Saussy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saussy
Saussy
Église de Saussy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Forêts, Seine et Suzon
Maire
Mandat
Raymond Dumont
2020-2026
Code postal 21380
Code commune 21589
Démographie
Population
municipale
102 hab. (2019 en augmentation de 6,25 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 08″ nord, 4° 57′ 46″ est
Altitude Min. 369 m
Max. 564 m
Superficie 9,30 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontaine-lès-Dijon
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saussy
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saussy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saussy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saussy

Saussy est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saussy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (56,8 %), terres arables (31,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village semble s’être appelé à l’origine Villa de Saucitiis, c'est-à-dire "Propriété de la famille Saucitus", une famille gallo-romaine. On trouvera ensuite les noms de Sacium, Sarcium, Salciacus (1124), Sauciacus (1177), Saucis (1375), Saulci (1644), Saucy (1788)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village, sous le nom de Salciacum in Silva (Saussy dans la forêt) date de 1124, dans la chronique de l'Abbaye St Bénigne[Note 3].

En 1220, Girard de Saulx confirme le partage de la dîme entre l'Abbaye de Saulx-le-Duc (Évêché de Langres) et l’Abbaye de Saint-Bénigne (Évêché de Dijon).

En 1375 Le village compte 18 feux serfs (= ensemble de personnes vivant sous le même toit) soit environ 100 habitants et l’auteur précise « dont 7 misérables ».

En 1431, le village compte 5 feux abonnés (= payant la dîme régulièrement), 1 feu misérable et 2 pauvres et mendiants.

En 1644-1645, l’intendant Bouchu, chargé par le roi de faire une visite d’inspection dans les provinces nous dit :

« Saulcy est un secours de la paroisse de Vernot et a pour patronne Ste Marie Madeleine. C’est un village composé de 20 maisons où il y en a douze d’habitées, dont 3 femmes veuves, et huit en désert ».

En 1731 La commune est rattachée au diocèse de Dijon. En 1833, Saussy compte 22 feux et 41 vaches. Chaque famille avait 1 ou 2 vaches qu’elle faisait saillir par « le taureau communal », moyennant 2,40 francs par bête. Ce dernier était choisi par le conseil municipal par adjudication pour 3 ans. Dans le contrat d’adjudication, on lit :

« L’adjudicataire sera tenu de fournir un taureau convenable et de bonne race, il devra être âgé de deux ans au moins (…) Aussitôt que le taureau sera jugé impropre au service, l’adjudicataire sera tenu de le remplacer sur simple avis du maire »

La principale culture est alors le seigle. En 1854, l’église menace ruine et le culte est célébré dans la salle d’école, au grand dam de l’instituteur. A l’appui de sa demande d’autorisation au préfet de la reconstruire, le maire écrit :

« l’état d’insalubrité et de ruine de l’église ne permet pas depuis plus d’un an d’y célébrer les offices le dimanche et les fêtes ne sont presque plus observées ; à peine quelques particuliers interrompent-ils leurs travaux sur le soir. Cet état est pour déplaire surtout pour les enfants qui grandissent ainsi, s’habituant peu à peu à l’inobservation du dimanche et à le regarder comme un jour de travail ».

La nouvelle église sera achevée en 1859, une cloche de 300 kilos y sera installée en 1864.

En 1870-1871 les armées allemandes exigent les réquisitions suivantes :

  • 130 double-décilitres de seigle, orge et avoine
  • 6 vaches
  • 14 quintaux de foin
  • 10 stères de bois de chauffage

En 1874, la seule source du village (qui débite en moyenne 1/3 de litre à la minute) alimente un abreuvoir et un lavoir. La commune décide la construction d’un réservoir de 300 m3 qui permettra de constituer une réserve en cas de besoin ponctuel ou de sécheresse[10]. A la fin des années 1870, la Tour de Saussy, un château d'eau, est construit sur les plans de Paul Bredin. Il s'agit du seul château d’eau de France dont la pompe était actionnée par une éolienne[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Baptiste    
mars 2008 en cours Liliane Condaminet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2019, la commune comptait 102 habitants[Note 4], en augmentation de 6,25 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1007196109104112106106111
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12111589819895979070
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
818186515660678562
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
66625610711610410310397
2015 2019 - - - - - - -
101102-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • l'église de Saussy
  • la Tour de Saussy, seul château d’eau de France dont la pompe était actionnée par une éolienne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

D'après Lewis Thorpe[15], l'un des traducteurs les plus reconnus de l'Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, c'est à Saussy que le roi Arthur aurait livré bataille à l'armée romaine menée par Lucius Hiberius (VIe siècle).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le Dictionnaire topographique de la France précise : « Courtépée (II, 245), puis Garnier (n° 224), signalent une mention de Saussy dès 925, mais le Salciacum de Garnier, qui est en réalité Saciacum (chron. S.-Bénigne, f° 31 v°, et édit., p. 124 et au cartul., ch. 2), concerne Cessey-sur-Tille »[9].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Abbé DENIZOT - encyclopédie de la Côte-d'Or - XIXème siècle Bibliothèque municipale de Dijon - cotes Ms 1727-1732
  9. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or : comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Dictionnaire topographique de la France », (lire en ligne), p. 371.
  10. a et b « CÔTE-D'OR : La tour de Saussy retenue par la Mission Stéphane Bern », sur infos-dijon.com, (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. Geoffrey of Monmouth, 1966.The History of the Kings of Britain, trad. Lewis Thorpe, Penguin, Londres. (Date de publication originale : 1136).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :