Étevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Étevaux
Étevaux
Le lavoir.
Blason de Étevaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Auxonne
Intercommunalité Auxonne Pontailler Val de Saône
Maire
Mandat
Jean-Claude Rossin
2014-2020
Code postal 21270
Code commune 21256
Démographie
Gentilé Estivaliens
Population
municipale
314 hab. (2015 en augmentation de 6,8 % par rapport à 2010)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 23″ nord, 5° 19′ 06″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 228 m
Superficie 8,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Étevaux

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Étevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étevaux

Étevaux est une commune française située dans le canton d'Auxonne du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Trochères Marandeuil Rose des vents
Binges N Saint-Léger-Triey
O    Étevaux    E
S
Cirey-lès-Pontailler

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom ancien de la commune serait Stavellœ[1] "petite étable"[2]; pour d'autre, son nom viendrait d'æstivale, probablement un "pâturage d'été", de même que Étivey (89), ou Étivau (h. Saint-Poil, 71). Il s'agissait à l'origine sans doute de lieux frais où l'on pouvait conduire le bétail pendant les périodes de sécheresse[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, un paysan d'Etevaux entendant prêcher le P. Christophe, jésuite, à la Ste.-Chapelle, le 20 mars 1593, contre Henri IV qu'il appelait relaps et hérétique, dit tout haut qu'il ferait mieux de prêcher son Évangile, sans parler contre son roi ; il fut mis en prison durant la ligue[1].

Au XVIIIe siècle, Jean-François, seigneur d'Etevaux et du Monceau, reprit de fief de l'Epinay en 1728[4]. Avant la Révolution, le village était une annexe de Binges, dépendant du doyenné de Mirebeau. L'église est dédiée à Sainte-Madeleine. Le prieur de St.-Legeor, était seigneur et décimateur du village[1].

Au milieu du XIXe siècle, nous avons une description du village: "il est en plaine marécageuse et compte environ 50 feux (300 hab.). Il a des terres à froment et menus grains. Le finage arrosé par l'Albane contient beaucoup de bois à l'est, dont une partie est aux habitants. Les Poids et mesure sont celles de Maxilly, et la pinte de Dijon; le village dépend de la subdélégation d'Auxonne; Le bureau de la poste, et le contrôle dépendent d'Is-sur-Tille, à une lieue un tiers; quatre lieues à l'est de Dijon[1]."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 M. Guy Brunie    
mars 2014 en cours M. Jean-Claude Rossin SE Salarié agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2015, la commune comptait 314 habitants[Note 1], en augmentation de 6,8 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303311295317355348337325360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300314309284279265235245228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205234225180195196188204193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
176162165206247259288292315
2015 - - - - - - - -
314--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Sainte Madeleine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

C'est la patrie de J. Patouillet, mort en 1585, âgé de 60 ans. On voit à l'église d'Etevaux, son éloge. Bemi Belleau dit qu'il était homme de grand jugement, de grande lecture, savant dans les langues et l'histoire. M. de la Mare avait composé sa vie[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e COURTEPEE (Claude), BEGUILLET (Edme) Description général et particulière du Duché de Bourgogne. (1847), t. 2, p. 186
  2. GODEFROY (Frédéric) Dictionnaire de l'ancienne langue française. (1881), p. 574, 604.
  3. TAVERDET (Gérard) Noms de lieuxde Bourgogne. (2007), p.139.
  4. BEAUNE (Henri) La Noblesse aux états de Bourgogne: 1350 à 1789. (1864), p. 239.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]