Gomméville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gomméville
Gomméville
Le village en rive de Seine.
Blason de Gomméville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Jean-Paul Rommel
2014-2020
Code postal 21400
Code commune 21302
Démographie
Population
municipale
138 hab. (2016 en diminution de 8,61 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 42″ nord, 4° 29′ 44″ est
Altitude Min. 189 m
Max. 355 m
Superficie 9,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Gomméville

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Gomméville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gomméville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gomméville

Gomméville est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la communauté de communes du pays châtillonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21302.png

Gomméville est situé à 15 km au nord de Châtillon-sur-Seine, chef-lieu de canton du nord du département de la Côte-d'Or. Gomméville est à la frontière des départements de la Côte-d'Or et de l'Aube, et de deux régions la Bourgogne et la Champagne. Le village est bordé en bord de Seine par des pâtures puis, plus haut sur les coteaux calcaires, par des cultures céréalières jusqu'à atteindre des massifs boisés principalement constitués de feuillus parsemés des vignes et des vergers.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Gomméville est situé sur la D 971, ancienne RN 71 reliant Troyes (à 50 km) à Dijon (à 100 km). Les deux villages les plus proches de Gomméville sont Mussy-sur-Seine, au nord, dans l'Aube (1 km) et Charrey-sur-Seine (2 km), au sud, dans la Côte-d'Or. La deuxième ville la plus proche après Châtillon-sur-Seine est Bar-sur-Seine, située à 20 km au nord, dans l'Aube.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Gomméville est traversée par la Seine qui coule en direction de Troyes. Le fleuve reçoit en rive gauche en amont du village la Noue-Rot descendue du plateau couvert par la forêt communale, après un détour par Noiron-sur-Seine, et en rive gauche en aval le ruisseau intermittent du Val Dîme, venu de l'autre plateau forestier qui touche la commune à l'ouest et qui porte la forêt domaniale de Vauxoué. Un grand déversoir alimentant un bief a été construit pour apporter l'eau au moulin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mussy-sur-Seine (Aube) Rose des vents
Molesme N
O    Gomméville    E
S
Bouix Noiron-sur-Seine Charrey-sur-Seine

Toponymie[modifier | modifier le code]

La trace manuscrite la plus ancienne qui mentionne le village est une pancarte de l'évêque de Langres datant de 1198[1]. Ensuite, on trouve Gummevilla et Gummuvilla en 1209[2]. Il s'agit d'un toponyme d'époque mérovingienne ou carolingienne en -ville, au sens ancien de « domaine rural » (d'où le dérivé vilain, au sens de paysan médiéval). Le terme est issu du latin villa rustica.

Le premier élément, comme c'est généralement le cas pour ce type toponymique, s'analyse comme un nom de personne. Il s'agit probablement du nom de personne d'origine germanique Gumulf, basé sur les éléments gum-, homme et ulf, loup[3],[4]. Cependant, si la 1re forme de 1209 est juste, on peut également avoir recours à l'anthroponyme germanique Gommo[5] ou Guma, reconnu dans Gommegnies (de Gummeneis 1146), suivi du double suffixe -in-iacas[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une ciste à cordons datée du VIe siècle av. J.-C. découverte avant 1870 et deux tumulus fouillés au début des années 1880 attestent d'une occupation celtique.

En 1881 une petite cave gallo-romaine est découverte lors des fouilles entreprises pour la construction de la voie ferrée. En 1932 un trésor de 5000 petits bronzes du IIIe siècle est découvert à la combe Martinot puis un lot de monnaies gallo-romaines au sud-est du village en 1938[7].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Du XIe au XVe siècle, Gomméville dépend territorialement des comtés de Bar-sur-Seine et de Tonnerre[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le haut du village (anc. Gomméville-le-Petit).

Du XVe au XVIe siècle, Gomméville souffre de la guerre de Cent Ans et de la guerre de la Ligue. À cette époque Gomméville dépend du bailliage de Sens[8]. Construction à la fin du XVIe siècle d'importantes fortifications. Aujourd'hui totalement disparues, il ne reste qu'un fossé tout autour de l'ancien village Gomméville-le-Grand[8].

Jusqu'au XVIe siècle au moins, il y a deux villages, réunis sous un seul vocable aujourd'hui, Gomméville. Gomméville-le-Grand, qui correspond à la partie située autour de la Seine et positionnée avant l'église, et Gomméville-le-Petit correspondant aux lotissements actuels, partie située après l'église, en lisière de la forêt. Les deux villages réunis totalisent 141 feux en 1571[9]. Philippe le Hardi, Charles VI, Charles IX, Louis XIII et Louis XIV passent par Gomméville étant donné la position du village sur l'axe Troyes-Dijon[9].

Jusqu'à la Révolution française, Gomméville est lié aux villages de Pothières et de Mussy-sur-Seine (Aube). L'abbaye de Pothières a des possessions à Gomméville et un vicaire, chanoine de Mussy, dessert l'église de Gomméville jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Les abbayes de Clairvaux et d'Auberive ont également des possessions à Gomméville[8]. Durant les troubles de la Révolution, les habitants se montrent fidèles au clergé et au roi[9].

Durant les guerres napoléoniennes et la guerre de 1870 les habitants de Gomméville subissent l'occupation limitée de l'ennemi bien que des réquisitions élevées touchent les habitants[9].

Temps présent[modifier | modifier le code]

À la fin la Seconde Guerre mondiale, à la suite d'une altercation ayant eu lieu entre des résistants et des soldats allemands, Gomméville faillit être détruit par l'armée allemande en représailles. Partant de Châtillon-sur-Seine et se dirigeant vers Gomméville, les Allemands s'arrêtèrent à Montliot et mirent au courant quelques habitants. L'un d'entre eux appela du café de Montliot, la gare de Bar-sur-Seine, ville dans laquelle l'armée américaine avait stoppée sa progression. Un petit détachement américain (trois véhicules) se rendit jusqu'à Gomméville et mit en déroute les Allemands qui s'apprêtaient à encercler le village[1].

Gomméville a été, et a continué à être jusqu'à la fin du XIXe siècle, un village essentiellement composé d'agriculteurs, de vignerons et d'artisans. Au début du XXe siècle, un grand nombre d'habitants deviennent des ouvriers et s'en vont travailler à Mussy-sur-Seine, petit bourg industriel aubois alors en plein essor et ce jusqu'à la fin des Trente Glorieuses[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gomméville Blason Coupé, au premier d'azur au sautoir cousu de gueules cantonné de quatre fleurs de lys d'or, au second de gueules aux deux clés d'argent, passées en sautoir surmontées d'une fleur de lys d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 1 monument inscrit aux monuments historiques[10], 15 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[11], 1 élément classé à l'inventaire des objets historiques[12] et 55 objets répertoriés à l'Inventaire général du patrimoine culturel[13].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Antoine de Gomméville[modifier | modifier le code]

Église Saint-Antoine le Grand, inscrit aux monuments historiques[14].

Construction[modifier | modifier le code]
  • Église édifiée au milieu du XVIe siècle, en partie financée avant 1551, par Claude de Longwy de Givry, évêque de Langres de 1530 à 1561.
  • La construction, de style champenois, s'est achevée en 1573.
  • Église qui desservait originellement Gomméville-le-Grand et Gomméville-le-Petit où elle était construite : la disparition de Gomméville-le-Petit laissa l'église isolée.
  • De 1218 à 1790 : église desservie par un vicaire, membre des chanoines de Mussy-sur-Seine.
Travaux[modifier | modifier le code]
  • Reconstruction du clocher du 15 juillet 1782 au 24 avril 1785.
  • Reconstruction de la sacristie achevée le 15 août 1785.
  • Reconstruction de la première travée des bas-côtés vers 1803.
  • Reconstruction du clocher en 1887.
  • L'église et la croix du cimetière érigé en 1779 ont été inscrites aux monuments historiques par arrêté du 12 septembre 1991[15].

Chapelle Saint-Hubert[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Hubert située rue du Caron porte la date de sa reconstruction par les habitants de Gomméville, 1786, gravée sur le linteau de la porte. La première pierre aurait été posée par le prieur de l'abbaye de Pothières, dom Barthélémy Rondot. Cette chapelle a été fondée en 1728 par Charles Perreau Perraut, vigneron et sa femme Catherine Profillet[15]. Elle renferme un groupe en bois polychrome représentant saint Hubert et un cerf et une représentation de saint Claude enfant en bois polychrome doré.

  • Plusieurs croix sur la commune, cinq croix de chemin et celle du cimetière sont répertoriées à l'inventaire général du patrimoine culturel. Une croix de Chemin datée de 1890 porte l'inscription « érigée par Minette Jean BT Justine Bourgin et leur fille Marie »[15], le piédestal de la croix du cimetière est gravée de l'inscription "CETTE CROIX A ETE ERIGEE A LA DEVOTION DE JEAN PERROT MUNIER DE CE LIEU ET D'ANE CATHERINE BOURGIN SON EPOUSE"[16]. Celle de l'ancien chemin de Gomméville à Noiron-sur-Seine est datée de 1855 et celle de la rue du Pâtis de 1866.
  • La cure, rue de la Broche a été construite en 1790 pour accueillir le curé de la paroisse.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Pont en pierre à cinq arches et quatre piles à becs, situé sur la Seine à l'aval du déversoir séparant le fleuve du bief du moulin. Il a été construit en pierres de taille en 1825 (répertorié à l'I.G.P.C. 1993)[17].
  • Mairie-école en pierres de taille et moellons fin XIXe siècle inscrite à l'(I.G.P.C. 1993)[18].
  • Le lavoir situé Sentier 30 dit des Mérons date de 1889 d'après l'inscription au-dessus de la porte « M. Minet maire 1889 h. Guyot adjoint »[15] (répertorié à l'I.G.P.C. 1993)[19].
  • Maisons remarquables, rues du Pont et du Carron [20].
  • Micro centrale hydroélectrique sur le bief du moulin, la turbine est visible dans la rue du pont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Paul Rommel PCF Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Gomméville appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2016, la commune comptait 138 habitants[Note 1], en diminution de 8,61 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
472521533460450486496484480
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
442434410380362380380328310
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294280255183180226260204205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
186198194161142132143152140
2016 - - - - - - - -
138--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Loiselet David, Gomméville, un village entre Bourgogne et Champagne, les Cahiers du Châtillonnais, no 245, Association des Amis du Châtillonnais, 2010
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979 (réédition), p. 323.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  4. Gérard Taverdet, Les noms de lieux en Bourgogne, Centre régional de documentation pédagogique de l’Académie de Dijon, 1re partie : la Côte d’Or, p. 36.
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume II, p. 936.
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 323.
  7. René Paris 1987, p. 78
  8. a b et c Loiselet/Micard
  9. a b c et d Micard
  10. « Liste des monuments historiques de la commune de Gomméville », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Liste des lieux et monuments de la commune de Gomméville à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Gomméville », base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Liste des objets de la commune de Gomméville à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « Église Saint-Antoine-le-Grand », notice no PA00112766, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. a b c et d Base Mérimée
  16. Notice no IA00096085, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA00096078, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00096077, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. Notice no IA00096079, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no IA00096331, base Palissy, ministère français de la Culture et Notice no IA00096333, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Loiselet David, Gomméville, un village entre Bourgogne et Champagne, Les Cahiers du Châtillonnais, no 245, Association des Amis du Châtillonnais, 2010. Il s'agit du document le plus complet jamais publié sur l'histoire de la commune (211 pages).
  • Micard Auguste, Monographie de la commune de Gomméville, Les Cahiers du Châtillonnais, Association des Amis du Châtillonnais, 1re éd : 1891, réed. par l'A.A.C. Ce document constituait avant la parution de l'ouvrage de D. Loiselet, le seul et unique document retraçant succinctement l'histoire du village (20 pages).
  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article