Santosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Santosse
Santosse
Église Saint-Germain
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Arnay-le-Duc
Intercommunalité Beaune Côte et Sud
Maire
Mandat
Claude Moissenet
2014-2020
Code postal 21340
Code commune 21583
Démographie
Gentilé Santossien
Population
municipale
53 hab. (2016 en augmentation de 8,16 % par rapport à 2011)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 22″ nord, 4° 37′ 50″ est
Altitude Min. 392 m
Max. 567 m
Superficie 7,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Santosse

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Santosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Santosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Santosse

Santosse est une commune française située dans le canton d'Arnay-le-Duc du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au fond d'un val ou dominent les prés et les bois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Val-Mont Rose des vents
Molinot N Baubigny
La Rochepot
O    Santosse    E
S
Aubigny-la-Ronce Cormot-Vauchignon

Histoire[modifier | modifier le code]

Santosse était occupée à l'époque romaine ainsi qu'en témoignent les différentes stèles découvertes.

Depuis son origine on peut voir sur les cartulaires de l'église d'Autun notamment les différentes évolutions du nom : Centissa (954), Centesses (1239), Centosses (1275), Sanlosses (1290), Santhosses (1391).

C'est dans la plaine de Cussy-la-Colonne et notamment à Santosse, que Jules César qui lors d'une de ses huit campagnes en Gaule engagea la bataille contre les helvètes (guerre des Gaules) et détruisit leur armée.

À l'époque de Colbert parmi la vigne bourguignonne le vignoble le plus coté est celui de Santosse qui coûte 3700 francs l'hectare alors que Meursault et Pommard valent 1818 francs, Volnay et Musigny entre 1500 et 1800 francs Vougeot 902 francs, Beaune 740 francs, Nuits 360 francs.

Santosse disposa durant toute la première moitié du XIXe siècle d'une station (ou poste télégraphique aérien) du télégraphe Chappe implantée sur la ligne Paris-Toulon, installation mise en service en 1807 et qui cessa de fonctionner en 1853, remplacée par la télégraphie électrique[1].

Vie contemporaine[modifier | modifier le code]

Afin de produire de l'électricité 6 éoliennes vont être installées à Santosse par la Société Eole-RES dans le cadre du projet "les portes de la côte d'or".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gilbert Bouzereau    
mars 2008 en cours Claude Moissenet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 53 habitants[Note 1], en augmentation de 8,16 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
162180173178216210225219211
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
216190184173162165183167148
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1321201081009572677870
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
695439423847495553
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain d'Auxerre contient plusieurs objets classés monuments historiques : notamment une Vierge à l'Enfant du XVIIIe siècle, une cloche de 1537, des vases à fleurs XIXe, une bannière de procession (Vierge de l'Immaculée Conception) XIXe, une chape polychrome (2e moitié XVIIIe) en soie et satin broché, un chandelier en porcelaine blanche XIXe), etc.
  • Le lavoir du XIXe siècle au nord du village
  • Croix du cimetière, ornée du cœur symbole chrétien, 1841
  • Croix monumentale, rue du Goulot

dénomination croix monumentale, étoiles à cinq branches et fleurs inscrites dans un cercle, 1836 des XVIIIe et XIXe siècles à toit à longs pans.

  • Plus d'une trentaine de maisons et fermes des XVIIIe et XIXe siècles à toit à longs pans ainsi que la mairie du XIXe siècle avec un escalier droit de distribution extérieur.
  • Un certain nombre d'objet provenant de Santosse sont visibles dans certains musées ou églises :

Un bas relief (0,40 m x 0,40 m) qui se trouve au musée de Beaune a été trouvé à Santosse dans le mur de la ferme de M. Papillon. Dans une niche à sommet cintré, un dieu et une déesse qui portent une robe longue plissée sont assis assis sur un siège à dossier. La déesse porte d'une main une patère reposant sur le genou droit et de l'autre s'appuie sur l'épaule du dieu, dont la main gauche est posée sur la partie supérieure d'une corne d'abondance.

Contes de Santosse[modifier | modifier le code]

A Santosse autrefois on chantait la rencontre de la bergère et du seigneur

"Il était une fille, une fille d'honneur qui plaisait fort à son seigneur ; en son chemin rencontre ce seigneur déloyal, monté sur son cheval, il met un pied à terre et par le bras la prend : embrasse-moi, ma belle enfant.

— Hélas ! reprend la belle, le cœur rempli de peur, volontiers mon seigneur, mon frère est dans ses vignes ; ah s'il nous voyait là, il irait dire à mon papa, montez sur cette roche et regardez là bas, pour voir s'il ne vient pas, pendant qu'il y regarde, elle, tout aussitôt, sur le cheval ne fait qu'un saut.

— Adieu, mon gentilhomme, vous reviendrez tantôt, quand il fera plus beau.

Mais on ne voit plus guère, de ces filles d'honneur, repousser un seigneur. "

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre de Beaufremont seigneur de Bourbonne, Molinot et Santosse.

Lucien Jacquelin, né à Santosse le 10 mai 1885, anima avec son frère Edmond (né à Santenay) les vélodromes parisiens.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Description du duché de bourgogne, M. Courtépée, Victor Lagier, Dijon, 1847.
  • Le sacré en Eurasie, Société des études Euro-Asiatiques, L'Harmattan, 1994.
  • Patois et Locutions du pays de Beaune, contes et légendes, chants populaires, Beaune, Imprimerie Arthur Batault, I89I.
  • Étude historique et étymologique des noms de lieux habités du département de la Côte-d'Or, L. Berthoud et L. Matruchot, Imprimerie commerciale et administrative Bordot, 1901.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le télégraphe Chappe en Saône-et-Loire (1799-1853) », article de Pierre Laffont paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 84 (hiver 1990-1991), pages 17 à 24.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :