Minot (Côte-d'Or)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minot.

Minot
Minot (Côte-d'Or)
Église Saint-Pierre, classée M.H.
Blason de Minot
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Monique Ormancey
2014-2020
Code postal 21510
Code commune 21415
Démographie
Population
municipale
181 hab. (2016 en diminution de 12,56 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 13″ nord, 4° 52′ 37″ est
Altitude Min. 363 m
Max. 504 m
Superficie 36,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Minot

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Minot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Minot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Minot

Minot est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants de Minot sont les Minotois et les Minotoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21415.png

Sur les hauteurs du plateau du Duesmois, partie ouest du plateau de Langres doucement vallonné, la commune de Minot se situe sur le seuil bourguignon du bassin parisien où les altitudes peuvent dépasser 500 m. Un tiers du territoire de 36,2 km2 est couvert par les bois, surtout à l'ouest entre Digeanne et Brévon, rivières qui coulent vers le nord. Quelques bois plus clairsemés à l'est s'étalent sur les versants des combes et sur la colline du Champeau, point culminant de la commune à 504 m. Le reste des surfaces est voué à l'agriculture, et dans une moindre mesure aux pâturages dans le fond des vallées, exploité par une douzaine de fermes isolées. Le cours de la Digeanne marque en limite nord de commune le point bas à 363 m d'altitude.

La commune est traversée nord-sud, à l'écart du village, par la D 996 qui joint Dijon au nord du département de la Côte-d'Or en direction de Bar-sur-Aube (D 396 dans le département de l'Aube).

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas de hameau rattaché mais plusieurs fermes isolées.

  • Habitat et bâti écarté : fermes de Charme, de Bange, de Lochères, de la Moloise, de Buxerolles, de Charme, du Champ-Vivant, Thoret, le Grand Velbret, Veroille, Lourosse, le Moulin.
  • Lieux-dits d'intérêt local : étang du Fays, pont Sébot, ruines : le Peut Coteau, le Petit-Velbret, le Fays, bois : Lavières et Bouquet (anciennes mines de fer), le Frémiet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Broing-les-Moines Bure-les-Templiers Beneuvre Rose des vents
Moitron N Fraignot-et-Vesvrotte
O    Minot    E
S
Étalante Échalot Salives

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La limite de commune sud du finage de Minot suit en gros la ligne de partage des eaux orientée est-ouest entre le bassin versant Saône-Rhône et celui de la Seine. Les vallées de la commune sont logiquement orientées perpendiculairement à cette ligne, comme la plupart des rivières dans ce haut bassin de la Seine, se dirigeant vers le nord. La Digeanne[1], affluente de l'Ource[2] puis de la Seine, naît de la source de la Chaudière-d'Enfer dans le coteau Champ-Lurette, elle est ensuite alimentée par d'autres sources et ruisseaux avant de sortir du territoire (ruisseau de Velbret, fontaine de Tailletote, source de Lourosse, des Prés-Géies, des Prévôtes…), les eaux du lavoir de Minot sont captées avant leur confluence avec la rivière. La limite ouest de la commune est en partie marquée par le val du Brévon[3] (sans comprendre la rivière elle-même, la limite restant en rive droite), affluent de la Seine, ici proche de sa source sur la commune voisine d'Échalot. Les calcaires du Jurassique qui forment le bassin parisien sont proches de la surface dans cette zone où ils forment parfois des falaises sur le seuil bourguignon, ces roches solubles forment des réseaux souterrains où disparaissent certains cours d'eau. C'est le cas des autres ruisseaux de la commune en dehors de la Digeanne et du Brévon, le ruisseau du Fays dans le bois de la Chassignole forme un étang et irrigue des prés humides avant de disparaître sur la commune de Moitron, pareillement les eaux des sources de Véroilles, de Curtille, du Pré-de-l'École retournent rapidement en terre quand elles débitent, comme celles situées dans ou autour du village, en partie captées, qui remplissent quelques petits étangs mais ne créent pas de cours d'eau.

Historique[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site du village, qui s'appelait autrefois Mignot, a fait l'objet d'une importante occupation néolithique puis celtique comme en attestent les nombreux tumulus fouillés aux XIXe et XXIe siècles dont le mobilier est réparti entre les musées de Saint-Germain, Dijon et Châtillon-sur-Seine. Une dizaine de villas gallo-romaines avec mosaïques et sculptures ont été identifiées[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des sarcophages mérovingiens dispersés ont également été trouvés.

