Arnay-le-Duc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leduc.
Arnay-le-Duc
Image illustrative de l'article Arnay-le-Duc
Blason de Arnay-le-Duc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Arnay-le-Duc
(chef-lieu)
Intercommunalité Pays d'Arnay-Liernais
Maire
Mandat
Claude Chave
2014-2020
Code postal 21230
Code commune 21023
Démographie
Population
municipale
1 492 hab. (2014)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 07′ 57″ nord, 4° 29′ 12″ est
Altitude Min. 328 m – Max. 412 m
Superficie 11,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Arnay-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Arnay-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnay-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnay-le-Duc

Arnay-le-Duc est une commune française située dans le canton d'Arnay-le-Duc du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située entre le Morvan et l’Auxois. Il s’agit d’un carrefour où se rejoignent la RN 6 (Paris-Lyon) et la RN 81 qui dessert le centre, via Autun ; ces routes étant tracées sur d’anciennes voies de communication d’abord gallo-romaines (entre Autun et Alesia), puis médiévales entre le couloir rhodanien et les foires champenoises. Source de la rivière Arroux (étang de Barraux) qui se jette dans la Loire à Digoin (120 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jouey Mimeure Foissy Rose des vents
Magnien N Saint-Prix-lès-Arnay
O    Arnay-le-Duc    E
S
Magnien

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du nom d’homme gaulois Arnos + acum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bataille du 27 juin 1570 : pendant les guerres de religion, les armées catholiques du maréchal de Cossé, y sont battues par les armées protestantes de Gaspard II de Coligny. Ce fut le premier engagement militaire de Henri de Navarre, le futur Henri IV. Jean de La Taille y est blessé.

Arrestation des tantes du roi Louis XVI en fuite février-mars 1791.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom d'Arnay-sur-Arroux[1],[2]. Elle fut chef-lieu du district d'Arnay-sur-Arroux de 1790 à 1795.

Le Passage de la girafe près d'Arnay-le-Duc, tableau de Jacques Raymond Brascassat (1827), actuellement au musée des beaux-arts de Beaune.

En 1827, passage de la girafe offerte à Charles X par Méhémet Ali dans sa montée vers Paris et première girafe vivante à se trouver en France.

Le , durant la guerre franco-allemande, un engagement militaire y eut lieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Claude Chave LR Retraité
1995 mars 2008 Pierre Deloince PS  
1989 1995 Jeanine Orliac DVG  
1983 1983 Jacques Linguanotto DVD  
1971 1983 Pierre Meunier PC Député de la Côte-d'Or
1966 1971 Henri Cordier DVG  
19 juin 1965 10 décembre 1965 Louis Lucien Marcel Desauge DVG  
1926 30 avril 1965 Claude Guyot SFIO Député de la Côte-d'Or
1925 1926 Claude Bullier  
1919 1925 Georges Horloger  
1918 1919 Claude Bullier  
1912 1918 Nicolas Justin Hutin  
1789 1804 Nicolas Damien Cattin  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 492 habitants, en diminution de -10,87 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 550 2 413 2 620 2 368 2 563 2 617 2 511 2 511 2 473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 476 2 531 2 559 2 592 2 581 2 626 2 580 2 876 2 644
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 666 2 782 2 581 2 092 2 030 2 021 1 972 1 946 1 900
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
2 018 2 232 2 456 2 334 2 040 1 829 1 673 1 509 1 492
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Laurent,
  • Le château d'Arnay-le-Duc, dit "ancien château des Princes de Condé",
  • La tour de la motte forte,
  • Les hospices Saint-Pierre,
  • Couvent des Capucins d'Arnay-le-Duc,
  • Couvent des Ursulines d'Arnay-le-Duc, vendu comme bien national le , (17 frimaire an II), actuelle mairie,
  • Le Prieuré de l'ordre de Saint-Benoît, hors les murs, au faubourg Saint-Jacques,
  • L'hôpital,
  • La Maison régionale des Arts de la table

Arnay-le-Duc bénéficie du label « ville fleurie » avec deux fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur aux trois tour crénelées et couvertes d'argent, ouvertes d'or, ajourées, maçonnées et girouettées de sable, celle du milieu plus haute. »

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bonaventure Des Périers, conteur français peut-être né en 1510 à Arnay-le-Duc et mort en 1543 au même lieu.
  • Pierrette-Claudine Quarré d'Aligny de Jully (1727 - ?), religieuse au couvent des Ursulines.
  • Louise-Thérèze Quarré d'Aligny de Jully (1729 - ?), religieuse au couvent des Ursulines, sœur de la précédente[8].
  • Jean Baptiste Fondard, né à Arnay-le-Duc le 31 octobre 1733, qui, après une longue carrière dans l'armée royale, fut élu le 3 septembre 1791 lieutenant-colonel en second du 2e bataillon des volontaires de la Côte-d'Or et périt le au combat de La Glisuelle.
  • Charles Théveneau de Morande, libelliste, espion, journaliste polémique français né le 9 novembre 1741 à Arnay-le-Duc et décédé à Arnay-le-Duc en 1805.
  • Général Baron Claude Testot-Ferry, vétéran des armées républicaines, impériales et royales, commandeur de la légion d’honneur, né à Arnay-le-Duc le 20 mai 1773 et décédé à Châtillon-sur-Seine le 25 août 1856. Une plaque commémorative a été déposée le sur sa maison natale (rue des trois Tourelles) lors d’une journée organisée en sa mémoire par la ville et le Souvenir Napoléonien présidé par Alain Pigeard.
  • François Auguste Dubois, né à Arnay-le-Duc en 1814 et mort à Paris en 1888, député de la Côte-d'Or entre 1871 et 1888.
  • Claude Guyot, Né à Chassenay le 28 février 1890, de parents agriculteurs, Claude Guyot suivra de solides études qui feront de lui un licencié ès lettres et un agrégé de grammaire. Professeur de latin-grec au lycée de Dijon, il sera promu officier de la Légion d'Honneur au titre de l'Éducation nationale. Marié à Jeanne Vollot, fille d'un ancien maire d'Arnay-le-Duc, il a un autre lien avec les fonctions qui l'attendent : son grand-père paternel a été maire républicain de Maligny. Dans sa séance du , le conseil municipal de la ville d'Arnay-le-Duc est appelé à élire un maire. Claude Guyot est élu et le restera jusqu'à son décès qui survient le . Mobilisé en 1939, puis démobilisé en 1940, il est révoqué en 1942 et le conseil municipal d'Arnay-le-Duc dissous par arrêté ministériel paru au Journal officiel en date du . Le , Claude Guyot retrouve son fauteuil de maire d'Arnay-le-Duc et réapparait dans l'allégresse de la Libération. Durant son absence, Claude Guyot n'a pas perdu son temps, résistant dès l'appel du général de Gaulle, il a créé en novembre 1943, le premier Comité Départemental de la Libération de la Côte d'Or qui lui vaudra à la Libération la présidence du Comité régional et, en 1947, la médaille de la Résistance. Historien, il a publié plusieurs ouvrages.
  • Denis Barberet (1714 -1770), médecin, homme de science.
  • Jules Poillot, député sous la Troisième République.
  • Pierre Meunier, député-maire de la commune, né à Dijon le 15 août 1908, fait carrière dans la finance publique et devient contrôleur financier aux ministères de la santé publique et du travail. Il fait la connaissance de Jean Moulin au cabinet de Pierre Cot ministre de l’air en 1936. Le , il est nommé secrétaire général du Conseil national de la Résistance que préside Jean Moulin. Après l’arrestation de Jean Moulin il continue la lutte clandestine aux côtés de Georges Bidault qui préside le CNR. En 1945-46 Pierre Meunier est chef de cabinet de Maurice Thorez, ministre d’État, chargé de la fonction publique, à ce titre il élabore le statut général des fonctionnaires. Pierre Meunier remplit de nombreux mandats électifs : membre de l’assemblée consultative, il est élu conseiller général d’Arnay-le-Duc en 1945, député de la Côte-d’Or de 1946 à 1958, vice-président de l’Assemblée nationale, conseiller régional de Bourgogne de 1976 à 1979. Il sera maire d’Arnay-le-Duc de 1971 à 1983.
  • Jean Nasica, né à Prato en Haute-Corse, fils de militaire. Il devient médecin et arrive par erreur à Arnay-le-Duc où il s’installe comme généraliste. En 1939, la guerre éclate mais Nasica surnommé « le Doc’ » continue à être « le médecin des pauvres » mais il incite à la haine envers l’envahisseur allemand. Plus tard, ces derniers et Vichy s’intéressent à lui, il part et participe à la création du maquis René Laforge. Il meurt finalement pendant une fusillade entre résistants et soldats allemands. Plusieurs monuments lui sont dédiés. En 2008 un documentaire accompagné d’une fiction est sorti. C’est l’aboutissement de deux ans de travail entre les élèves de l’école Pierre-Meunier et du collège Claude-Guyot.
  • Albert Albrier, (1845-1878), écrivain.
  • Tristan Maya, (1926-2000), écrivain, poète, critique littéraire, romancier, membre de l'Académie du Morvan.
  • François Deroye (1884-1914), aviateur.
  • Paul Lacoste (1920-1995), chirurgien, professeur d'anatomie et artiste peintre.
  • Stephen Pichon (1857-1933), journaliste, diplomate et homme politique. Il fut successivement député de 1885 à 1893, diplomate de 1894 à 1906, sénateur de 1906 à 1924, et ministre des Affaires étrangères sous plusieurs gouvernements de la Troisième République entre 1906 et 1920.

Télévision[modifier | modifier le code]

La ville a servi de cadre de l'émission télévisée Coup de foudre au prochain village diffusée sur TF1 en février 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Arnay-le-Duc », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 31 juillet 2012)
  2. Marie-Odile Mergnac, Les prénoms du calendrier révolutionnaire, Paris : Archives et culture, 2006, (ISBN 2-35077-003-6), p. 35.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Palmarès 2010 du concours de villes et villages fleuris
  8. Louis Pierre d'Hozier, Armorial de France, éd. Firmin Didot, 1752, vol. IV, p. 361.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Albrier, Les Maires de la Ville d'Arnay-le-Duc (Imprimerie J.-E. Rabutot, Dijon, 1868). 2e Edition mise à jour par Tristan Maya, 1985
  • Ignacio Catalan, "Luna Lunera, d'Arnay-le-Duc à Beaune, un parcours de jeunesse."
  • Pierre Creusvaux. Les voies romaines du pays d'Arnay. Les Amis du Pays d'Arnay, 2004.
  • Didier Godard, Les Châteaux du canton d'Arnay-le-Duc Éditions d'Arnay, 37 rue César Lavirotte, 21230 Arnay-le-Duc, 2009.
  • Didier Godard, Guide historique d'Arnay-le-Duc (éd. d'Arnay, 2009)
  • Didier Godard, Le Cimetière d'Arnay (éd. d'Arnay, 2009).
  • Didier Godard, Le sabotier d'Arnay, Éditions d'Arnay, 2010.
  • Didier Godard, Le Chemin des Dames. Adélaïde et Victoire de Versailles à Trieste par Arnay-le-Duc, Éditions d'Arnay, 2012
  • J.P.C. Lavirotte, Annales de la ville d'Arnay-le-Duc en Bourgogne. Préface de Jean Richard. Laffitte Reprints, 1980.
  • Bernard Leblanc. Arnay-le-Duc et son canton à travers les cartes postales anciennes. Préface de Pierre Meunier. Les Amis du Pays d'Arnay, 1980.
  • Bernard Leblanc. Églises et chapelles. Saints et saintes dans le canton d'Arnay-le-Duc. Les Amis du Pays d'Arnay, 2008.
  • Jean Prudhon, Les protestants d'Arnay-le-Duc des origines à la révocation de l'Edit de Nantes, Éditions d'Arnay, 2012.
  • Denis Roche. Arnay-le-Duc dans la tourmente 1939-1945. Chez l'auteur, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :