Villaines-en-Duesmois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villaines-en-Duesmois
Villaines-en-Duesmois
Villaines-en-Duesmois vu de l'est.
Blason de Villaines-en-Duesmois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Claude Fontaine
2020-2026
Code postal 21450
Code commune 21685
Démographie
Gentilé Villenéen(nes)
Population
municipale
252 hab. (2019 en diminution de 1,95 % par rapport à 2013)
Densité 7,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 59″ nord, 4° 31′ 36″ est
Altitude Min. 306 m
Max. 402 m
Superficie 33,95 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montbard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtillon-sur-Seine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villaines-en-Duesmois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villaines-en-Duesmois
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Villaines-en-Duesmois
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villaines-en-Duesmois

Villaines-en-Duesmois est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21685.png

Entièrement situé sur les hauteurs du plateau du Duesmois entre les vallées de la Seine à l'est et de la Brenne au sud-ouest qui coulent sur des communes voisines, le territoire de Villaines est doucement vallonné avec un relief inférieur à 100 m. Le haut cours de la Laignes qui commence ici sa perte karstique (on trouve plusieurs gouffres sur la commune) marque à son point le plus aval l'altitude minimun de 307 m, le point haut se trouvant sur la colline du bois de Chalvosson dans la pointe sud-est du finage à 402 m. Le village est assez central à son étendue de 34 km2, installé sur la rivière qui coule du sud-est au nord-ouest et irrigue quelques prairies. Mais l'essentiel des sols est partagé entre agriculture de part et d'autre des prairies, et sylviculture sur les hauteurs, essentiellement de feuillus ; quelques bois de conifères existent au sud-ouest.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

La route départementale 21 reliant Laignes à Baigneux-les-Juifs et à la route départementale 971 qui relie Troyes à Dijon par Châtillon-sur-Seine) traverse le village selon un axe nord-sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit creusé de combes, le finage de Villaines-en-Duesmois voit son réseau hydraulique très limité, le sous-sol karstique est à l'origine d'une hydrogéologie dont la Laigne (ou ruisseau de Marcenay)[1], seule rivière locale, est un exemple explicite puisque son débit se réduit dans la traversée du territoire pour disparaître complètement sur la commune voisine dans la forêt domaniale de Puits, et réapparaître à la résurgence de Laignes près de 20 kilomètres plus au nord à vol d'oiseau. Quelques sources restent sans suite vers Chalvosson, au sud la source de Grand-Fontaine alimente épisodiquement la Laigne.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le village de Villaines-en-Duesmois comprend les quartiers du Craquelin, du Puits et du faubourg Saint-Jean.
  • Le hameau de Vaugimois s’articule autour d’une petite pièce d’eau formée par une digue sur le lit de la Laigne qui se perd ensuite en direction de Puits dans le gouffre de la Garenne. La chapelle Sainte-Marguerite, de style roman, est surmontée d’un clocher à double arcade avec sa cloche[2].
  • Le hameau de Chalvosson abrite les vestiges d'une place forte du XVe siècle dont ne subsiste que les ruines d'une des quatre tours d'angle, des pans de murailles et un colombier rond. Les anciennes douves ont laissé place à une petite pièce d’eau derrière ces vestiges[2].
  • Lieux-dits d'intérêt local : bois Là-Haut, bois de l'Évoy, plusieurs combes portent un nom : combes Cochon, Saint-Martin, Treuchat…, gouffre de la Garenne dans la combe Brienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villaines-en-Duesmois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (52,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,7 %), forêts (45,7 %), prairies (3,9 %), zones urbanisées (1,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,6 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un tumulus près de Chalvosson et quelques vestiges gallo-romains sont les seules traces d'occupation.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès 1002 une charte de l'abbaye de Flavigny mentionne une motte castrale. Le château est ensuite la demeure de Hugues IV de Bourgogne (1213-1272) qui le reconstruit en dur à partir de 1253, de Philippe le Hardi (1364-1404) et Marguerite de Flandre (1350-1405) qui le renforcent pour faire face à l'arrivée des Grandes compagnies et construisent chapelles, logements et ouvertures de fenêtres flamandes[10] puis de Louis XI (1423-1483) et des princes de Condé.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Démantelé sur ordre royal en 1710 pour servir de carrière de pierres il n'en subsiste que quatre tours sur sept et le fossé à fond plat qui en fait le tour restauré en 2009 par les soins au foyer culturel de Villaines[11] chargé de la restauration et de l'entretien depuis les années 1980[12]. De 1789 à 1794 Villaines est chef-lieu de canton[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villaines-en-Duesmois Blason
D'azur au château de deux tours d'argent, les tours couvertes d'or, accompagné en pointe d'une fleur de lys d'or ; au chef bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1977 Abel Bodin    
1977 1995 Michel Verdot    
1995 2008 Jean Clerget    
2008 2014 Antoinette Blandin    
2014 En cours Claude Fontaine    

Villaines-en-Duesmois appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

Maison rue de la Halle à Villaine-en-Duesmois

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2019, la commune comptait 252 habitants[Note 3], en diminution de 1,95 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
682713647678718696654673674
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
643630585565556574532509505
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
491492388454437432471440476
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
408328292258251295301259252
2019 - - - - - - - -
252--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Économie agricole et forestière.
  • Au niveau industriel : scierie et chaudronnerie.

Environnement[modifier | modifier le code]

En raison de ses efforts pour la qualité de son environnement nocturne, la commune a été labellisée « Village 1 étoile », en 2013[18]. Le label est décerné par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN) et compte 5 échelons. Un panneau, disposé aux entrées du village, indique cette distinction.

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 2 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[19], 41 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[20], 1 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[21] et 31 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[22].

  • Plusieurs croix, bornes routières, maisons et fermes sur la commune sont répertoriées IGPC.

Ptrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Médard (IGPC 1990)[25] abrite une Vierge à l'Enfant en pierre polychrome du début du XIVe siècle[26].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château du Fief, ancienne maison seigneuriale du début XVIIe siècle remaniée et agrandie pour André Baudry entre 1697 et 1715 avec les matériaux de l'ancien château puis transformée en bâtiments agricoles. Rue du Centre, rue du Cuqueron[30].
  • Vestiges du château de Chalvosson, ancienne place forte du XVe siècle remaniée au XIXe siècle en bâtiments agricoles où on ne retrouve que le rez-de-chaussée du corps de logis, le premier niveau de la tour sud-est, le pigeonnier au nord et un vestige du fossé au sud. Isolé à l’est du chef-lieu sur la RD 32 entre Magny-Lambert et Villaines[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hugues IV de Bourgogne mort à Villaines-en-Duesmois le , duc de Bourgogne depuis 1218 et roi titulaire de Thessalonique depuis 1266.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau (F02-0410) ».
  2. a et b Echo des communes
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Petit patrimoine
  11. Foyer culturel de Villaines-en-Duesmois « Copie archivée » (version du 18 mai 2015 sur l'Internet Archive).
  12. a et b Le petit fûté
  13. René Paris 1986, p. 87.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Pluie d'étoiles sur la Côte d'Or », sur Le Bien public, .
  19. « Liste des monuments historiques de la commune de Villaines-en-Duesmois », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Liste des lieux et monuments de la commune de Villaines-en-Duesmois à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Villaines-en-Duesmois », base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. « Liste des objets de la commune de Villaines-en-Duesmois à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  23. René Paris 1986, p. 89.
  24. « Chapelle dite du Presbytère », notice no PA00112722, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Eglise paroissiale Saint-Médard », notice no IA00063812, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. René Paris 1986, p. 88.
  27. Notice no IA00063815, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Notice no PA00112723, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Châteaux de Côte-d’Or
  30. Notice no IA00063816, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. Notice no IA00063836, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :