Lamargelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lamargelle
Lamargelle
Village de Lamargelle vu du Coteau Raguin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Is-sur-Tille
Intercommunalité Forêts, Seine et Suzon
Maire
Mandat
Marc Hierholzer
2014-2020
Code postal 21440
Code commune 21338
Démographie
Population
municipale
155 hab. (2015 en diminution de 1,9 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 04″ nord, 4° 50′ 30″ est
Altitude Min. 337 m
Max. 527 m
Superficie 25,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamargelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamargelle

Lamargelle est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lamargelle est une commune située dans le département de la Côte-d'Or (région Bourgogne-Franche-Comté). La ville de Lamargelle fait partie du canton de Saint-Seine-l'Abbaye et de l'arrondissement de Dijon. Les habitants de Lamargelle s'appellent les Lamargellois et étaient au nombre de 167 au recensement de 2008. La superficie est de 26 km2. Lamargelle porte le code Insee 21338 et est associée au code postal 21440. Elle se situe géographiquement sur un territoire vallonné et boisé où l'altitude oscille entre 337 et 527 mètres environ. Commune située sur le cours de l'Ignon et au carrefour de la D 901 et de la D 6

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Poiseul-la-Grange Léry Rose des vents
Chanceaux
Pellerey
N Frénois
O    Lamargelle    E
S
Vaux-Saules, Francheville

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune de Lamargelle, se trouvent les vestiges des deux villas gallo-romaines de Versingue et de Mazière, qui attestent d’une occupation antique de ce site abondamment pourvu en réserves d’eau ; présence d’une source qui alimente aujourd’hui la fontaine d’un des trois lavoirs du village, où était rendu un culte à la déesse Épona, et cours de l’Ignon qui traverse la commune.

La plus ancienne mention du village de Lamargelle date du XIIe siècle et figure dans le cartulaire de l’abbaye Bénédictine de Saint-Seine, qui établit qu’en 1188 le chevalier Pantonnerium donne en gage aux religieux de Saint-Seine tout ce qu’il possède depuis le territoire de Moloy jusqu'à Saint-Seine : 50 villages et hameaux, dont « la Margelle », sont dès lors placés sous l’administration des abbés de Saint-Seine, et contribuent à leur revenus. Le rattachement de ce territoire à la mense abbatiale de Saint-Seine est confirmé par une bulle du pape Innocent IV signée à Lyon en 1245.

À partir de 1358, malgré la paix signée avec le roi Édouard III d'Angleterre (traité de Bretigny et traité de Guillon-en-Auxois, 1359), des travaux de fortification sont commandés : fortification de l’abbaye de Seine par l'abbé Hugues de Montaigu en 1358, maison forte de Lamargelle commandée par son successeur l’abbé Guillaume de Vienne.

Ce château de Lamargelle sera embelli et fortifié au XVe siècle par l’abbé Pierre II de Fontenette. Les abbés l’adoptent comme lieu de plaisance et y abritent les archives de leur communauté. C’est une petite forteresse flanquée de quatre tours et entourée de fossés. L'édifice médiéval est transformé en maison d'habitation à la Révolution, puis partiellement détruit à partir de 1874.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2001   Alain Chevallot    
mars 2008   Marc Hierholzer PRG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2015, la commune comptait 155 habitants[Note 1], en diminution de 1,9 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416480470507560590641611584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
535490505435423408393408369
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
330327320327350310269283255
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
218271215175161145165154155
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges des villas gallo-romaines de Versingue et de Mazières.

Église de la Nativité

Ancienne maison forte des abbés de Saint-Seine dont il ne reste plus que quelques vestiges, visibles dans le village, qui ont fait l'objet d'une inscription à l'Inventaire des monuments historique (IMH) par décision du 9 décembre 1996[5]. On peut admirer des ruines du donjon et de la chapelle Saint-Éloi et la porte d'entrée, où subsistent les ouvertures qui permettaient de relever le pont-levis, des meurtrières et des créneaux. Le pigeonnier a été transformé en maison d'habitation.

Château

Moulins à eau. Trois moulins subsistent sur le cours de l’Ignon. Un est transformé en moulin (à nouveau en état de marche), le deuxième situé contre le parc du château à longtemps servi de turbine jusque dans les années 1950, alimentant en électricité les différents bâtiments de la propriété, le troisième, dit le moulin d'en haut est situé en amont sur l'Ignon

Église construite entre 1805 et 1810. Elle est de style Empire avec son clocher en forme de "calotte" et contient des statues en pierre polychrome du XVe siècle de moines et d'évêques.

Lavoirs : trois lavoirs sont construits entre 1801 et 1810. Deux se trouvent en bordure de l'Ignon, le troisième est alimenté par une source qui était vouée au culte de la déesse Epona sous l’Antiquité. Ils présentent une architecture semblable : toiture qui prend appui sur un mur plein, tandis que face à la rivière, ils reposent sur de belles colonnes en pierre de taille de style Empire.

Calvaires des XVIIe et XVIIIe siècles : l'un près du lavoir, l'autre près de l'église.

Lavoir et croix du XIXe siècle

Presbytère : construit à la fin du XVIIIe siècle par l’architecte qui reconstruisit l’église : devenu bâtiment communal à la séparation de l’Église et de l’État (aujourd'hui, bureau de poste).

Vallée de l'Ignon
Chapelle abandonnée du Coteau Moitot

Château construit dans le style néo-classique, à partir de 1830, en bordure de l'Ignon, sur les parcelles du Pré de Pont et la Côte haute, par Aubin François d'Artis (1800-1882) et sa femme née Félicie Petitot (1796-1863). Il prend la forme d’un important quadrilatère agrémenté de quatre pavillons d’angles mansardés. Ses deux façades principales sont rythmées par les saillies des pavillons d’angles et d’un corps de logis central coiffé d’un fronton triangulaire. De nombreux ornements de pierre sculptée complètent le décor, tel que frontons au-dessus des fenêtres, balustrades de pierre, pots couverts répartis sur la ligne des toits. La façade sur le parc est ornée d’un portique central à quatre colonnes doriques. Le parc à l’anglaise fut restauré vers 1884, par Albert Brun Dartis (1854-1897). Orné de fabriques, il s’étend sur 30 ha et épouse les courbes vallonnées du terrain parcouru par l’Ignon. Passé à la famille Chatouillot, qui le conserva pendant près d’un siècle, le château fut revendu en 2001 et demeure une propriété privée. Ne se visite pas.

Bornes armoriées sur la commune de Lamargelle : deux bornes de juridiction gravées aux effigies de Saint-Seine et de Saint-Pierre, une au lieu-dit les Côtes du Crot du Pommier, dite borne des Trois-Abbés (MH PA00112502) [6], la seconde dans le bois de la Brosse-Guillot. Elles font suite (d'Ouest en Est) aux deux bornes situées sur la commune de Pellerey.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cartulaire de l¹abbaye de Saint-Seine - AD 21, Cart.165 (anc. 10H6, ms. 139), 354 pages.

"Cartulaire de l'abbaye de Saint-Seine [2] (Bibliothèque nationale de France (Paris), lat. 12824, copie)", in cartulR - Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes. Paul Bertrand, dir. Orléans : Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2006. (Ædilis, Publications scientifiques, 3).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :