Tillenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tillenay
Tillenay
Eglise Saint-Denis (XIXe siècle)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Auxonne Pontailler Val de Saône
Maire
Mandat
Christophe Febvret
2020-2026
Code postal 21130
Code commune 21639
Démographie
Gentilé Tilinien
Population
municipale
746 hab. (2019 en diminution de 1,84 % par rapport à 2013)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 54″ nord, 5° 21′ 11″ est
Altitude Min. 181 m
Max. 204 m
Superficie 6,07 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tillenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tillenay
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Tillenay
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Tillenay
Liens
Site web http://www.tillenay.fr/

Tillenay est une commune française située dans le canton d'Auxonne du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tillenay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (64 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (23,7 %), prairies (21,8 %), terres arables (19,1 %), zones agricoles hétérogènes (15,5 %), zones urbanisées (14,8 %), eaux continentales[Note 3] (5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune apparaît pour la première fois dans un acte de 653 sous la forme Tiliniacus. D'après la racine latine dont il semble dériver, le toponyme désignerait un lieu marqué par la présence de tilleuls. Le nom du village apparaît pour la première fois sous la forme française qui va lui rester, en dépit de quelques petites variations orthographiques au cours du temps, dans un acte de 1257 où il se trouve écrit Tyllenay[8].

Ses habitants sont appelés les "Tiliniens".

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une voie romaine reliant la Saône à la via Agrippa se situait au nord de la commune. Des traces d'une villa romaine y aurait également été repérées[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Dominique Gille SE Agriculteur retraité
2008 2014 Janine Anceau    
2001 2008 Pierre Gigot    
1995 2001 Maurice Desseigne    
1983 1995 Yves Marin    
1960 1983 Robert Collin    
1945 1960 Lucien Gille    
1925 1945 Georges Marin    
1912 1925 Joseph Lucot    
1905 1912 Anatole Fourcault    
1896 1905 Marcel Pinget    
1888 1896 Claude Clémencier    
1884 1888 Pierre Bégin    
1876 1884 Gabriel Bizot    
1874 1876 Claude Clémencier    
1871 1874 Pierre Bégin    
1865 1871 Claude Clémencier    
1858 1865 Laurent Clémencier    
1857 1858 Claude Fourcaut    
1852 1857 Jean Bégin    
1843 1852 Claude Lévêque    
1841 1843 Marie Hugues Claude Delaforest   Comte
1838 1840 M. Amanton    
1836 1838 Marie Hugues Claude Delaforest   Comte
1832 1836 Pierre Bégin    
1831 1832 Jean-Baptiste Marin    
1830 1831 Pierre Bouteiller    
1822 1830 Marie Hugues Claude Delaforest   Comte
1817 1822 M. Clemencier    
1813 1817 Marie Hugues Claude Delaforest   Comte
1804 1813 François Michel    
1800 1804 Claude Rabier    
1793 1800 Jean-Baptiste Bégin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2019, la commune comptait 746 habitants[Note 4], en diminution de 1,84 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
269266274282291289323315320
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
347357324367414389394440458
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
467450486492454459472491480
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
479455452476501603605732759
2019 - - - - - - - -
746--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 34 107 €, ce qui plaçait Tillenay au 9059e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[14].

En 2011, le revenu net médian déclaré par foyer fiscal était de 23 761 €. En 2011, 43,4 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[15].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 452 personnes, parmi lesquelles on comptait 77,3 % d'actifs dont 71,5 % ayant un emploi et 5,8 % de chômeurs.

On comptait 74 emplois dans la zone d'emploi, contre 81 en 2006. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 324, l'indicateur de concentration d'emploi est de 22,7 %.

Les actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi et résidant dans la zone sont 86,2 % à travailler hors de Tillenay : 75,6 % travaillent en Côte d'Or et 10,7 % dans une autre région de France métropolitaine[15].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Tillenay comptait 39 établissements : 15 dans l'agriculture, 15 dans les commerces, transports et services divers, 5 dans la construction, 3 dans l'administration et 1 dans l'industrie. Toutes ces établissements comptent moins de 9 salariés. En 2013, 3 entreprises dans le domaine du commerce, transports et services ont été créées[15].

Agriculture : culture maraîchère et céréaliculture.

Artisanat : menuiserie, électricité.

Activités de service : commerce et réparation automobile, taxi, transport de voyageurs SNCF, hôtel, restaurant[16].

Patrimoine local[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis. Le Conseil municipal décide dès 1829 de la reconstruction de l'édifice. Les plans réalisés par l'architecte Scheffer sont validés en début d'année 1830 et les travaux débutent à partir du mois d'avril. L'édifice est vraisemblablement achevé en 1831[17].
  • Mairie
  • Gare d'Auxonne (inscrite aux monuments historiques).
  • Monument aux morts[18]
  • Verger conservatoire. Depuis , un verger conservatoire a été planté face au lac de la commune. Il compte 80 arbustes de variétés anciennes : 60 de pommes et 20 de poires[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léger d'Autun (vers 615-677/678), les terres de Tillenay appartenaient à sa famille.
  • Napoléon Bonaparte (1769-1821), à l'époque où il était lieutenant d'artillerie à Auxonne, il vint souvent s'exercer au polygone de tir situé à Tillenay et se promener sur le territoire de la commune.
  • Antoine Barranger (1805-1877), abbé, il est l'auteur de plusieurs ouvrages à sujet religieux, archéologique, historique ou philosophique.
  • Léon Jules Auguste Antoni Belugou (1865-1934), industriel spécialisé dans l'exploitation de l'étain en Indochine, il a également coopéré à la fondation de l'Institut d'Optique à Paris[20].
  • Paul Destray (1883-1929), archiviste, fils de l'instituteur de Tillenay, il fit l'école des chartes et dirigea les Archives départementales de la Nièvre[21].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Tillenay sont récentes. Elles sont d'or à la bande ondulée d'azur accompagnée au senestre du chef d'une branche de tilleul et en dextre de la pointe d'un vol de sable[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique de la France. 8, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or : comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, Impr. nationale, , 516 p. (lire en ligne), pp.392-393.
  9. Michel Provost et alii, Carte archéologique de la Gaule, La Côte d'Or, 21/3, p. 224.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 » (consulté le ).
  15. a b et c « Insee - Chiffres clés : Commune de Tillenay (21639) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Sociétés de Tillenay classées par activité », sur bilans.net (consulté le ).
  17. Tillenay, registre de délibérations du Conseil municipal.
  18. « Monument à Tillenay », sur Les monuments aux morts, France - Belgique (consulté le ).
  19. « Création d'un verger conservatoire », Le Bien Public,‎ , Cahier local : p.4.
  20. « Dossier de Légion d'Honneur de Léon Belugou », sur Léonore (consulté le ).
  21. « Paul Destray », Bibliothèque de l'école des chartes, no 90,‎ , pp. 435-436 (lire en ligne).
  22. « Commune de Tillenay », sur Mairie de Tillenay (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]