de Beaune N° 22 page 48 / publiés par la Commission des antiquités du département de la Côte d'Or ; rédigé par P. Foisset et Jules Simonnet, Dijon 1872,226 pages
  71. selon l'abbé Denizot in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  72. selon l'abbé Denizot in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  73. Courtépée la décrit comme un ancien castel in Description Générale et particulière du Duché de Bourgogne par M.Courtépée, Frantin à Dijon, 1775, tome 4, page 86
  74. in Les peuplements castraux en Côte-d'Or d'Hervé Mouillebouche, page 223-224, Revue Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d'Or, éditée par l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1996. Commission des antiquités du département de la Côte d'Or. Lire en ligne: http://bm-dijon.fr . Dans ce même document, sont répertoriés page 238, la centaine de sites constituant les « peuplements castraux » dans le département de la Côte-d'Or, dont la Tour de Jéricho de Soussey
  75. inDictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, Alphonse Roserot, page 36, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  76. in Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, ducs de Bourgogne, 1363-1419: d'après les comptes de dépenses de leur hòtel recueillis et en ordre par E. Petit Imprimerie nationale, 1888 - 719 pages
  77. in C'est le troisième registre d'Huguenot Girard, de Dijon, clerc, coadjuteur du tabellion de Dijon, 1425-1437, Notaires et tabellionnages : protocoles et minutes (série B11221-11387bis), Chambre des comptes de Dijon, archives départementales de la Côte-d'Or. Lire en ligne: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000001844&ir=23308#
  78. in Honor, Vengeance, and Social Trouble: Pardon Letters in the Burgundians Low Countries de Peter Arnade et Walter Prevenier, lettre de pardon n°13 jugé à Beaune en juillet 1450, ADN, Lille, B, 1684, fols. 142-143v (Lancien, n°533) page 118, Ithaca, New York, Londres, Cornell University Press, 2015, ISBN 978-0-8014-5346-5
  79. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 189, Imprimerie Nationale, Paris 1924 (B 11517). Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  80. Le Roichon de Soussey (sic) in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 329, Imprimerie Nationale, Paris 1924 (E 35, f° 45 v°). Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  81. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 36, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  82. exactement Le Moulin Aval, Ancien moulin banal (B 10850, 11115) in Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 270, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  83. Jacques Drouas acheta en 1756 la seigneurie de Velogny pour 50.000 livres à Champeaux de Saucy. Cette seigneurie relevait de Soussey qui appartenait à Mme la baronne de Damas. Voici comment Jacques Drouas rendit hommage par procureur à sa suzeraine. Claude Bouchard, bailli de Vitteaux, s'étant informé si la dite Dame était à Soussey, apprit qu'elle était hors de la province. Le dit Bouchard, pour le sieur Drouas, sans épée ni éperons, s'étant transporté sur le pont-levis du château de Soussey, mit le genou à terre, tête nue, baisa la chaîne et fit les autres cérémonies requises par la coutume. Il fit entre les mains d'Alexandre Aury, bailli de Soussey, le serment de foi et d'hommage avec promesse de donner le dénombrement de la terre de Velogny. Tel était le devoir de fief. In Vitteaux et ses environs, page 292, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  84. selon l'abbé Denizot in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  85. selon l'abbé Denizot in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  86. in Nouvel Etat Général des villes, bourgs et paroisses, villages, hameaux et écarts en dépendant, compris dans les Etats du duché de Bourgogne, Comtés et Pays adjacents, Dijon 1783, f° 304 v°, in Cartes de la France de Cassini, 1744-1788 et in Nomenclature historique des communes, hameaux, écarts, lieux-dits du département de la Côte-d'Or de Joseph Garnier n° 716, Dijon, 1869 (extrait de l'Annuaire du département de la Côte-d'Or, années 1860, 1861 et 1862) repris par Alphonse Roserot dans son Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 265, Imprimerie Nationale, Paris 1924
  87. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, pages 46 et 55, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  88. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 90, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  89. in Vitteaux et ses environs, page 281, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  90. in Vitteaux et ses environs, page 444, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  91. in Vitteaux et ses environs, page 480, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  92. http://plm1950.msts.free.fr/rail/ImAuxois/GareGisseySoussey.jpg
  93. Décret ministériel du 20 février 1928, Journal officiel de la République Française du 9 mars 1928, page 2836 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65437478/f2.image.r=Soussey?rk=150215;2
  94. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  95. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  96. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  97. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  98. « Les pruneaux, jadis connus de toutes les foires de l'Europe, étaient une branche de commerce fort considérable. Ces pruneaux sont faits avec les prunes Sainte-Catherine, Damas, venant de Syrie, d'où elles nous furent rapportées par les seigneurs de Saffres à leur retour des croisades. Les seigneurs de Saffres et de Vitteaux sont les premiers qui se plurent à cultiver cet excellent fruit et, à leur exemple, les seigneurs des environs et les particuliers en propagèrent l'espèce et apprirent la manière d'en faire des pruneaux (...) Peu de temps après que les pruneaux étaient façonnés, les personnes qui en faisaient le commerce allaient les vendre à Dijon à tous les seigneurs du Parlement et autres qui affluaient alors dans cette ville (...) ». In Vitteaux et ses environs, page 162/163, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  99. in Revue géographique de l'Est: II. — Évaluation du degré d'authenticité des territoires ruraux de l'Auxois et du Morvan par Valérie Delignières, tome 38 - 3, 1998, page 113. Lire en ligne: http://www.persee.fr/doc/rgest_0035-3213_1998_num_38_3_2340
  100. http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_soussey-sur-brionne_617.html
  101. in Noms de climats dans la Côte-d'Or, MH Clément-Janin, papier, relié, manuscrit, 1880, cote Ms 2127 / Fol. 1-76, page 75. Lire en ligne: http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_clement-janin#!{"content":["FR212316101_clement-janin_D58010369",false,""]}
  102. in Vitteaux et ses environs, page 266, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  103. Il s'agit de l'ermitage de la Chapelle Saint-Jean dont l'ermite était connu à cette époque pour sa gourmandise
  104. « Liste des monuments historiques de la commune de Soussey-sur-Brionne », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  105. « Liste des lieux et monuments de la commune de Soussey-sur-Brionne à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  106. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Soussey-sur-Brionne », base Palissy, ministère français de la Culture.
  107. « Liste des objets de la commune de Soussey-sur-Brionne à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  108. Selon Alphonse Roserot, Soussey n'avait pas encore de château-fort en 1461, mais était alors protégé par une Tour (B 11517) in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, page 382, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  109. Appelé "Tour de Brion" selon l'Abbé Denizot in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  110. « Le Château de Soussey-sur-Brionne », notice no PA00112683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  111. in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  112. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 350, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  113. in Cartes de la France de Cassini, 1744-1788
  114. Pour en savoir un peu plus sur cette chapelle: http://www.bourgogneromane.com/edifices/soussey.htm
  115. D'après Alphonse Roserot, elle aurait été détruite vers 1830. Voir page 350 de l'Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  116. « La chapelle Saint-Jean de Soussey-sur-Brionne », notice no PA00112682, base Mérimée, ministère français de la Culture
  117. http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_soussey-sur-brionne_617.html
  118. http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_soussey-sur-brionne_617.html
  119. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, Alphonse Roserot, page 151, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  120. http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_soussey-sur-brionne_617.html
  121. http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_soussey-sur-brionne_617.html
  122. http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_soussey-sur-brionne_617.html
  123. https://gw.geneanet.org/pierfit?lang=en&n=de+pracontal&oc=0&p=andremond
  124. in Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or d'Alphonse Roserot, page 28, Imprimerie Nationale, Paris 1924. Lire en ligne sur le site des archives départementales de la Côte-d'Or: http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?eadid=FRAD021_000000983&ir=23385#
  125. Ces 3 1ers seigneurs selon Selon l'Abbé Denizot in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  126. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 259, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  127. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 262, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  128. In Les Pracontal de Normandie: histoire et généalogie d'un rameau établi dans l'Avranchin vers 1474 pages 7 et suivantes, Société d'archéologie de d'histoire de la Manche, 1978 - 50 pages
  129. https://en.calameo.com/read/000357550f683f92241d3
  130. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 281, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  131. Seigneur de Saint-Thibault, de Saint-Beury et de Beurizot, In Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France par M. Lainé, Tome 5, page 96, Paris 1836
  132. Seigneur des Gouffiers et de la Cave, reçu Chevalier de Malte le 7 juin 1631. Son contrat de mariage avait été passé au Château de Vésigneux devant Magdelenat et Marques, notaires royaux. Une des conditions de ce contrat prévoyait que: « celui des enfants qui aurait la Baronnie de Soussey porterait le nom et les armes de Pracomtal conjointement avec le nom et les armes de Damas ». Il fut Conseiller d'Etat et Maréchal de Camp. Il siégea aux Etats de Bourgogne en 1642, 1645, 1647 et 1658. In Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France par M. Lainé, Tome 5, page 95, Paris 1836 et in Armorial général de la France ou Registre de la Noblesse, volume 3, partie 2, page 22, de Louis P. D'Hozier, 1752
  133. Il siégea aux Etats de Bourgogne en 1671, 1679 et 1682. In Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France par M. Lainé, Tome 5, page 97, Paris 1836
  134. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 316, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  135. In Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France par M. Lainé, Tome 5, page 97, Paris 1836
  136. Il était également Conseiller du Roi et devint député aux Etats de Bourgogne en 1706 in "Monographie de Vitteaux" par François Etienne Hutinel, édition Honoré Champion, Paris, 1912, page 344 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1457525?rk=21459;2
  137. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 349, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  138. Voir in "Monographie de Vitteaux" par François Etienne Hutinel, édition Honoré Champion, Paris, 1912, page 291 et suivantes https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1457525/f297.item.r=soussey et in Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 363, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  139. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 377, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  140. In Archives départementales de la Côte-d'Or antérieures à 1790, page 377, Archives civiles, série B, Chambre des comptes de Bourgogne, Tome 4, 1876 Dijon
  141. in Encyclopédie de la Côte-d'Or 1727-1732 à lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, index Commune/Soussey-sur-Brionne http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_denizot#
  142. Selon Serge Dontenwill, Maître de conférence et historien, au XVIIe, le Procureur fiscal est d'abord agent du pouvoir seigneurial, (...) une seigneurie ce n'est pas seulement une terre mais c'est aussi une zone de juridiction.(...) Il veille non seulement au respect des droits seigneuriaux, mais plus généralement des réglements qui président à la vie collective dans le cadre de la seigneurie. Il est aussi défenseur de l'intérêt public. En tant que procureur fiscal, il détient une parcelle d'autorité et une fonction qui lui donne prestige et considération sociale. In Serge Dontenwill, « Un type social dans les campagnes Brionnaises au XVIIème siècle: le procureur fiscal, fermier de seigneurie et crédirentier», dans Bulletin du Centre économique et social de la région lyonnaise (Centre Pierre-Léon), 1974, n°4, p.1-41
  143. , décédée à Soussey, dite Jeanne de Razou, fille illégitime de Charles de Bourbon Busset et nièce d'Anne de Bourbon Busset https://gw.geneanet.org/favrejhas?lang=fr&p=jeanne&n=de+bourbon+busset
  144. Selon les registres paroissiaux de l'époque (archives départementales de la Côte-d'Or, 1603-1782, FRAD021_613_5MI37R056), sa fille Emilande (1687-1764) épousera (date inconnue) (Annet-)Jean Bruley (ou Brulé) (1681-1750), fermier à la métairie de Beurey, hameau de Soussey
  145. Selon les registres paroissiaux de l'époque (archives départementales de la Côte-d'Or, 1603-1782, FRAD021_613_5MI37R056)
  146. Selon les registres paroissiaux de l'époque (archives départementales de la Côte-d'Or, 1603-1782, FRAD021_613_5MI37R056)
  147. Selon les registres paroissiaux de l'époque (archives départementales de la Côte-d'Or, 1603-1782, FRAD021_613_5MI37R056)
  148. In Vitteaux et ses environs, page 292, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  149. Selon les registres paroissiaux de l'époque (archives départementales de la Côte-d'Or, 1603-1782, FRAD021_613_5MI37R056), Marandon était simple vicaire en 1750 et curé de Soussey en 1764.
  150. Le 6 avril 1790, comme de nombreux notables, il prêtera serment à la future Constitution française du 3 septembre 1791. Le 10 août 1793, il prètera également serment à la Constitution du 6 messidor an I (constitution du 24 juin 1793). Le 25 février 1794, il déclarera vouloir renoncer à son ministère. Toutefois, selon l'abbé Collon, pendant La Terreur, celui-ci célébrait secrètement la messe dans la chambre d'une maison dépendant de l'hôpital de Vitteaux. Il décédera en 1803. In Vitteaux et ses environs, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  151. In Vitteaux et ses environs, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, Monographie des villes et villages de France, page 507, édition Le Livre d'Histoire, 1990, réédition de l'original de 1912, 538 pages ISBN 2-87760-313-X ISSN 0993-7129
  152. Voir en ligne les contrats de mariage établis par ce notaire entre ces 2 dates et relevés par Alix Noga: http://www.alix21.fr/index.php/25-releves-s-t/1089-4e130-16-4e130-32


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]