Champdôtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champdôtre
Ancienne gare.
Ancienne gare.
Blason de Champdôtre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Auxonne
Intercommunalité Auxonne Pontailler Val de Saône
Maire
Mandat
Jean-Louis Landry
2014-2020
Code postal 21130
Code commune 21138
Démographie
Population
municipale
589 hab. (2014)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 56″ nord, 5° 18′ 16″ est
Altitude Min. 185 m – Max. 204 m
Superficie 10,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champdôtre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champdôtre

Champdôtre est une commune française située dans le canton d'Auxonne du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villers-les-Pots Tillenay Rose des vents
Tréclun N Pont
Les Maillys
O    Champdôtre    E
S
Trouhans

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Champdôtre remonte à l'époque romaine et dérive du nom celte Candoste, que portait le propriétaire d'une villa locale[1]. La première mention faite du village figure dans l'acte de donation du domaine de Tillenay, duquel dépend Champdôtre, par Léger d'Autun au chapitre cathédral d'Autun, datant du VIIe siècle[2].

Selon les époques et les scribes, le nom du village s'orthographie Candoste (925), Candooste (937), Candostrensis (1132), Chandostre (1225), Champdostre (1271), Champdoistre (1273), Chandostrum (1286), Chandotre (1290), Campus dextrus (1308), Champdaultre (1329), Campus dostrus (1336), Campus dostre (1344), Champdoostre (1469), Champdautre (1689), Chandôtre (fin XVIIIe), Champ d'Otre (1793-1801), Champdotre (1884)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Champdôtre sont méconnues. Le lieu-dit En la Fortille, au nord-est, aurait accueilli un premier village lacustre, qui ferait remonter l'occupation humaine du territoire à une période, au moins, protohistorique[4].

Plus sûrement, l'occupation à l'époque romaine du site est attestée par les vestiges, connus de longue date, du tronçon de voie romaine, reliant Tart-le-Haut à Villers-les-Pots, dans le sud de la commune; mais aussi par la statuette (12 cm) de "Mercure portant l'enfant Bacchus", reproduction d'une œuvre de Praxitèle sculptée en 362 av. J.-C., découverte en 1886, au lieu-dit "Chemin des Romains"[5] ; ainsi que par plusieurs substructions, mises au jour lors des fouilles de 1923 et 1926, dont l'importante villa du lieu-dit Pré-Beuley, au sud-ouest de la commune. Il fut en outre trouvé dans cette dernière, des objets laténiens (IVe s av. J.-C.-Ier s av. J.-C.), ainsi qu'une série de monnaies allant jusqu'au règne de l'empereur Valérien (252-260)[6].

Par ailleurs, le toponyme du bois de la Vie-des-As, laisse à penser que Champdôtre aurait aussi accueilli une enceinte défensive antique[7].

Champdôtre semble former, très tôt, peut-être après les invasions barbares de 275-276, avec les villages voisins de Tillenay, Pont et Tréclun, un domaine doublé d'une paroisse, ayant d'abord Tillenay puis Champdôtre pour chef-lieu. Cet ensemble, tombé aux mains des Burgondes, qui s'y installent à la fin du Ve siècle, et dont le royaume est intégré à celui des Francs mérovingien dès 534, passe au cours des deux siècles suivants aux évêques d'Autun.

C'est ainsi que durant son épiscopat (663-677), saint Léger fait don de ce domaine au chapitre de la cathédrale d'Autun[4].

À partir de 1793, Champdôtre devient une commune appartenant au canton de Pluvault et au district de Saint-Jean-de-Losne, avant d'être rattaché, en 1801, au canton d'Auxonne et à l'arrondissement de Dijon[8].

Depuis 2005, la commune fait partie de la communauté de communes Auxonne - Val de Saône[9]


Concernant les affaires religieuses, Champdôtre dépend, dès le Moyen Âge, de la paroisse de Tillenay, avant d'en prendre la tête, ainsi que de l'archiprêtré de Genlis, du doyenné d'Oscheret et du diocèse de Chalon-sur-Saône (puis de Dijon, à partir de 1790)[3]. De nos jours, le village dépend de la paroisse d'Auxonne, du doyenné Vingeanne-Saône et de l'archidiocèse de Dijon[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Louis Landry SE Retraité
vers 1920   Grapin    
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la fasce ondée d'azur, à la crosse de sable brochant en pal.

Explications :

La couleur or est celle présente dans le blason de la Côte-d'Or.
La rivière représentée est la Tille, qui est le plus grand cours d'eau traversant la commune.
La crosse épiscopale est celle des évêques d'Autun, seigneurs de Champdôtre du Haut Moyen Âge jusqu'à la Révolution.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 589 habitants, en augmentation de 5,75 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
554 574 599 690 716 766 729 738 769
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
777 747 740 764 782 741 703 692 707
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
691 688 650 602 619 595 592 612 551
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
521 482 452 474 504 548 540 565 589
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Berthoud L., Matruchot L., Étude historique et étymologique des noms de lieux habités du département de la Côte-d'Or, II-Période gallo-romaine, Imprimerie Vincent Bordot, Semur, 1902. pp. 178-179.
  2. Chamasse (de) A., Cartulaire de l'évêché d'Autun, Autun, 1880.
  3. a et b Roserot A., Dictionnaire topographique de la côte d’Or, imprimerie nationale, Paris, 1924. P. 80.
  4. a et b Chaume M., "Les anciens domaines gallo-romains de la région bourguignonne", dans les Mémoires de la Commission des antiquités de la Côte-d'Or, XX, 2-Année 1934, Imprimerie Bernigaud et Privat, Dijon, 1934. Pp 278-282.
  5. Reinach S., Antiquités nationales. Description raisonnée du Musée de Saint-Germain-en-Laye. Bronzes figurés de la Gaule romaine, Firmin-Didot & Cie, Paris, 1889. Pp. 78-79.
  6. Baujard L. et Macheras J., "La basse région de la Tille", dans les Mémoires de la Commission des antiquités de la Côte-d'Or, XVIIII-Années 1922-1926, Imprimerie Bernigaud et Privat, Dijon, 1926. Pp. 301-318.
  7. Jobard P., Enceintes défensives antiques dans la Côte-d'Or. Essai de nomenclature, Imprimerie Jobard, Dijon, 1906. P. 43.
  8. Champdôtre sur la base Cassini [en ligne de l'EHESS]
  9. Site officiel de la Communauté de communes Auxonne - Val-de-Saône
  10. Site officiel du diocèse de Dijon
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. Plan de l'église de Champdôtre sur le site de l'INHA


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :