Mont Lassois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Lassois
Versant sud-est du mont Lassois.
Versant sud-est du mont Lassois.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 47° 54′ 14″ nord, 4° 31′ 52″ est
Altitude 306 m

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Mont Lassois
Mont Lassois

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Lassois
Mont Lassois
Histoire
Époque Hallstatt et gallo-romaine


Le mont Lassois est une importante butte-témoin située sur la commune de Vix près de Châtillon-sur-Seine dans le nord de la Côte-d'Or. Dominant d'environ 100 m la haute vallée de la Seine et couronné par une église du XIIe siècle classée monument historique, il est actuellement l'objet de fouilles et de découvertes archéologiques notoires concernant la civilisation de Hallstatt.

Géologie et végétation[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21711.png

Couvert de taillis et forêts, le mont Lassois présente dans sa partie supérieure de larges clairières herbues alors que ses parties inférieures sont dévolues aux cultures céréalières et fourragères. Depuis 1980 la culture de la vigne, délaissée au début du XXe siècle, se réimplante sur ses pentes : cépages pinot noir et chardonnay destinés à la production du crémant du Châtillonnais.

Période celte[modifier | modifier le code]

Article connexe : Palais de Vix.

Dominant le cours de la Seine et occupé dès le néolithique cet oppidum semble avoir contrôlé la circulation sur l'itinéraire antique de l'étain de Grande-Bretagne vers l'Italie à la fin du Hallstatt[1]. Le Palais de Vix et la cité fortifiée qui l'entoure témoignent de cette période. Dirigée par une aristocratie féminine au VIe siècle av. J.-C.[N 1] la population celtique locale profite sans doute de cette situation pour taxer les convois de passage[1]. L'opulence qui en découle se révèle à travers la richesse des sépultures édifiées selon le rite funéraire de la tombe à char. Entre autres un très riche tumulus de Vix renferme les restes d'une femme probablement reine ou prêtresse, découverte révélatrice du statut de la femme dans la société celtique. L'occupation du mont Lassois semble ensuite décliner provisoirement au bénéfice du développement par les Lingons de Vertillum distant de 20 km.

Lasticum et le Lassois[modifier | modifier le code]

L'occupation de la partie basse de l'oppidum et la plaine environnante par un vicus reconquiert le mont à la fin de la période gallo-romaine avec la cité de Latiscum qui relève les murailles hallstatiennes. Vers 451, menacé par les Huns, Saint-Loup évêque de Troyes se réfugie sur le mont Lassois et vers 519 Saint-Valentin, fondateur de l'abbaye de Griselles, y naît[2]. La cité perdure et se développe pendant le haut Moyen ÂgeLatiscum devient une cité majeure comme en témoignent la nécropole mérovingienne retrouvée près du sommet[3] et les monnaies mérovingiennes puis carolingiennes retrouvées portant la mention de Lasticum[4].

Au début du IXe siècle le Lassois est un pagus[5] et un important archidiaconé du diocèse de Langres qui englobe Bar-sur-Seine et Châtillon quand le comte palatin Girart de Roussillon, fondateur de l'abbaye de Pothières à quelques kilomètres et de celle de Vézelay y fait construire un château disparu depuis[6]. Quelques années plus tard une incursion de Normands entraîne la ruine du site et le château ducal de Châtillon devient le centre névralgique du Lassois qui s'étend en 1068 au nord de Bar jusqu'à Bourguigons. Ce n’est qu’à partir de 1163 que Bar et Châtillon semblent devenir deux doyennés indépendants l'un de l'autre[7].

Église Saint-Marcel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Marcel de Vix.
L'église Saint-Marcel.

On trouve dès 887 trace d'une abbaye Saint-Marcel au sommet du mont[4]. Au XIIe siècle une église romane desservant les communes limitrophes est construite sous le plateau sommital au lieu-dit Mont Roussillon. Les murs ont été en partie bâtis avec des réemplois de sarcophages d’un proche cimetière mérovingien et un de ceux-ci est exposé dans l'église. Elle pourrait avoir succédé à la chapelle du château du IXe siècle disparu.

Le clocher carré, qui date du XVe siècle comme le chœur pentagonal, contient une cloche fondue en 1824 dont le parrain est le maréchal Marmont. Saint-Marcel, Logo monument historique Classé MH (1914)[8], est un témoin en excellent état de conservation des premières constructions en pierre aux limites du nord de la Bourgogne et de la Champagne. Entourée de son cimetière, elle est actuellement accessible par une route assez étroite et en forte pente depuis Vix.

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Reconstitution de la tombe de Vix
musée du Pays Châtillonnais
Articles détaillés : Tombe de Vix et Palais de Vix.
Reconstitution du « palais »
musée du Pays Châtillonnai

Le hiatus d'occupation entre la fin du Hallstatt et l'époque gallo-romaine laisse les traces de la civilisation celte plus accessibles aux fouilles que dans d'autres lieux où ces deux niveaux historiques se sont succédé directement.

Dès le XIXe siècle des tombes à char protohistoriques sont découvertes non loin de là à Sainte-Colombe-sur-Seine. L'une d'elles fournit un grand lébès en bronze d'origine étrusque ou anatolienne[9] conservé au musée du Pays Châtillonnais et une autre des bijoux en or, bracelets et boucles d'oreille, conservés au musée d'archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye. À partir de 1930 les fouilles des parties moyenne et inférieure du mont par Jean Lagorgette[N 2],[10], secondé par Maurice Moisson, permettent la récolte de matériel gallo-romain. Ces fouilles sont reprises après la guerre et en janvier 1953 la découverte, dans une boucle de la Seine au pied du mont, du vase et de la tombe princière de Vix[11] par Maurice Moisson et René Joffroy réactualise l'intérêt pour le potentiel archéologique du site[12].

Les fouilles en 2014 au niveau de la porte ouest du rempart.

À partir de 2002, de nouvelles fouilles sur le plateau sommital de l'oppidum[13] débouchent sur la découverte des vestiges du palais de Vix, un très grand bâtiment situé dans un ensemble de constructions assimilable à une ville, phénomène nouveau à cette époque dans le monde celtique[14]. Ces fouilles, menées chaque été par des équipes archéologiques allemandes (Université de Kiel et de Stuttgart), autrichiennes (Université de Vienne), françaises (Université de Bourgogne) et suisses (Université de Zurich) coordonnées par Bruno Chaume[15] ont permis de dégager depuis un rempart périphérique imposant ceinturant la base du mont et ouvert au nord vers le lit de la Seine ainsi qu’une probable exploitation agricole en plaine, à proximité du lieu de découverte du cratère de Vix et d'un sanctuaire déjà identifié et fouillé[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À la période finale du Hallstatt (Ha D3), les armes et attributs masculins disparaissent des tombes princières découvertes au profit du mobilier féminin.
  2. Conservateur du musée de Châtillon-sur-Seine, décédé en 1942

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri d'Arbois de Jubainville, Note sur les deux Barrois, sur le pays de Laçois et sur l'ancien Bassigny, Paris, Bibliothèque de l'École des chartes, . (lire en ligne)
  • Patrice Brun et Bruno Chaume, Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Paris, Errance, (ISBN 2877721329, notice BnF no FRBNF36169785).
  • Bruno Chaume, Vix et son territoire à l'Age du Fer, avec Claude Rolley & Claude Mordant : fouilles de l'Oppidum du Mont Lassois, Montagnac, Monique Mergoil, (ISBN 2-907303-47-3, notice BnF no FRBNF38805999).
  • Bruno Chaume et Tamara Grübel, Vix, le mont Lassois. Recherches récentes sur le complexe aristocratique in Dossiers d’Archéologie no 11 Hors Série, Dijon, Université de Dijon, (ISSN 1141-7137). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bruno Chaume, Le complexe aristocratique de Vix. Nouvelles recherches sur l’habitat, le système de fortification et l’environnement du mont Lassois, avec Claude Mordant, Dijon, Presses universitaires de Dijon, (ISBN 978-2-915611-47-2, notice BnF no FRBNF42464799). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bruno Chaume, « Promenade archéologique sur le Mont Lassois (Vix) », dans Bruno Chaume et Félicie Fougère (directrice d'ouvrage), La Tombe de Vix : Un trésor celte entre histoire et légende, Fage éditions - DRAC Bourgogne-Franche-Comté, , 103 p. (ISBN 978-2-84975-407-8), pages 35 à 55.
  • Simone Deyts et Jean-Louis Coudrot, Vix, le cinquantenaire d’une découverte in Dossiers d'Archéologie no 284, Dijon, Faton, (ISSN 1141-7137). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • René Joffroy, Das Oppidum Mont Lassois, Gemeinde Vix, Dép Côte-d’Or in Germania, . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • René Joffroy, L’Oppidum de Vix et la civilisation Hallstattienne finale dans l’Est de la France, Dijon, Université de Dijon, (OCLC 468786999).
  • Laurent Olivier (préf. Jérôme Prieur), Nos ancêtres les Germains : Les archéologues au service du nazisme, Paris, Tallandier, , 320 p. (ISBN 978-2847349603, notice BnF no FRBNF42738797). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Rolley et Bruno Chaume & Claude Mordant, Vix et son territoire à l'Age du Fer, avec : Fouilles de l'Oppidum du Mont Lassois, Montagnac, Monique Mergoil, (ISBN 2-907303-47-3, notice BnF no FRBNF38805999)
  • Claude Rolley, La Tombe princière de Vix, Paris, Picard, (ISBN 2-7084-0697-3, notice BnF no FRBNF39011824). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]