Renève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Renève
Renève
Pont sur la Vingeanne, à Renève
Blason de Renève
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Saint-Apollinaire
Intercommunalité Mirebellois et Fontenois
Maire
Mandat
Michel Grey
2014-2020
Code postal 21310
Code commune 21522
Démographie
Population
municipale
434 hab. (2015 en augmentation de 0,93 % par rapport à 2010)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 15″ nord, 5° 24′ 23″ est
Altitude Min. 196 m
Max. 241 m
Superficie 14,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Renève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Renève

Renève est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Renève est accessible par la route départementale RD70, depuis Essertenne-et-Cecey, à l'est, et depuis Mirebeau-sur-Bèze, à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Canal de la Marne à la Saône, ainsi que par la Vingeanne. Le Ruisseau du Vollong sert de limite communale, à l'est, avec Essertenne-et-Cecey ; le Ruisseau de l'étang sert de limite communale avec Jancigny, au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champagne-sur-Vingeanne Rose des vents
Oisilly N Essertenne-et-Cecey
(Haute-Saône)
O    Renève    E
S
Cheuge Jancigny

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Probablement fondée par les Celtes, cité gallo-romaine, Renève est certainement occupée par les Burgondes dans la seconde moitié du Ve siècle, faisant partie de leur royaume jusqu'en 523/534 avant d'appartenir au royaume des Francs (royaume de Burgondie).

En 613, la reine franque Brunehaut, princesse wisigothique, y est suppliciée à mort, sa chevelure, un bras et une jambe attachés à la queue d'un cheval indompté qui mit son corps en lambeaux. Sa mort met provisoirement un terme à la longue guerre entre les royaumes mérovingiens de Neustrie et d'Austrasie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Renève Blason D'argent au cheval cabré de gueules, mantelé d'azur semé de fleurs de lys.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Grey PS  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Renève est jumelée avec Osthofen, province de Hesse rhénane, en Drapeau de l'Allemagne Allemagne, depuis 1992[1]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 434 habitants[Note 1], en augmentation de 0,93 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 015950779782869779775793714
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
728699718712793727737683629
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
605571491493480462413406383
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
341377389406414428426434-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et Industrie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • église Saint-Martin
  • Pont à tablier mobile sur le canal

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Brunehaut (ou Brunehilde) (547-613), reine d'Austrasie, y a été mise à mort, attachée à la queue d'un cheval indompté[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. jumelage
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Cl. Xav. Girault, Dissertation historique sur le lieu du supplice de Brunéhaut, Paris, Sajou, (lire en ligne)