Les Templiers puis les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem sont seigneurs et propriétaires d'un tiers du territoire jusqu'en 1380. Minot se compose alors de deux parties aujourd’hui reliées. Dominant la vallée de la Digeanne, Minot d'en-haut se distingue par son "château du Mont" détruit en 1477 dont subsiste encore une tour avec maçonnerie romaine. Minot d'en-bas, possède le château fort de la "tour percée" ou "tour du Vau", bâti sur un terrain marécageux dont il reste la mare proche de la salle des fêtes. Ce château est détruit aux environs de 1339. Les dimensions de l'église témoignent de l'importance de l'agglomération à cette époque.

Ancien panneau Peugeot signalant l'école.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Entre 1790 et 1802, Minot est un chef-lieu de canton comprenant Minot, Saint-Broing-les-Moines, Beneuvre, Chaugey et la commanderie de Montmorot. La commune possède alors quelques mines de fer dont les puits d'extraction existent encore dans les bois communaux au lieu-dit "Maupertuis", un fourneau métallurgique près de la ferme Velbret et des forges près du Brevon au lieu-dit "la combe des forges".

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux débuts du XXe siècle les foires de Minot sont parmi les plus importantes du Châtillonnais : céréales, bétail et laines[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Minot Blason Tiercé en pairle, au premier de gueules aux deux pics de mineur d'argent passés en sautoir (les pics sont là pour le fait que Minot est une ancienne ville minière),au deuxième d'azur au lion d'or, au troisième d'argent aux trois merlettes de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1876 1879 Pierre Potey    
1879 1883 Jean Baptiste Senet    
1883 1891 Nicolas Mathieu Jacotot    
1891 1896 Jean Monniot    
1896 1904 Louis Philippe Charles Nicolas Chaume   Ancien Instituteur
1904 1919 Charles Senet    
1919 1920 Gustave Bornier    
1920 1925 Victor Auguste Chalopin    
1925 après 1932 Louis Bourceret    
vers 1935 1965 M. Bertrand   Maire de Minot pendant près de 30 années
1965 04/04/2014 Henri Julien UMP Conseiller général du canton d'Aignay-le-Duc depuis 1970
04/04/2014 en cours Monique Ormancey   Conseillère municipale de Minot depuis 2008
Les données manquantes sont à compléter.

Minot appartient : à l'arrondissement de Montbard, au canton de Châtillon-sur-Seine et à la communauté de communes du Pays Châtillonnais.

Élections départementales des 22 et 29 mars 2015[modifier | modifier le code]

Le 1er tour du 22 mars 2015[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, Minot fait partie du canton d'Aignay-le-Duc. Avec la réforme territoriale et le redécoupage des cantons, le canton d'Aignay-le-Duc est supprimé ; Minot fait dorénavant partie de celui de Châtillon-sur-Seine.

  • Nombre d'électeurs inscrits : 195 ;
  • Nombre de votants : 110 ;
  • Taux de participation : 56,41 % ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 97 (six enveloppes vides, deux bulletins blancs et cinq bulletins nuls).
Noms des candidats Courant politique Suffrages obtenus (Minot) Pourcentage (Minot) Pourcentage (canton)
1 Valérie BOUCHARD et Hubert BRIGAND DVD 54 voix 55,67 % 52,68 %
2 Martine ROSSI et Ambroise SAVATIER FN 30 voix 30,93 % 30,88 %
3 Catherine COSIAL et Jean-Paul ROMMEL DVG 13 voix 13,40 % 16,44 %

Le second tour du 29 mars 2015[modifier | modifier le code]

Le binôme Valérie BOUCHARD - Hubert BRIGAND étant élu au premier tour, il n'y a pas de second tour pour le canton de Châtillon-sur-Seine.

Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015[modifier | modifier le code]

Le premier tour du 6 décembre 2015[modifier | modifier le code]

  • Nombre d'électeurs inscrits : 197 ;
  • Nombre de votants : 118 ;
  • Taux de participation : 59,90 % ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 109 (huit bulletins blancs et un bulletin nul).
Noms des candidats Courant politique Suffrages obtenus (Minot) Pourcentage (Minot) Pourcentage (région)
1 François SAUVADET LR-UDI 59 voix 54,13 % 24,00 %
2 Sophie MONTEL FN 31 voix 28,44 % 31,48 %
3 Marie-Guite DUFAY PS-PRG 7 voix 06,42 % 22,99 %
4 Maxime THIEBAUT DLF 6 voix 05,50 % 05,17 %
5 Julien GONZALES AEI 3 voix 02,75 % 02,14 %
6 Charles-Henri GALLOIS UPR 2 voix 01,83 % 00,92 %
7 Cécile PRUDHOMME EELV 1 voix 00,92 % 03,91 %
8 Christophe GRUDLER MoDem 0 voix 00,00 % 03,26 %
9 Nathalie VERMOREL FDG 0 voix 00,00 % 04,62 %
10 Claire ROCHER LO 0 voix 00,00 % 01,51 %

Le second tour du 13 décembre 2015[modifier | modifier le code]

  • Nombre d'électeurs inscrits : 197 ;
  • Nombre de votants : 134 ;
  • Taux de participation : 68,02 % ;
  • Nombre de suffrages exprimés 124 (5 bulletins blancs et 5 bulletins nuls):
Noms des candidats Courant politique Suffrages obtenus (Minot) Pourcentage (Minot) Pourcentage (région)
1 François SAUVADET LR-UDI 77 voix 62,10 % 32,89 %
2 Sophie MONTEL FN 36 voix 29,03 % 32,44 %
3 Marie-Guite DUFAY PS et alliés 11 voix 08,87 % 34,68 %

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Élections européennes du 7 juin 2009[modifier | modifier le code]

  • Nombre d'électeurs inscrits : 220 ;
  • Nombre de votants : 102 ;
  • Taux de participation : 46,36 % ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 96 (six bulletins blancs et nuls).
Courant politique Suffrages obtenus Pourcentage (Minot) Pourcentage (France)
1 UMP 50 voix 52,08 % 27,88 %
2 EELV 11 voix 11,46 % 16,28 %
3 MoDem 10 voix 10,42 % 08,46 %
4 DLF 6 voix 06,25 % 01,77 %
5 DVD 6 voix 06,25 % 04,88 %
6 PS 5 voix 05,21 % 16,48 %
7 AEI 2 voix 02,08 % 03,63 %
8 NPA 2 voix 02,08 % 04,88 %
9 LO 2 voix 02,08 % 01,20 %
10 FDG 1 voix 01,04 % 06,05 %
11 FN 1 voix 01,04 % 06,34 %

Les 8 autres listes n'ont reçu aucun suffrage.

Élections européennes du 25 mai 2014[modifier | modifier le code]

  • Nombre d'électeurs inscrits : 202 ;
  • Nombre de votants : 102 ;
  • Taux de participation : 50,50 % ;
  • Nombre de suffrages exprimés : 100 (deux bulletins blancs).
Courant politique Suffrages obtenus Pourcentage (Minot) Pourcentage (France)
1 UMP 48 voix 48,00 % 20,81 %
2 FN 20 voix 20,00 % 24,86 %
3 DLR 10 voix 10,00 % 05,98 %
4 UDI-MoDem 8 voix 08,00 % 09,94 %
5 Nous citoyens 6 voix 06,00 % 04,37 %
6 EELV 4 voix 04,00 % 08,95 %
7 PS 2 voix 02,00 % 13,98 %
8 FDG 2 voix 02,00 % 06,33 %

Les 15 autres listes n'ont reçu aucun suffrage.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 181 habitants[Note 1], en diminution de 12,56 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
755745720649699718710700661
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650629614540523523513472401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
371381361292308319330369371
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
348359349285240229243207181
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 2 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[10], 26 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[11], 1 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[12] et 47 objets répertoriés à l'I.G.P.C[13].

  • Plusieurs croix, maisons, fermes et lavoirs anciens dans le village sont référencés IGPC.
  • Deux ponts dont le pont Sebot, sur la Digeanne.
  • Halle en bois et pierre de taille de 1830 (IGPC 1989)[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, collection "NRF", 1979. (Enquête d'ethnographie sur le village de Minot dans les années 1960-1970.)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :