Buncey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Buncey
Buncey
Croix de mission et parvis de l'église.
Blason de Buncey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Christian Bornot
2014-2020
Code postal 21400
Code commune 21115
Démographie
Gentilé Buncéen
Population
municipale
381 hab. (2016 en diminution de 2,31 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 26″ nord, 4° 33′ 47″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 334 m
Superficie 27,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Buncey

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Buncey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buncey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buncey

Buncey est une commune française située dans le canton de Châtillon-sur-Seine du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21115.png

Comprenant un tronçon de la vallée de la Seine[1] avec un bout du plateau du Duesmois en rive gauche (à l'ouest), la commune de Buncey s'étend largement en rive droite sur la grande forêt domaniale de Châtillon. Ce territoire de 27 km2 est donc essentiellement tourné vers la sylviculture qui occupe plus de la moitié de sa surface, le reste étant surtout destiné à l'agriculture ; il ne reste que peu de prairies sur les berges de Seine. Le point culminant se trouve sur le plateau de la forêt, à la pointe sud-est du finage, à 333 m, la Seine donne le point bas au nord à 224 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est installé en rive droite de la Seine mais écarté du fleuve et de ses zones inondables, au pied et sur le promontoire formé entre Seine et Val Thibaut, son église est perchée sur la butte. Les plateaux du Duesmois et de la forêt de Châtillon aux sous-sols karstiques ne produisent pas de cours-d'eau, d'ailleurs la forêt de Châtillon dans son ensemble n'a pas de rivières. La résurgence de la Douix à Châtillon-sur-Seine (commune voisine au nord) est emblématique du réseau hydraulique souterrain. Avec une faible dénivellation d'environ 1,5 m au kilomètre (5 km de cours sur la commune qui passe de 232 m à 224 m), la Seine décrit de nombreux méandres et peut sortir de son lit en période de crue. Quelques sources existent sur la commune : Coutiote, du Gros-Cul, fontaine de Terre-Chaude.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Le village se distingue sur la route départementale 971 par la traversée de l'agglomération en ligne droite de cette route au caractère plutôt sinueux qui suit le haut val de la Seine sur un axe nord-sud. Hors village au-dessus de la rive gauche de la Seine, le finage est traversé également nord-sud par la D980, route de plateau faite de longues lignes droites vallonnées entre Châtillon-sur-Seine et Montbard.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameau rattaché.

  • Habitat ou bâti écarté : fermes St Georges, de la Borde, Darbois, la Boisserotte, et des Quatre Bornes.
  • Lieux-dits d'intérêt local : le val Thibaut, plusieurs parties de la forêt portent un nom (le Grand Canton, bois Jouard, bois de la Borde, les Broussailles…) ainsi que plusieurs combes (Viard, Jean Riotte, Bollefard, du Sentier à la Biche...).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Colombe-sur-Seine Châtillon-sur-Seine Rose des vents
Ampilly-le-Sec N Villiers-le-Duc
O    Buncey    E
S
Chamesson Nod-sur-Seine
Croix en fonte au pied de la butte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les restes d'une très importante villa romaine avec dalles de marbre et mosaïques ont été mis au jour à l'entrée du village lors de travaux de terrassement.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La découverte de sarcophages mérovingiens autour de l'église témoignent de la pérennité du peuplement.

Buncey et sa maison forte sont en 1272 propriété du duc Robert II et les habitants sont affranchis par Philippe le Bon en 1428[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle les protestants de Châtillon choisissent Buncey pour y établir un temple qui revient aux Cordeliers de Châtillon avec la révocation de l'édit de Nantes en 1685[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Mi-parti, au premier bandé d'or et d'azur de six pièce, au second d'azur à la fleur de lys d'or.

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 1 monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[4], 16 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[5], 6 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[6] et 44 objets répertoriés à l'I.G.P.C[7].

  • Plusieurs bornes armoriées, marquant les parcelles en forêt, sont généralement du XVIIe siècle, certaines pouvant remonter aux ducs de Valois au XIVe siècle Logo monument historique Classé MH[8]. Récemment référencées (2015), elles ne sont pas facile à repérer dans l'immense forêt de Châtillon (les 64 bornes classées se répartissent sur cinq communes : outre Buncey, Nod-sur-Seine , Villiers-le-Duc, Maisey-le-Duc et Saint-Germain-le-Rocheux ; d'après la fiche M.H., une carte existe).
  • L'église Saint-Georges, probablement du XVIe siècle, renferme un mobilier remarquable. Outre des restes de fresques murales, une partie des vitraux, une toile[9] du XVIIe siècle sont classées aux Monuments historiques ainsi que quatre statues : un saint Georges terrassant le dragon[10] du XVe siècle et un saint Roch[11] du XVIe siècle en pierre, un saint Nicolas[12] de la même époque et une Piéta[13] du XVIIe siècle en pierre polychrome. Classés I.G.P.C., également en pierre polychrome, un saint Edme[14] et un saint Jacques le Majeur[15] du XVIe siècle ainsi qu'un saint Vincent[16] du XVIIIe siècle en bois[3].
  • Mairie-école du XIXe siècle au toit d'ardoise avec une élégante façade.
  • Nombreuses croix monumentales dans le village et sur le territoire de la commune comme la croix Jacob[17] au nord-est ou la croix de pont sur la Seine[18].
  • Lavoir en rive de Seine, du XIXe siècle, à proximité du pont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Christian Bornot DVD Agriculteur
mars 2001 mars 2008 Roger Bornot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2016, la commune comptait 381 habitants[Note 1], en diminution de 2,31 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
417445414428511565587631658
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
595550507484438462426435424
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
382395451378341324341353348
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
353352286364395386381390381
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau (----0010) »
  2. René Paris 1987, p. 66
  3. a et b René Paris 1987, p. 67
  4. « Liste des monuments historiques de la commune de Buncey », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. « Liste des lieux et monuments de la commune de Buncey à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Buncey », base Palissy, ministère français de la Culture.
  7. « Liste des objets de la commune de Buncey à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  8. Notice no PA21000063, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PM21000435, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. Notice no PM21000431, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. Notice no PM21000433, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Notice no PM21000434, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. Notice no PM21000432, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Notice no IM21006505, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. Notice no IM21006501, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. Notice no IM21006500, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA00096284, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00096277, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :