Chemin-d'Aisey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chemin-d'Aisey
Place de l'église à Chemin-d'Aisey.
Place de l'église à Chemin-d'Aisey.
Blason de Chemin-d'Aisey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Florence Molé
2014-2020
Code postal 21400
Code commune 21165
Démographie
Population
municipale
73 hab. (2013)
Densité 8,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 31″ Nord 4° 33′ 56″ Est / 47.7419444444, 4.56555555556
Altitude Min. 290 m – Max. 389 m
Superficie 8,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chemin-d'Aisey

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chemin-d'Aisey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chemin-d'Aisey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chemin-d'Aisey

Chemin-d'Aisey est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21165.png

Sur le bord du plateau du Duesmois, en haut du versant rive gauche de la Seine, Chemin-d'Aisey est une petite commune 8,5 km2 doucement vallonnée où alternent, à parts à peu près égales, bois de feuillus et champs agricoles. Il n'y a pas de cours d'eau sur le territoire, mais on trouve tout de même quelques prairies dans le haut de la combe qui descend vers la Seine sur la commune voisine d'Aisey-sur-Seine, le long du Coteau Chaud. Dans cette combe se trouve le point bas du finage à 285 m d'altitude, tout près de la source qui alimentait le lavoir d'Aisey avant qu'elle ne soit captée. Le village est installé près des prairies dans la combe à 317 m, excentré au nord-est de la commune. Les champs et les bois occupent les hauteurs, les bois plus généralement au sud où ils se prolongent sur la commune voisine de Semond, la limite entre les deux marque le point culminant à 389 m au sud-est dans le bois des Essarts. Chemin-d'Aisey est à l'écart des grandes routes sur la D 101A entre Aisey-sur-Seine et Villaines-en-Duesmois.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameau rattaché.

  • Habitat ou bâti écarté : ferme de la Borde.
  • Lieux-dits d'intérêt local : le Grand Saussis, le Coteau Chaud, chemin des Lochets.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aisey-sur-Seine Rose des vents
Coulmier-le-Sec N Aisey-sur-Seine
O    Chemin-d'Aisey    E
S
Villaines-en-Duesmois Semond

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le village doit son nom à une voie protohistorique qui suivait le cours de la Seine sur le plateau.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Rattachés à Aisey les habitants sont affranchis par Hugues IV de Bourgogne en même temps que cette seigneurie dès 1237. Celle-ci passe du duché de Bourgogne au royaume de France à la mort de Charles le Téméraire[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Gaston Dartois    
  1989 Ernest Foulnier    
mars 1989 2014 Michel Mole    
mars 2014 en cours Florence Mole    
Les données manquantes sont à compléter.

Chemin-d'Aisey appartient :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or aux chef de gueules, à la bande componnée aussi d'or et de sable de cinq pièces brochant sur le tout.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 73 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180 156 151 172 180 199 179 192 193
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
182 184 176 160 156 172 160 166 150
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
142 132 130 125 141 110 124 113 110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
118 114 83 67 80 70 56 55 69
2013 - - - - - - - -
73 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, elle compte 9 monuments ou édifices[4] et 12 objets[5] répertoriés à l'IGPC (inventaire général du patrimoine culturel).

  • Nombreuses croix monumentales dans et autour du village, dont la croix de cimetière, répertoriées IGPC.
  • Mairie du XIXe siècle en pierres de taille et moellons, à deux étages, le deuxième en surcroît dans le toit (IGPC 1993)[6].
  • Église de la Nativité construite au XIXe siècle par Converset, architecte de Châtillon-sur-Seine (IGPC 1993)[7], a conservé sa statuaire classée également à l'IGPC : un saint Roch, un évêque et deux orants en pierre polychrome du XVIe siècle et une sainte Catherine du XVIIIe siècle en bois peint.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :