Mussy-la-Fosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mussy-la-Fosse
Mussy-la-Fosse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Alésia et de la Seine
Maire
Mandat
Denis Charlot
2020-2026
Code postal 21150
Code commune 21448
Démographie
Population
municipale
86 hab. (2017 en augmentation de 14,67 % par rapport à 2012)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 19″ nord, 4° 26′ 19″ est
Altitude Min. 237 m
Max. 427 m
Superficie 4,45 km2
Élections
Départementales Canton de Montbard
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Mussy-la-Fosse
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Mussy-la-Fosse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mussy-la-Fosse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mussy-la-Fosse

Mussy-la-Fosse est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dérivé de Mucius, Muciacus, Mussaius, Muxi, Meussey, le nom de Mussy a été complété par le rappel d'un fossé, sans doute de défense, réalisé à proximité. Ce fossé est mentionné dès le douzième siècle à l'occasion d'une querelle entre le duc Eudes II et l'évêque de Langres, Geoffroy.

Pendant le Haut Moyen Âge Mussy-la-Fosse est lié à Sainte Reine dont dépend sa paroisse jusqu'en 1803.

Les seigneurs de Mussy apparaissent au douzième siècle et possèdent également Chassey qui n'a pas de château.Au treizième siècle, Guillaume de Chassey, seigneur de Mussy, est bailli d'Auxois. En 1388 Philippe de Mussy est chambellan du duc. À cette époque, Hugues Aubriot, constructeur de la Bastille, séjourne à Mussy. Au siècle suivant la seigneurie passe à Guy de Bar, Geoffroy d'Auxerre, ou encore à Jacques d'Aumont.

Au seizième siècle sont cités : Guiton d'Estrac, Guillaume de Montholon. puis en 1593 un Nicolas Brulart qui affranchit les habitants le . Etienne Garnier fonde en 1678 une chapelle latérale dédiée à sainte Anne, contre l'église très ancienne placée sous le vocable de Saint Léger.

Le Mussy échoit à Nicolas Brulart, premier président du parlement de Dijon, marquis de la Borde, baron de Sombernon, Couches, Malain, etc.

Il passe ensuite aux femmes des ducs de Choiseul et de Luynes.

Le François Gueneau, maire de Semur, achète le château et ses dépendances pour 93 000 F, avant que tout ne soit acquis, en 1850, par Jean Lallement.

Le dix-neuvième siècle est riche en évènements à Mussy-la-Fosse. En 1808 et 1810 les habitants font des pétitions pour garder église et presbytère ; et font déjà état de leur incompatibilité d'humeurs avec ceux de Venarey.

Ces derniers leur rendent l'amabilité en évitant de mettre une horloge sur leur clocher du côté de Mussy de peur que les " gens de Meussey" ou " lé bétas" n'en profitent.

En 1822, nouvelle pétition pour éviter la clôture d'une propriété qui gêne les processions des rogations. On ne badine pas ici avec les manifestations religieuses.

Etienne, la grosse cloche de l'église, est fondue en 1877 par Charles Chambon et parrainée par l'abbé Parizot. La toiture et le clocher de l'église sont réparés en 1883 et 1895. L'abbé Bochot a peut-être un faible pour Mussy dont il s'occupe jusqu'à ce qu'en 1910 l'abbé Biet, curé de Pouillenay, prend la relève.

À Mussy toutes les manifestations ont leur importance. Il n'est pas question d'oublier un bien sûr, mais mieux, on commémore, le , la célèbre séance des États Généraux, et le , le centenaire de la République.

Cependant le quotidien n'est pas oublié. La commune dispose d'un réseau d'assainissement partiel avant 1890. Dès 1894 elle instaure des concessions d'eau, rue basse. Le s'achève la construction de la nouvelle maison commune. La même année le conseil participe au financement du monument érigé, à Paris, à la mémoire du grand peintre Camille Corot, un enfant du pays.

Le il décide le captage de la source du Réa pour alimenter un nouveau lavoir, visible sur la carte entre l'ancien presbytère et Madame Couffrant que l'on reconnaît devant la maison Brenot.

Le la cabine téléphonique est confiée à Madame Buret. À chaque activité le sexe qui convient, semble dire le village qui vient de refuser énergiquement une institutrice sous le prétexte de la connexion entre l'enseignement et le secrétariat de mairie.

Mais rassurez-vous, c'était au temps où les " Vieillerottes" ou colchiques vous rappelaient la préparation des chandelles pour les veillés qui allaient commencer, et où vous payiez votre pain à la taille...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? M. Bernard Auvert    
mars 2001 2014 M. Bernard Vila    
2014 En cours M. Roger Maitrot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2017, la commune comptait 86 habitants[Note 1], en augmentation de 14,67 % par rapport à 2012 (Côte-d'Or : +1,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
207202185164157168187168163
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
196214180165192164159144138
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
124111100868279999491
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
938686928782758686
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Mussy-la-Fosse située en face d'Alise-Sainte-Reine, réputée pour être située à l'emplacement de l'oppidum d'Alésia pendant la Guerre des Gaules, correspondrait d'après les sources à l'emplacement du camp de l'armée gauloise de secours envoyée pour aider Vercingétorix et les siens assiégés dans l'oppidum[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :