Montmoyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montmoyen
Montmoyen
Entrée du château et église.
Blason de Montmoyen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Éric Ramousse
2020-2026
Code postal 21290
Code commune 21438
Démographie
Population
municipale
74 hab. (2019 en diminution de 19,57 % par rapport à 2013)
Densité 3,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 03″ nord, 4° 47′ 39″ est
Altitude Min. 297 m
Max. 437 m
Superficie 19,2 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Châtillon-sur-Seine
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtillon-sur-Seine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmoyen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmoyen
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Montmoyen
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Montmoyen

Montmoyen est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les gentilés sont "Montmoyennais" et "Montmoyennaises".

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21438.png

Allongée sud-ouest nord-est en travers de la vallée de la Digeanne, Montmoyen est une commune de 19,2 km2 située au sud du plateau où s'étend la forêt domaniale de Châtillon. Les bois occupent près des deux tiers du territoire, la vallée de la Digeanne et une part du plateau en rive gauche sont occupées par les prairies, le reste est voué à l'agriculture, notamment autour de Hierce et au nord-est de Montmoyen, sur les plateaux. La rivière coupe le territoire en deux parties, celui du sud-ouest en rive gauche s'arrête sur la vallée du Brévon qui forme la limite de commune, celui du nord-est fini sur la Groème sur la commune voisine de Recey-sur-Ource, la limite de commune se trouvant sur le haut du versant. Le point haut de la commune se trouve en haut d'une colline au sud, en forêt de Vaupinard à 437 m, la sortie avale de la Digeanne marque le point bas à 298 m. Le village est assez central à son finage, sur un promontoire entre la rive gauche de la Digeanne et son affluent, le ruisseau de Villarnon. Hierce se trouve également sur le plateau rive gauche à 400 m d'altitude.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est traversée, suivant la rive droite de la Digeanne, par la D 996, route qui relie Dijon au nord de la côte-d'Or en direction de Bar-sur-Aube (D 396 dans l'Aube). La route qui entre dans le village par le pont sur la rivière mène à Hierce et continue sur la commune de Beaulieu. Le plateau du nord-est sans habitat n'est parcouru que par une voie forestière, les bois le couvrant presque entièrement.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hameaux détachés du village : Hierce.
  • Habitat ou bâti écarté : la Forge.
  • Lieux-dits d'intérêt local : tête de Charme (396 m), la Pierre-qui-Corne, l'Éclaircie, Champs-Perrin, bois : les Carrés, Vaupinard, Charme-aux-Épenotte, des Champs-Rouges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Digeanne[1] est à peu près à la moitié de son cours à Montmoyen, sa faible pente lui fait parcourir des méandres qui irriguent de belles prairies. Au niveau du village elle reçoit le ruisseau de Villarnon qui doit son nom à une ferme sur la commune voisine de Saint-Broing-les-Moines, proche de sa source. En limite de commune, il remplit le Vieil-Étang avec l'aide d'un autre ruisseau venu de la source du Chênoi également située sur la commune voisine. À l'entrée du village un autre étang participe de ses eaux, il est artificiel et a été installé pour apporter de l'énergie à la forge, ce qui fait son nom : étang de la Forge. Au sud-ouest de la commune, la limite est formée par le Brévon[2] sur un peu plus de 3,5 km, dont une partie est la rive droite de l'étang de Grand-Bois, barrage sur le Brévon de la commune d'Aignay-le-Duc. Tous ces cours-d'eau font partie du bassin versant de la Seine, la Digeanne rejoint l'Ource[3] qui rejoint elle-même le fleuve dans le département de l'Aube, le Brévon le rejoint directement à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest. D'autres sources sur le plateau sud-ouest alimentaient des ruisseaux qui rejoignaient la Digeanne, ils se sont asséchés ou ont été captées (dans les combes Martin et d'Hierce). Le plateau nord-est n'a aucun cours d'eau, comme c'est le cas dans la plupart des forêts de cette région du plateau de Langres dont les calcaires solubles sont à l'origine de réseaux d'eaux souterraines.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montmoyen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châtillon-sur-Seine, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 60 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (68,9 %), terres arables (19,8 %), prairies (8,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts devant l'église.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un menhir classé Monument historique, déplacé à Mauvilly puis à Châtillon-sur-Seine, atteste d'une occupation dès le néolithique. Plusieurs tumulus ont fourni du mobilier celtique conservé au musée du Pays Châtillonnais et des vestiges gallo-romains ont été identifiés aux Closeaux.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une nécropole mérovingienne avec des sarcophages a été découverte à la Bande des cercueils.

Le territoire relève du bailliage de la Montagne (prévôté de Villiers-le-Duc) au temporel et passe du diocèse de Langres à celui de Dijon au spirituel[11].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Une forge à deux feux sur le ruisseau du Villannon fournit du fil aux cloutiers du village[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rue de Chaluet.

Montmoyen appartient :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Michel Sommet    
mars 2008 En cours François Penning    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2019, la commune comptait 74 habitants[Note 3], en diminution de 19,57 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
370404425450482465488476440
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
418373328327327300271252224
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
235235213170156147138131255
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019
12610010910310386928174
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 1 monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[17], 14 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[18], 1 élément classé à l'inventaire des objets historiques[19] et 13 objets répertoriés à l'I.G.P.C[20].

  • Le château du XVIIe siècle Logo monument historique Inscrit MH (1990)[21] se trouve sur un promontoire au-dessus de la Digeanne, au centre du village.
  • L'église Saint-Vallier de style gothique (IGPC[22]) avec de belles gargouilles et un clocher enjolivé de "soufflets" (fleurs sculptées du gothique flamboyant), reconstruite en 1860, a conservé son chœur du XVIe siècle et un vitrail de la Crucifixion Logo monument historique Classé MH (1967)[23].
  • plusieurs croix monumentales à Montmoyen et à Hierce.
  • Pont de pierre XVIIIe avec une croix, sur la Digeanne, répertorié à l'IGPC[24].
  • Mairie du XIXe en pierres de taille avec deux étages dont un dans les combles (IGPC 1989)[25].
  • Fontaine-abreuvoir en pierre du XIXe répertorié à l'IGPC[26].
  • Chapelle Saint-Julien de Hierce, le linteau indique la date de 1704 (IGPC[27]). La croix de parvis est également répertoriée[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montmoyen Blason
De sinople à la cotice componée d'argent et de gueules de huit pièces, accompagnée en chef d'un arbre d'or fruité de gueules, en pointe d'une voûte romane d'or; à la devise ondée d'azur brochant en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0410600) ».
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0050600) ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (F04-0400) ».
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. René Paris 1987, p. 167.
  12. René Paris 1987, p. 168.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. « Liste des monuments historiques de la commune de Montmoyen », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Liste des lieux et monuments de la commune Montmoyen à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Liste du patrimoine mobilier de la commune Montmoyen », base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. « Liste des objets de la commune de Montmoyen à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. Notice no PA00112753, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Notice no IA00050288, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Notice no PM21001582, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Notice no IA00050354, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Notice no IA00050463, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Notice no IA00050355, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Notice no IA00050290, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Notice no IA00050353, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :