Ampilly-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ampilly-le-Sec
Ampilly-le-Sec
L'église du village.
Blason de Ampilly-le-Sec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
René Régnault
2014-2020
Code postal 21400
Code commune 21012
Démographie
Population
municipale
364 hab. (2015 en augmentation de 0,28 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 37″ nord, 4° 31′ 54″ est
Altitude Min. 231 m
Max. 314 m
Superficie 24,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Ampilly-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Ampilly-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ampilly-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ampilly-le-Sec

Ampilly-le-Sec est une commune française située dans le canton de Châtillon-sur-Seine du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21012.png

La commune d'Ampilly-le-Sec s'étend sur 24,4 km2 à une altitude comprise entre 231 et 314 mètres. Elle est située à 280 mètres d'altitude en moyenne et la Seine la traverse sur sa limite est.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Ampilly est située sur la départementale 980 reliant Châtillon-sur-Seine à Cluny.

La commune est desservie par la ligne de cars reliant Châtillon-sur-Seine à la gare de Montbard (TGV).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Essentiellement situé sur le plateau, Ampilly est traversé à l'est par la Seine qui alimentait un moulin et une ancienne forge.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cérilly Sainte-Colombe-sur-Seine Châtillon-sur-Seine Rose des vents
Balot N Buncey
O    Ampilly-le-Sec    E
S
Nesle-et-Massoult Coulmier-le-Sec Chamesson

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les fouilles de divers tumulus montrent une occupation à l'époque du Hallstatt et dès 1831 celle d'une villa qui a livré 300 pièces de monnaie du IIIe siècle attestent de la pérennité du peuplement.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une nécropole aux limites de Chamesson et les sarcophages déterrés lors de la construction de la nouvelle église vers 1830 établissent l'existence d'une agglomération mérovingienne.

Certains écarts sont anciens : Forfol est cité dès 1245. Jusqu'à la Révolution, Ampilly relève du duché de Bourgogne par le bailliage de Châtillon et de l'évêché de Langres.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, un haut-fourneau et sa forge fonctionnent déjà en un lieu qui exploite l'énergie d'une chute d'eau importante sur la Seine.

Cette installation connaît un développement industriel certain à partir de 1829 avant d'être reconvertie en tréfilerie fournissant la pointerie de Chamesson. Aujourd'hui abandonné, le site fait l'objet de mesures de conservation[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur aux deux rencontre de cerf d'or posées en pal, au chef d'argent chargé de trois roues de moulin de gueules. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours René Regnault DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 364 habitants[Note 1], en augmentation de 0,28 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
476517536536525645664603590
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
626548605577553570560505449
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468416416365337413372356386
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
353333360384424377373372366
2015 - - - - - - - -
364--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château construit au XVIIIe siècle par les Sommyèvre fut la demeure des seigneurs d’Ampilly. Remanié partiellement en 1828 par M. Cousturier, il est aujourd’hui une propriété privée.
  • L'ancienne forge dont l'origine remonte à la seconde moitie du XVIe siècle fait l'objet d'un important travail de restauration[6].  Inscrit MH (1986)[7].
  • L'église Saint-Pierre-Saint-Paul remplace une autre église trop vétuste et démolie. Elle est construite en 1827 aux frais de la commune[8]. Son architecture est dans le style de l'église de Voulaines-les-Templiers construite à la même époque et de celle de Grancey-sur-Ource. Un large portique à hautes colonnes doriques soutient un fronton triangulaire en façade et le clocher de plan carré s'élève juste derrière au-dessus de la porte d'entrée. Elle renferme deux statues du XVIe de ses deux saints patrons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :