Agey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agey
Agey
Mairie d'Agey.
Blason de Agey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Ouche et Montagne
Maire
Mandat
Philippe Chatillon
2020-2026
Code postal 21410
Code commune 21002
Démographie
Population
municipale
268 hab. (2018 en diminution de 9,15 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 06″ nord, 4° 45′ 47″ est
Altitude Min. 289 m
Max. 548 m
Superficie 8,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Talant
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Agey
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Agey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Agey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Agey

Agey est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bordé de reliefs calcaires moyens à l'ouest la vallée de l'Ouche, le village s'étire le long de l'ancienne voie romaine de Mâlain à Sainte-Sabine, dans l'axe du vallon de la Sirène.

La forêt et les bois occupent une surface importante de la commune. Les terres sont caillouteuses et moins bonnes que dans l'Auxois, la vallée de l'Ouche ou la plaine de Saône voisines.

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est sur un rebord de fossé d'effondrement, recouvert de terrains calcaires. Le sol ressemble à celui des Hautes Côtes, entre Saône et Ouche.

Le socle de grès et granite qui affleure à Remilly-en-montagne est proche de la surface sous le vallon de la Sirène puis s'enfonce vers l'est.

Jean-Étienne Guettard, dans le compte rendu de visite du cabinet d'histoire naturelle du château: « On y trouve des pierres avec des fossiles dont une renfermant une étoile de mer conservée dans un morceau de pierre calcaire cendrée, cassé en deux, et laissant apparaître le relief d'une des parties avec cinq rayons bien entiers[1]. On y trouve une pierre dite marbre de Bourgogne, composé essentiellement d'oolites d'un gris terreux ayant des coquilles de madrèpores, ainsi que du marbre oolite d'un jaune terreux, avec des points blancs et des lignes blanches dues à des portions de pierres étoilées de griffes de palmier marin et d'entroques »[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Agey est traversé par la Sirène, ruisseau affluent de l'Ouche qui prend sa source à Sombernon au pied du seuil de Bourgogne. La partie haute du bassin de la Sirène est un large cirque de terrains peu perméables. Cette configuration provoque une montée des eaux rapide du ruisseau lors de pluies intenses. Le vallon resserré entre Remilly en Montagne et Agey a des sources sur ses deux versants à cause de la présence des terrains imperméables à une faible profondeur.

Villages, hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Agey est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,6 %), forêts (36,5 %), prairies (15,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), zones urbanisées (3,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Garnerius de Ageio en 1131. On trouve Agé en 1150. La forme définitive du nom Agey fut adoptée en 1574. Selon Courtépée ce nom proviendrait de « Ageya ou Agia ». Agey pourrait dériver de l'anthroponyme romain Adius ou Ajus[10]. Le Y de la fin du nom Agey, suffixe très utilisé d'origine gauloise, désigne un lieu, comme le mot "y" de la langue française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est situé le long d'une voie romaine d'importance locale, reliant Sainte Sabine et Châteauneuf à Mâlain.

Cette ancienne voie, aujourd'hui rue principale d'Agey, traverse la sirène à l'extrémité ouest du village, au même endroit que la route actuelle. Elle prend de l'altitude de 317 à 454 m sur le versant nord du vallon de la Sirène par une longue diagonale régulière et se dirige vers Charmoy-les-Grenand. Des vestiges gallo-romains, furent découverts à proximité de la voie, sous la colline Mont Rond. Les fouilles réalisées en cet endroit ont montré la présence de bassins alimentés par la seule source du versant et du vallon qui ne tarit pas, même par sécheresse. On peut évoquer l'hypothèse d'un ensemble religieux avec bassins et temples votifs en bordure de la voie. Il est peu probable que les constructions exposées plein nord sur cette pente importante aient été une villa romaine. La partie de la voie romaine qui va vers le nord, en direction de Prâlon et Mâlain a été redécouverte en premier, par l'abbé Chaume.

Godefroy, évêque de Langres (1139-1163), donne à l'abbaye de la Bussière les deux paroisses d'Agey et de Gissey avec leurs dépendances : Baume-la-Roche (Baulme-la-Roche) et la moitié de la paroisse de Remilly, et exempte les moines de toutes dîmes et exactions[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason est très récent.

Blason de Agey Blason
D'azur à la croix patriarcale nillée d'argent ; au chef d'argent chargé de trois monts de trois coupeaux isolés de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Civile[modifier | modifier le code]

Religieuse[modifier | modifier le code]

Depuis La Révolution[modifier | modifier le code]

Civile[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Marcel Mouillon DVD  
mars 2001 2014 Martin Dufour    
2014 En cours Philippe Chatillon   Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Religieuse[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2018, la commune comptait 268 habitants[Note 3], en diminution de 9,15 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308360308424441462448449457
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
427421418409418384366360325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322290265252240208201179155
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
154162156152208258269271272
2013 2018 - - - - - - -
295268-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le village s'est développé comme village viticole du XVIIe au XIXe siècle, L'exode rural conséquence de la révolution industrielle commence à réduire la population à la fin du XIXe.

Le phylloxéra et les conséquences démographiques de la guerre de 14-18 mettent fin à la place prépondérante de la culture de la vigne.

L'unique activité industrielle de la commune est une menuiserie.

La commune est traversée par la double ligne à très haute tension Génissiat-Paris

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Montfeulson 537 m, la colline qui domine le village[16]
  • Murgers, pierres en tas parfois avec parements, ou en murs, en bordure d'anciennes parcelles de vignes ou autres.
  • Cabottes, cabanes en pierre sèche sur d'anciennes parcelles viticoles ou dans des zones plus hautes où étaient gardés les troupeaux. Elles ont été étudiées par Henri Dufour[17].
  • Château d'Agey.

Randonnée à Agey[modifier | modifier le code]

Agey possède un réseau très dense de sentiers de randonnées. On distingue plusieurs secteurs.

Montfeulson[18]

La montagne offre une dénivelée de 200 m environ.

Les sentiers étroits - comme dans les Alpes - offrent des parcours variés sur les trois versants de la montagne aux paysages très différents (orientation E, SW, N). Les sentiers sont tous reliés, ce qui permet une grande combinaison de parcours, de durée variée.

Principaux sentiers:

Sentier Chatminou qui part de l'ancien réservoir d'eau et monte au sommet du Montfeulson par une diagonale sur le versant SW. Le sentier longe un ancien murger sur la moitié de son parcours.

Sentier Sat qui part de l'ancien réservoir d'eau, monte par des lacets en versant S, puis à mi-pente par une liaison presque horizontale en versant E, monte en lacets au sommet du Montfeulson dans la hêtraie en versant E, Le sentier Sat poursuit en redescendant en versant N vers le sentier rouge.

Sentier Rouge qui part de l'extrémité W du village et monte au col entre le Montfeulson et la Montagne de Remilly. Le sentier alterne raidillons, lacets faciles et longe une belle zone rocheuse de faille.

Sentier du Montfeulson qui part de l'ancien réservoir d'eau et monte au sommet du Montfeulson par une diagonale sur le versant E. La partie basse du sentier qui a été détruite par la construction d'une piste d'exploitation forestière sera avantageusement remplacée par la variante qui utilise une partie du sentier Chatminou sur environ 250 m. La partie finale avant le sommet emprunte également le sentier Chatminou, juste après avoir rejoint le sentier rouge.

Sentier de la Montagne qui part de l'extrémité du chemin de Dameron et monte à la croix de Baumotte 514 m, col entre le Montfeulson et la Montagne de Remilly, en rejoignant le sentier rouge dans le haut. Sentier muletier en diagonale en versant SW du Montfeulson

Sentier des Cabottes, C'est un sentier à thème, balisé et à plusieurs variantes qui relie les cabottes du Montfeulson.

Vallon d'Agey à Rémilly[19]

Plusieurs chemins et sentiers entre les deux villages permettent des aller-retour ou des parcours en boucle.

Chemin des vignes, large chemin à faible dénivelée, au pied du versant SW du Montfeulson. Part de l'extrémité du chemin de Dameron.

Sentier de la source, sentier parallèle au chemin des vignes un peu plus haut (50 m) sur le versant SW du Montfeulson. Part de l'extrémité du chemin de Dameron. Le début du parcours est commun avec le Chemin des vignes.

Sentier des carrières, sentier parallèle au sentier de la source un peu plus haut (50 m) sur le versant SW du Montfeulson. Part de l'extrémité du chemin de Dameron. Le début du parcours est commun avec le Sentier de la sources. Le sentier rejoint la route en terre qui monte de Rémilly à la Croix de Baumotte, au niveau de la cabane des chasseurs de Remilly.

Ancienne voie romaine, sous le Mont Rond

Sentier de la source de Têt et du Mont Rond, Montée de la sortie W d'Agey au point 450 m avant la source de têt (140 m de dénivellée) , montée dans la combe derrière le Mont Rond et remontée sur le versant Mont Rond de la combe, traversée horizontale de la hêtraie sur le versant NE du Mont Rond (altitude environ 500 m), descente sur le moulin de Remilly.

Forêt de Veluze[20]
Campagne entre le village et l'Ouche[21]

Personnages historiques[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, La Gazette d'Agey et ses environs, éd. La Mairie d'Agey.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre provenant de Molesme, et vue au château d'Agey, dans le cabinet de curiosités naturelles de madame de Rochechouart, chez J.E. Guettard résida
  2. Observations faites en France et en Allemagne par monsieur Jean-Étienne Guettard publiées dans Histoire de l'Académie Royale des Sciences avec les mémoires mathématique et physique, éd. par Martin, Coignard et Guérin de 1766.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 497 - (ISBN 2600028838).
  11. Jules Marion, Notice sur l'abbaye de La Bussière (Côte-d'Or), vol. 4, Bibliothèque de l'école des chartes, (lire en ligne), chap. 1, p. 555.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. https://opentopomap.org/#map=15/47.29070/4.75373
  17. Mention en est faite sur ce document intitulé Histoire Locale.
  18. https://opentopomap.org/#map=16/47.28843/4.75485
  19. « OpenTopoMap - Topographische Karten aus OpenStreetMap », sur opentopomap.org (consulté le ).
  20. « OpenTopoMap - Topographische Karten aus OpenStreetMap », sur opentopomap.org (consulté le ).
  21. « OpenTopoMap - Topographische Karten aus OpenStreetMap », sur opentopomap.org (consulté le ).