Couvent des Carmélites de Châtillon-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couvent des Carmélites.

Couvent des Carmélites de Châtillon-sur-Seine
image illustrative de l’article Couvent des Carmélites de Châtillon-sur-Seine
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre du Carmel
Début de la construction 1622
Protection  Inscrit MH (1996)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Ville Châtillon-sur-Seine
Coordonnées 47° 51′ 21″ nord, 4° 34′ 29″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Couvent des Carmélites de Châtillon-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Couvent des Carmélites de Châtillon-sur-Seine

Le couvent des Carmélites de Châtillon-sur-Seine est un couvent, aujourd'hui désaffecté, situé dans la commune française de Châtillon-sur-Seine en Bourgogne-Franche-Comté, dans le département de la Côte-d'Or.

Fondé en 1662 il reste en activité jusqu'à la Révolution. Réhabilité en logements au XIXe siècle, il est inscrit à l'inventaire des Monuments historiques par arrêté du 13 juin 1996[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les temps modernes[modifier | modifier le code]

Le couvent des carmélites de Châtillon-sur-Seine est fondé en 1622. Des achats successifs de 1625 à 1661, permettent son agrandissement.

En raison de la vétusté de la chapelle, une nouvelle église, au dôme comparable à celui du Val-de-Grâce, est édifiée entre 1708 et 1718. La Révolution chasse les religieuses en 1792.

La laïcisation des lieux[modifier | modifier le code]

La mairie s’y installe 1795 à 1820. À cette date les anciens bâtiments conventuels, qui comprennent encore deux galeries de cloître et des salles voûtées, sont vendus en lots et réhabilités en logements.

Le lot comprenant l'église ne trouvant pas preneur, il est affecté en 1821 au tribunal. Les travaux d’aménagement nécessaires qui entraînent la destruction du dôme et du clocher s'achèvent en 1842.

L'ancienne église devenue tribunal

Architecture[modifier | modifier le code]

Liste des abbesses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives nationales, Baux et terriers 1663-1707 - S 3234 à S 3238.
  • Bartholomaeus Hauréau, Gallia christiana : in provincias ecclesiasticas distributa…, t. XIV, Firmin Didot, 1856, [lire en ligne]
  • Hugues Du Tems, Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique ..., A Paris chez Brunet, 1775, t.IV, p. 533-536.

Articles connexes[modifier | modifier le code]