Flavigny-sur-Ozerain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flavigny et Ozerain (homonymie).
Flavigny-sur-Ozerain
Flavigny-sur-Ozerain
Vue depuis le nord-ouest
Blason de Flavigny-sur-Ozerain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Montbard
Intercommunalité Pays d'Alésia et de la Seine
Maire
Mandat
Dominique Bondivena
2014-2020
Code postal 21150
Code commune 21271
Démographie
Population
municipale
301 hab. (2015 en diminution de 1,31 % par rapport à 2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 46″ nord, 4° 31′ 55″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 482 m
Superficie 27,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Flavigny-sur-Ozerain

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Flavigny-sur-Ozerain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flavigny-sur-Ozerain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flavigny-sur-Ozerain

Flavigny-sur-Ozerain est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants et habitantes sont appelés les Flavigniens et les Flavigniennes.

Le vieux bourg est classé parmi les plus beaux villages de France et l'unique lieu de fabrication des Anis de Flavigny.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cœur de l'Auxois, la cité médiévale de Flavigny-sur-Ozerain est située sur un éperon rocheux.

Flavigny fait partie de la communauté de communes Pays d'Alesia et de la Seine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cerné de trois rivières, l'Ozerain, qui reçoit la Recluse et le Verpant, avant de confluer avec la Brenne.

Géologie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Alise-Sainte-Reine Grésigny-Sainte-Reine Darcey Rose des vents
Mussy-la-Fosse
Pouillenay
N Gissey-sous-Flavigny
O    Flavigny-sur-Ozerain    E
S
Marigny-le-Cahouët La Roche-Vanneau Hauteroche

Histoire[modifier | modifier le code]

En 52 avant J-C, le chef gaulois Vercingétorix dirige la rébellion et conduit une armée contre César. Vercingétorix se replie sur le mont Auxois et César établit des lignes de défense tout autour de l'oppidum, et défait les armées gauloises. Il installe l'un de ses campements militaires sur la colline de Flavigny.

Après le siège d'Alésia (oppidum situé alors sur une colline voisine) et le départ des armées romaines, le général de Jules César et vétéran romain Flavinius se voit offrir une partie de cette terre formée de la colline où sera bâtie peu après la cité de Flavianiacum, aujourd'hui commune de Flavigny-sur-Ozerain.

Le village tient aussi son origine de l'ancienne abbaye bénédictine de Flavigny fondée en 719 par Wideradus, fils du chef burgonde Corbon (peuple germano-scandinave), puis rénovée au XVe siècle par l'archevêque de Besançon Quentin Ménard, natif du lieu. La règle bénédictine écrite par saint Benoît de Nursie au VIe siècle organise la vie quotidienne des moines ; elle rythme leur temps entre la prière, le travail manuel et le travail intellectuel.

Au plus tard vers 1150 (et probablement bien avant), la ville de Flavigny appartient à l'évêché d'Autun[1],[Note 1].

En 1188, un prieuré d'Augustins est fondé à Nailly[2], sur le versant Est de l'Ozerain[3]. Il est connu comme hôpital ou maison-dieu Saint-Nicolas[4].

Le roi de France Philippe Auguste convoque le duc Eudes III à sa cour à Vincennes en novembre 1198. Il lui fait tenir serment de ne jamais contracter alliance avec son ennemi Richard Cœur de Lion, ni même à se marier dans son entourage ou par sa médiation. Satisfait de l’assurance que lui donne le duc, il lui offre en donation immédiate les droits qu’il détient sur l’abbaye et la cité de Flavigny devenus ainsi propriété directe des ducs de Bourgogne.

En 1488, la maison-dieu Sainte-Anne de Mont-Saint-Jean est réunie au prieuré, puis au mépart de Flavigny, et passe aux habitants de Mont-Saint-Jean en 1576[5],[6].

En 1590, Henri IV crée à Flavigny un Parlement rival de celui du Parlement de Dijon qui ne le reconnaît pas pour roi. Ainsi se rendent à Flavigny les parlementaires qui lui sont fidèles[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur à la lettre F capitale couronnée d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 M. Gérard Fontheneau DVD  
mars 2008 en cours M. Dominique Bondivena   Artisan
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2015, la commune comptait 301 habitants[Note 2], en diminution de 1,31 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 361 1 337 1 264 1 267 1 267 1 244 1 193 1 118 1 166
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 165 1 136 1 111 1 140 1 212 1 147 1 080 1 063 1 045
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
944 806 921 769 742 670 681 818 812
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
591 437 385 435 411 341 330 305 301
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises remarquables[modifier | modifier le code]

  • Depuis 1591, Flavigny est le lieu de fabrication des Anis de Flavigny[12]. Ce sont des dragées contenant en leur cœur une graine d'anis. Fabriqués simplement avec du sucre, une graine d'anis et des arômes naturels, les Anis sont déclinés en plusieurs arômes naturels : l'anis, la violette, la menthe, le citron, la réglisse, la rose, la fleur d'oranger, le cassis, le gingembre, la mandarine. Les dragéistes successifs sont fidèles à la même recette depuis plus de quatre siècles et les Anis sont toujours fabriqués dans l'abbaye Saint-Pierre. Cette fabrique artisanale et familiale a reçu le ruban bleu de l'interprofession Intersuc en 1988 et la reconnaissance des Ministères de la Culture, du Tourisme, de l'Agriculture et de l'Environnement en 1992 avec le titre de Site Remarquable du Goût. Il est possible de visiter l'atelier de dragéification au sein de l'abbaye.
  • Depuis 1976, place de l'église, fonctionne "La Grange", un concept original et collectif[13] regroupant 15 agriculteurs des environs proches désireux de valoriser leurs productions agricoles, de la transformer avec finesse pour proposer un menu différent chaque jour et des "quatre heures soupatoires" aux villageois et aux touristes. Cette ferme auberge d'un nouveau genre ouvre d'autant plus que la belle saison s'approche (réservation obligatoire).

Domaine viticole[modifier | modifier le code]

Situé en contrebas du village, le domaine viticole de Flavigny est très ancien. Il était déjà renommé en 741 et sa superficie atteignait 480 hectares en 1820, mais le phylloxera et différents facteurs économiques le font disparaître à la fin du XIXe siècle. A partir de 1994, le vignoble est replanté et les bâtiments d'une ancienne dépendance monastique sont transformés en conséquence. Celui-ci prend le nom de Flavigny-Alésia, pour valoriser la proximité du site présumé de la bataille d'Alésia, à Alise-Sainte-Reine. Plusieurs cépages sont actuellement utilisés pour produire les vins du domaine : aligoté, chardonnay et auxerrois pour les cépages blancs ; pinot noir et césar pour les cépages noirs et pinot beurot pour les cépages rosés. La commune est classée en indication géographique protégée "Coteaux de l'Auxois".

Culture[modifier | modifier le code]

Maison des Arts textiles & du design[modifier | modifier le code]

Flavigny abrite la Maison des Arts Textiles & du Design[14] créée par le designer Daniel Algranate (1944-2013). Elle est constituée d'un musée retraçant l'histoire du design textile (avec une bibliothèque de 1300 ouvrages) et d'un jardin botanique composé de plantes à usages textiles.

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 2000, le film américain Le Chocolat de Lasse Hallström avec Juliette Binoche, Johnny Depp…a été tourné en partie au village.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Flavigny est le rendez-vous annuel du stage de violoncelle PontiCelli[15] pour adultes amateurs ayant au moins deux ans d'apprentissage, du 28 juillet au 4 août 2018
  • Pour la dixième fois du 1er décembre 2018 au 13 janvier 2019 (tous les jours de 16h30 à 22h) aura lieu l'exposition[16] de 80 crèches réparties dans le village derrière les fenêtres des maisons.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue d'une des portes du village de Flavigny-sur-Ozerain.
La crypte carolingienne de l'Abbaye Saint-Pierre.
Religieux

Abbaye de Flavigny[modifier | modifier le code]

L'abbaye bénédictine Saint-Pierre, fondée à Flavigny au VIIIe siècle, a été reconstruite au XVIIe siècle. Elle comporte des vestiges d'époque carolingienne : la crypte Sainte-Reine. Il est possible de visiter la crypte carolingienne de l'abbaye.

Église Saint-Genest[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Genest, édifiée au XIIIe siècle, a été remaniée aux XVe et XVIe siècles. Elle possède de remarquables stalles du XVIe siècle, une tribune centrale de style gothique et une importante statuaire.

Civils

Hôtel particulier du marquis de Souhey[modifier | modifier le code]

Construit en 1700, l'hôtel particulier du marquis de Souhey est aujourd'hui occupé par les moines bénédictins de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Flavinius, général de Jules César et fondateur de la ville
  • Quentin Ménard (1382-1440), né à Flavigny, archevêque contesté de Besançon.
  • Rémy Ceillier (1688-1763), bénédictin et historien de l'église, mort à Flavigny
  • Dominique-Ceslas Gonthier (1853-1917), religieux dominicain, écrivain et professeur


Autres[modifier | modifier le code]

Séminaire[modifier | modifier le code]

Le séminaire Saint-Curé-d’Ars, de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, est installé à Flavigny depuis 1986. Viennent y passer leur première année, les séminaristes se destinant à être prêtres avant de partir poursuivre leur cursus de six ans à Écône.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Courtépée, Description générale et particulière du Duché de Bourgogne, t.III, 1847, 2e éd. ,p.490-504.
  • Antoine Lacaille, Les demeures médiévales d’un bourg monastique de l’Auxois : Flavigny-sur-Ozerain, dans Bulletin du Centre d'études médiévales, Auxerre, 2016, no 20-1 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'évêque d'Autun possédait trois châteaux sous la dépendance du duc de Bourgogne : Saulieu, Touillon et Thoisy-l’Évêque (appelé Thoisy-Cypierre, puis Thoisy-la-Berchère), en sus de la ville de Flavigny. Voir Roserot 1924, p. 19.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d’Or, Paris, Imprimerie nationale, 1924, 435 p. (lire en ligne [PDF]), p. 19.
  2. Albert Colombet et Edme Huchon, « Le prieuré de Nailly », Mém. Comm. Antiq. Côte-d'Or, t. 26, 1963-1969, pp. 341-341.
  3. Nailly, carte interactive sur Géoportail.
  4. « hôpital dit maison-Dieu Saint-Nicolas », notice no IA21004037, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. « Ancien hôpital (Mont-Saint-Jean) », notice n° IA21000381, et « Hôpital (ancien) », notice no PA00112562, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Le vieil hôpital de Mont-Saint-Jean », sur petit-patrimoine.com. Nombreuses photos d'ensemble et de détails.
  7. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Club France Loisirs, (ISBN 2-7242-0785-8). p. 367
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « Un bien bon bonbon »
  13. « La Grange - GIE des quatre heures soupatoires »
  14. Site de la Maison des Arts Textiles & du Design
  15. « Ponticelli, le rendez-vous des violoncellistes amateurs »
  16. « Exposition de crèches et féérie de Noël 2018 », sur 100% Côte d'Or