Blaisy-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blaisy-Bas
Blaisy-Bas
Mairie de Blaisy-Bas.
Blason de Blaisy-Bas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Ouche et Montagne
Maire
Mandat
Alain Lamy
2020-2026
Code postal 21540
Code commune 21080
Démographie
Population
municipale
647 hab. (2019 en diminution de 9,38 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 24″ nord, 4° 44′ 27″ est
Altitude Min. 381 m
Max. 585 m
Superficie 13,27 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Talant
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blaisy-Bas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blaisy-Bas
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Blaisy-Bas
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Blaisy-Bas

Blaisy-Bas est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Blaisy-Bas se situe à environ 26 kilomètres à vol d'oiseau à l'ouest du centre de Dijon, à proximité de la limite entre les arrondissements de Dijon et de Montbard. Les sources de la Seine se trouvent à environ 12,5 km plus au nord.

Le territoire communal se trouve dans le relief du seuil de Bourgogne, au sud du mont Tasselot. Y coulent de petites rivières qui forment en aval l'Oze, affluent de la Brenne, dans le bassin fluvial de la Seine.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 7 et ses annexes. Elle bénéficie d'une gare SNCF sur la ligne entre Dijon à l'est et Alise-Sainte-Reine en nord-ouest. Le tunnel de Blaisy-Bas de 4 100 m date du milieu du XIXe siècle[1], et voit passer les TGV Paris-Dijon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blaisy-Bas est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (48,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (50,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,8 %), prairies (35,3 %), zones agricoles hétérogènes (9,5 %), zones urbanisées (4,6 %), terres arables (3,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Blaisy-Bas ou Blaisy-la-Ville, les deux noms furent utilisés à une époque reculée. Le nom viendrait du mot celte Blays désignant le loup (lieu fréquenté par…). Si le nom est cité dans l'histoire au IXe siècle, au XIVe siècle le village appartenait pour moitié aux Crecey, pour l'autre moitié aux Blaisy.

L'existence d'un maire est connue dès le XIIe siècle ; au XVIIe siècle, on cite un chirurgien, un recteur des écoles. Son église fut probablement construite à la fin du XVe ou début du XVIe siècle, puis remaniée aux deux siècles suivants. Son mobilier liturgique est très intéressant. À noter son cadran solaire de 1661.

Vers 1840, la construction du chemin de fer de Paris à Lyon est envisagée. L'ingénieur Henry Darcy persuade les politiques de faire passer le tracé par Dijon en empruntant la vallée de l'Oze. Ce choix favorisera le développement économique de Blaisy-Bas. La construction du tunnel de 4 100 m de long (alors le plus long d'Europe) se fera sous le « Toit du monde occidental » cher à Henri Vincenot. Les travaux s'étaleront sur 4 ans et la population comptera plus de 2 000 habitants. Un hôpital sera ouvert.

Au XXIe siècle, Blaisy se trouve à 22 minutes de Dijon et bénéficie de 12 liaisons ferroviaires par jour. Plus de 600 habitants y vivent. Plusieurs corporations d'artisans ou de commerçants s'y trouvent, dont une entreprise groupant 60 ouvriers.

L'avion Couzinet 33 Biarritz, quadriplace de grand tourisme, fait son premier vol le 25 novembre 1931. Le Biarritz n°2 est équipé de nouveaux moteurs plus puissants et réalise toute une série de liaisons en Europe et en Afrique notamment un Paris-Moscou avec Pierre Cot, le ministre de l'Air, plusieurs vols en Afrique dont un aux îles du Cap-Vert. Au retour d'Afrique du Nord, il s'écrase à Blaisy-Bas le 30 octobre 1933 vers 10h15 sur la crête boisée qui domine la gare, sans doute à cause du brouillard. Le pilote Charles de Verneilh Puyraseau et le mécanicien Le Bas seront tués, le radio Goulmy est blessé[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1970 mars 2001 Pierre Frelet    
mars 2001 mars 2008 François Louet DVD  
mars 2008 En cours Alain Lamy DVD Chef d'entreprise, conseiller départemental depuis 2021
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2019, la commune comptait 647 habitants[Note 3], en diminution de 9,38 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
586450420443470475483703636
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
544560526491500505501511536
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
491535546514483504513497508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
473470601469575587679692712
2017 2019 - - - - - - -
669647-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Rémi de Blaisy-Bas.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Rémi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Calaferte (1928-1994), écrivain français, y habitera de 1985 [14] à 1994.
  • Guyot Bonnot , seigneur de Blaisy , il prit possession de Blaisy le 19 mars 1479 avec l'autorisation du gouverneur de Bourgogne Charles d'Ambroise[15]. Guyot était lieutenant général du Duc Charles le Téméraire puis officier du Roi de France. Guy de Lantaiges fut son héritier. Il était le descendant de jean Bonnot maitre des comptes des Ducs de Bourgogne.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Undenheim (Allemagne), commune de l'arrondissement de Mayence-Bingen en Rhénanie-Palatinat

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au léopard d'or, armé et lampassé de gueules, surmonté d'une colombe tenant en son bec la Sainte Ampoule, le tout d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le tunnel de Blaisy-Bas sur le site Structurae.
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Crashs d'avions en Côte d'Or 1914 - 1938, « 30 octobre 1933 - Blaizy-Bas (21) - Couzinet 33 », sur Histavia 21 (consulté le )
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. Biographie et œuvres de Calaferte
  15. Societé Bourguignonne de Géographie et d'Histoire Dijon, Mémoires de la Société Bourguignonne de Géographie et d'Histoire, Société bourguignonne de géographie, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :