Ménétreux-le-Pitois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ménétreux-le-Pitois
Ménétreux-le-Pitois
Vue du village depuis le plateau le surplombant
Blason de Ménétreux-le-Pitois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Montbard
Intercommunalité Pays d'Alésia et de la Seine
Maire
Mandat
Yvon Fiorucci
2014-2020
Code postal 21150
Code commune 21404
Démographie
Population
municipale
431 hab. (2016 en diminution de 3,58 % par rapport à 2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 34″ nord, 4° 28′ 19″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 397 m
Superficie 6,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Ménétreux-le-Pitois

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Ménétreux-le-Pitois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ménétreux-le-Pitois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ménétreux-le-Pitois

Ménétreux-le-Pitois est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé au sommet du mont Réa, l'une des buttes entourant le site d'Alésia. Il est partagé en deux parties : Ménétreux « La Tuilerie » le long de la D 905 entre Les Laumes et Montbard, et Ménétreux « Le Village » le long de la D 119a entre Les Laumes et Éringes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Éringes Bussy-le-Grand Rose des vents
Seigny N Grésigny-Sainte-Reine
O    Ménétreux-le-Pitois    E
S
Grignon Venarey-les-Laumes
Carte de la commune de Ménétreux-le-Pitois et des proches communes.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Ménétreux vient du latin monasteriolum ou monasterellum, petit monastère.

La butte sur laquelle est situé le village de Ménétreux-le-Pitois est occupée sans interruption depuis la Préhistoire. Des traces intéressantes de civilisation gallo-romaine ont été mises au jour, en particulier un temple dédié à Minerve, patronne des artisans.

En l'an 52 avant Jésus-Christ, lors du siège d'Alésia par Jules César, le mont Réa, seulement défendu par deux légions romaines, fut le théâtre de combats acharnés entre Gaulois et Romains.

Le surnom de Pitois apparaît pour la première fois en 1377. Selon l’abbé Courtépée, les Pitois étaient seigneurs de Ménétreux au XIIIe siècle, d’où le surnom accolé au nom du village.

Le , le village reçut son affranchissement sur ordre de Jacques de Jaucourt. Jusqu'à cette date les habitants étaient encore mainmortables vis-à-vis de leur seigneur.

Ménétreux-le-Pitois fut envahi deux fois par les Allemands :

  • les 14 et 15 janvier 1871, deux colonnes allemandes stationnèrent dans le village avec de l'artillerie lourde et 400 chevaux ;
  • le 16 juin 1940, 1400 soldats allemands campèrent environ trois semaines dans le village avec matériel et chevaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ménétreux-le-Pitois De gueules à trois bandes d'or, à deux bars d'argent au chef cousu d'azur à la croix ancrée d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
en 1816   M. EPRY     *
en 1826   Nicolas Philibert LETORS de LARREY     *
1847 1872 Louis Gabriel Hubert de LA FERTE-MEUNG    
1889 1901 Honoré RANVIOT    
1901 1907 Albert HUMBERT    
1907 1919 Honoré JACOB    
1919 1923 Pierre GALLET    
1923 1929 Honoré JACOB    
1929 1945 Abel MATHIEU    
1945 1947 André JACOB    
1947 1954 Flavien CHARRIÈRE    
1954 1965 René BUFFY    
1965 1971 Eugène BLANCHOT    
1971 1977 Lucien RENAUD    
1977 1983 Denis BUFFY    
1983 1995 René BOILLOT    
1995 2007 Denis BUFFY    
2007 2014 Daniel VIETTE    
2014   Yvon FIORUCCI    

Source : archives municipales sauf *

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Ménétreux-le-Pitois sont appelés Ménétriers ou Ménétrières.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 431 habitants[Note 1], en diminution de 3,58 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
311310350284284302312314284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
269282258258250241224271302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
285281269283328337294364322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
332299400461467426423447431
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village abrite un château initialement construit vers 1578 par Claude de la Trémouille-Bresche. Nommé « Chatelet-Maisonfort », le château fut en grande partie rasé (sauf une tour ronde et une tour carrée) et reconstruit par le baron Charles-Claude de Vichy à la fin du XVIIIe siècle. Des bâtiments devant servir de ferme modèle furent ajoutés à grands frais en 1884 par M. Cuhaut. Vendue en 1930 à la Société du Métro de Paris, la propriété a longtemps servi de maison de repos et abrite actuellement une colonie de vacances pour les enfants des employés de la RATP, gérée par la fondation « Les Enfants du Métro », association loi de 1901 subventionnée par le comité d'entreprise.


L’église, dédiée à saint Valentin, aurait été initialement bâtie en 888, puis souvent remaniée par la suite.

En 1788 M. Boudillet, prêtre de la paroisse de Ménétreux, lance des travaux de reconstruction du chœur de l’église, devenue trop exigüe en raison de l’accroissement de la population. Deux chapelles latérales sont ajoutées, celle du sud dédiée à la Sainte Vierge, celle du nord dédiée à saint Valentin, martyr et patron de la paroisse. La nef n’est pas touchée. Les pierres de taille des fenêtres sont remplacées par des briques. Les travaux s’achèvent le 31 août 1790 et seront complétés un peu plus tard par la construction d’une tribune.

D’importants travaux de réparation sont entrepris en 1891, 1892 et 1900.

En 1872 est inauguré l’autel de saint Valentin et le 2 octobre 1887 a lieu la bénédiction de l’autel de la Vierge.

En 1884, les murs de l'église sont rehaussés de 80 centimètres.

Le 25 septembre 1892 est inauguré le chemin de croix.

Au fond de l’abside est érigé un autel de marbre blanc, éclairé par deux fenêtres romanes et couronné d’une voûte à arêtes vives, croisées en sautoir.

Le chœur est orné d’un Christ grandeur nature, nommé « Christ aux liens », et l’église abrite des statues du Sacré-Cœur, de saint Joseph, de saint François de Sales, de sainte Agathe et de sainte Anne.

En 1903, de nouveaux bancs sont installés.

Le 11 septembre 1913, une nouvelle cloche est bénie, refonte de la précédente qui datait de 1811 et pesait 390 kilos. Sortie des ateliers de M. Farnier, fondeur à Velars-sur-Ouche, et baptisée Renée-Virginie, elle pèse 406,5 kilos et donne le la naturel.


Vers 1850, une tuilerie est créée par M. Fénéon. Avec seulement huit ouvriers à sa création, en passant sous la coupe de l'Union des Entrepreneurs en 1935 elle comptera une centaine d'ouvriers. Très moderne, elle disposait de sa propre école de poterie. L'exportation des pièces se faisait essentiellement vers le Nord, par voie de chemin de fer ou par le canal. Les locaux, reconvertis en entrepôt de matériaux, furent détruits par un incendie en 1986 et il n'en reste pratiquement rien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Bodevin (ca 1644-03.10.1724), prêtre suisse, curé de Ménétreux-le-Pitois, dont les armoiries étaient « d'azur à une pinte d'argent ».
  • Émile Chaussivert, maquisard du groupe Henri Bourgogne, torturé et exécuté le 25 mai 1944 par l'armée allemande à Semur-en-Auxois.
  • Le chanoine Henri Jeanniaux, curé de Ménétreux-le-Pitois pendant 52 ans et célèbre herboriste. Né à Dijon le 10 novembre 1879, il fut ordonné prêtre le 29 juin 1903, après des études au petit séminaire de Plombières-lès-Dijon. D'abord vicaire à Pagny-la-Ville et curé à Spoy, il fut nommé curé à Ménétreux-le-Pitois en 1908. Élevé à la dignité de chanoine honoraire en 1954, il donna sa démission de curé de Ménétreux en 1960. Il s'éteignit le 18 mars 1965. Parallèlement à son ministère, Henri Jeanniaux était l'un des derniers herboristes exerçant en France. Attiré par la botanique dès son entrée au petit séminaire, il y consacrait ses loisirs et suivait l'enseignement de l'abbé Fournier. Sur les conseils du docteur Raymond Petit de Molesmes dont l'épouse était originaire du village, il s'inscrivit en 1914 à l'examen d'herboriste auquel il fut reçu avec la mention bien. Revenu de la guerre, l'abbé Jeanniaux reprit ses activités en 1919, conseillant des plantes aux malades du pays. Pris peu au sérieux au début, ses excellents résultats lui amenèrent de nombreuses personnes de l'extérieur et sa renommée dépassa vite les limites de sa région. Ni médecin, ni guérisseur, ce prêtre ne faisait pas de miracle et se contentait d'utiliser les moyens mis par la nature à disposition des hommes. Il posait simplement des questions aux malades qui lui permettaient d'établir un diagnostic et de prescrire une décoction ou un vin obtenu par macération de plantes qu'il connaissait particulièrement bien. Il récoltait les plantes dans les bois et friches de la région, mais se fournissait également en plantes exotiques issues de pays lointains, la Chine et le Brésil notamment. L'abbé Jeanniaux disposait de plus de 200 plantes médicinales qui servaient chaque jour à soigner ou soulager.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :