Chaume-lès-Baigneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaume.

Chaume-lès-Baigneux
Chaume-lès-Baigneux
Église saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Michel Franck
2014-2020
Code postal 21450
Code commune 21160
Démographie
Gentilé Calmois
Population
municipale
92 hab. (2015 en diminution de 5,15 % par rapport à 2010)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 42″ nord, 4° 35′ 03″ est
Altitude Min. 344 m
Max. 424 m
Superficie 12,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chaume-lès-Baigneux

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chaume-lès-Baigneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaume-lès-Baigneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaume-lès-Baigneux

Chaume-lès-Baigneux est une commune française située dans le canton de Châtillon-sur-Seine du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21160.png

Sur le plateau du Duesmois, Chaume-lès-Baigneux est une commune de la haute vallée de la Laignes (ou Laigne). Cette rivière, qui disparaît dans une perte karstique sur la commune de Puits à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest, donne le point d'altitude minimum du territoire à 343 m à sa sortie du finage, et sépare deux parties plus élevées du plateau : celle du sud vouée à l'agriculture culmine à 424 m, celle du nord partagée entre bois et agriculture s'élève à 405 m. Au fond des vallées de la Laignes et du ruisseau de la Planchotte s'ouvrent de belles prairies à pâturages, surtout près du village où se réunissent les deux cours d'eau.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Le territoire de 12,7 km2 plutôt allongé nord-sud est traversé ouest-est par la route départementale 21 (D 21) qui relie Laignes à la D 971 (de Châtillon-sur-Seine à Dijon, ex RN 71 de Troyes à Dijon) près de Baigneux-les-Juifs.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Après avoir alimenté trois étangs sur les communes de Jours-lès-Baigneux puis d'Étormay, la Laigne (ou ruisseau de Marcenay[1]) entre sur le territoire de la commune par le sud-est en s'orientant vers le nord, suivant la limite de commune sur environ deux kilomètres. Elle contourne ensuite le village par le nord pour se diriger vers le nord-est et traverser le finage ; c'est dans cette courbe qu'elle reçoit en rive droite le ruisseau de la Planchotte[2], né sur le finage d'Ampilly-les-Bordes qui forme également deux petits étangs sur la commune de Jours-lès-Baigneux. Un autre ruisseau, sans nom sur la carte de l'IGN, part du lavoir au sud du village pour rejoindre la Laigne après la confluence de la Planchotte en rive gauche ; c'est le seul cours d'eau à courir entièrement sur la commune. La Laigne grossie de ses affluents disparaît dans une perte karstique à Puits pour réapparaître comme résurgence dans le bourg de Laignes plus au nord après une vingtaine de kilomètres de parcours souterrain (on trouve parfois le toponyme Laigne (sans s) pour différencier ce premier cours de celui qui se jette dans la Seine[3], le site du SANDRE le nomme ruisseau de Marcenay[1]). Quelques autres sources existent sur la commune (comme dans la combe Gautrot) mais ne donnent pas suite à des cours d'eau.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameau rattaché.

  • Habitat ou bâti écarté : ferme de Combe Là-Haut, un moulin et une huilerie en ruines.
  • Lieux-dits d'intérêt local : le Pré aux Merles, combe Gautrot, bois de Chaume, de la Vaseroye.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Magny-Lambert Rose des vents
Fontaines-en-Duesmois N Jours-lès-Baigneux
O    Chaume-lès-Baigneux    E
S
Lucenay-le-Duc Étormay

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chaume : issu du bas latin calma « friche, lande ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'abbé de Châtillon est le seigneur des lieux depuis une donation de 1117.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Les habitants sont affranchis par une charte de 1515 puis le village est clos de murs par autorisation d'Henri III.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le train à voie métrique Châtillon-Dijon avait une halte-gare à Chaume-les-Baigneux[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Franck    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2015, la commune comptait 92 habitants[Note 1], en diminution de 5,15 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241257240251304327305294273
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
273236229229215207201179177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
161180164138135129147133135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1331001001059089879992
2015 - - - - - - - -
92--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

Façade de l'église.

En 2016, la commune compte 1 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[9], 21 monuments ou édifices répertoriés à l'Inventaire général du patrimoine culturel[10] et 25 objets répertoriés à l'IGPC[11].

  • Plusieurs croix monumentales et plusieurs bâtiments (maisons, fermes et une grange anciennes) sont répertoriées IGPC sur la commune.
  • Église de l'Annonciation. Statuaire en bois polychrome du XVIIIe siècle : saint Jacques et saint Roch (IGPC 1990)[13].
  • Mairie-école début XIXe, bâtiment avec un étage, en moellons enjolivé de pierres de taille dans les angles et autour des ouvertures (IGPC 1990)[14].
  • Lavoir en moellons, couvert d'un toit à demi-croupe, au sud du village sur une source qui rejoint la Laignes (IGPC 1990)[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :