Lacanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lacanche
Lacanche
Une rue que traverse l'usine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Arnay-le-Duc
Intercommunalité Pays d'Arnay-Liernais
Maire
Mandat
Pierre Gobbo
2014-2020
Code postal 21230
Code commune 21334
Démographie
Population
municipale
566 hab. (2016 en diminution de 4,71 % par rapport à 2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 33″ nord, 4° 33′ 37″ est
Altitude Min. 350 m
Max. 447 m
Superficie 7,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Lacanche

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Lacanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacanche

Lacanche est une commune française située dans le canton d'Arnay-le-Duc du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Prix-lès-Arnay Foissy Rose des vents
Maligny N Antigny-la-Ville
Thomirey
O    Lacanche    E
S
Saint-Pierre-en-Vaux Champignolles

Histoire des Forges de Lacanche[modifier | modifier le code]

Une tradition ancienne[modifier | modifier le code]

Depuis longtemps des forges existaient à Lacanche, puisqu’il est fait état d’Oddo de MALAIN qui était fondeur du duc de Bourgogne, et qui fut anobli en 1443 [1]. Les sires de Mâlain y étaient propriétaires au IXe siècle d’un château fort dont il ne reste pratiquement plus de vestiges actuellement, ses matériaux ayant été « recyclés » pour bâtir la chaussée du grand étang puis plus tard construire une fonderie (vers 1766), et près duquel une forge, la forge d’en bas, fonctionnait installée sur la rivière.

Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Par son mariage le 21 février 1759 avec Etiennette LORENCHET veuve de M. PERRENEY de BALLEURE co-seigneur de Tailly (Côte d’Or), Jean-Baptiste de RICHARD de CURTIL, mousquetaire, lieutenant des maréchaux de France, devint seigneur de Lacanche et propriétaire de terres situées à Lacanche, Serve et Bauraudin.

En 1760 Jean-Baptiste RICHARD de CURTIL donne en bail à ferme pour 9 années à compter de 1762 à Antide NIELLON, marchand, les revenus de la terre et seigneurie de Lacanche consistant en bâtiments, jardins, prés, terres, moulins, canaux, étangs, ainsi que tous les droits seigneuriaux dépendants des dits lieux : corvées, amendes, cens, redevances et rentes seigneuriales… Mais il se réserve cependant la liberté de faire édifier une forge et des fourneaux, et de faire tirer de la mine et de la castille aux endroits qu’il trouvera dans l’étendue de ses terres. En 1763, il acheta la seigneurie de Coraboeuf près d’Ivry-en-Montagne et par lettre patente en 1778 le fief devint marquisat et prit le nom de marquis de RICHARD D‘IVRY. Dès 1763 il édifia une nouvelle forge dans les anciens moulins au bord de la rivière à proximité de l’ancien château de Lacanche dont il laissera en 1773 l’exploitation à ferme à Jean FINOT son contremaître. Au décès de ce dernier en 1784, sa veuve cède ses droits, avec l’accord de Jean-Baptiste de RICHARD de CURTIL, à Michel GROS et son neveu Pierre GROS, marchand de fers et banquiers à Châlon-sur-Saône. MM. GROS, riches et entreprenants, avaient l’habitude de gérer de grands domaines ; ils reprendront l’exploitation des forges moyennant un bail s’élevant à 12 500 livres et s’établiront à Lacanche. Ils s’acquitteront de cette rente jusqu’en 1791.

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

La Révolution apporta son lot de difficultés : tout d’abord Jean-Baptiste de RICHARD de CURTIL mourut le 30 juillet 1792 et son épouse Etiennette LORENCHET dont le fils et le gendre étaient accusés d’émigration, fut condamnée elle aussi en qualité de mère d’émigrés. Leurs biens furent placés sous séquestre et confisqués comme biens nationaux.

MM. GROS de leur côté ne furent pas épargnés : l'administration réquisitionna leurs forges pour le service national et la fourniture de matériel et munitions, et sans tenir compte du bail en cours, fit mettre en vente les biens confisqués aux émigrés RICHARD de CURTIL. Ils se sont donc portés adjudicataires des forges et de la ferme qu’ils exploitaient. Le tout fut adjugé au citoyen CAUMARTIN le 27 frimaire an V (17 décembre 1795).

C’est ainsi que les forges de Lacanche devinrent la propriété des fermiers de Jean-Baptiste RICHARD de CURTIL, et entrèrent dans le XIXe siècle.

Le XIXe siècle et l’expansion des usines COSTE-CAUMARTIN[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
An IX (1800) janvier 1825 Jacques-Etienne Caumartin   Député de la C. O.
janvier 1825 1826 Charaut   Adjoint, maire par intérim
février 1826 janvier 1869 Jean-Baptiste Arbelet    
mai 1869 novembre 1871 Ferdinand Coste    
1870 1872 Antoine Coing   Adjoint maire par intérim
mars 1872 février 1874 Pierre Dureux    
mars 1874 décembre 1880 Antoine Coing    
janvier 1881 février 1881 Pierre Bizouard   Maire par intérim
mars 1881 mai 1882 François Magnieux    
juin 1882 juin 1882 Pierre Bizouard   Maire par intérim
juillet 1882 mai 1884 Jean-Baptiste Maubon   Chevalier de la L.H.
Mai 1884 1925 Etienne Coste    
1925 ? 1945 Hubert Coste   Nommé conseiller départemental en 1942[2]
1947 1965 Edgar Drouhin    
1965 1976 Antoine Coste    
1976 1983 Georges Blandin    
mars 1983 en cours Pierre Gobbo DVG Retraité Fonction publique
Président de la Communauté de communes du Pays d'Arnay
ancien Conseiller général du Canton d'Arnay-le-Duc (avant Redécoupage 2014)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 566 habitants[Note 1], en diminution de 4,71 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
397511478540516528585620680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
643671699669679647625658664
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
687739806757802854815810862
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
888943972808626629613594571
2016 - - - - - - - -
566--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au début de XIXe Lacanche n’avait pas d’église et dépendait de la paroisse d’Antigny-la-Ville, village situé à 3 km. Le chemin y conduisant se trouve impraticable toutes les fois qu’il y a surabondance d’eau. En 1840 madame veuve Étienne Caumartin, maîtresse de forges et propriétaire demeurant à Lacanche, a donc proposé au Conseil municipal de faire construire à ses frais, risques et périls, une église avec sa cure, de la meubler et de la remettre à la commune quand tout sera achevé… L’église de style néo-classique, achevée en 1843, fut consacrée en 1844 et dédiée à saint Étienne en hommage au défunt maître de forges. Son décor intérieur, composé de fresques en trompe-l’œil au plafond et sur les murs réalisées à la sanguine, en fait toute l'originalité [7]. Elle a été classée aux Monuments Historiques en 1994.

  • Groupe scolaire Edgar-Drouhin

Construit face à l’église et derrière la mairie à l’initiative du maire Edgar Drouhin, il fut inauguré en 1954 et comporte 2 logements de 4 pièces chacun pour les instituteurs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Familles Caumartin et Coste, maîtres de forges. C'est la famille Coste qui lance les premiers modèles de fourneaux de cuisine au XIXe siècle et crée la marque de piano de cuisine Lacanche[8].
  • Ferdinand Coste, photographe, l'un des représentants de l'École française du Pictorialisme au XIXe siècle.
  • Bernard Chapulliot, excellent cycliste régional, né le 18 mai 1925 à Lacanche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Beaune – Tome XXI
  2. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, parution 24 mars 1943, (https://gallica.bnf.fr/services/image/highlighter/ark:/12148/bpt6k96143106/f6.image.r=canton%20.highreslire en ligne]).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Lacanche – Des origines à l’an 2000 » de Bernard Leblanc - Edité par les Amis du Pays d’Arnay.
  8. "Lacanche, fabricant de piano sur mesure" de Quentin Domart, L'Expansion, juillet-août 2011, p. 73.