Chevigny-Saint-Sauveur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevigny.

Chevigny-Saint-Sauveur
Chevigny-Saint-Sauveur
Château de Chevigny-Saint-Sauveur.
Blason de Chevigny-Saint-Sauveur
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Chevigny-Saint-Sauveur
(chef-lieu)
Intercommunalité Dijon Métropole
Maire
Mandat
Michel Rotger
2014-2020
Code postal 21800
Code commune 21171
Démographie
Population
municipale
11 574 hab. (2015 en augmentation de 16,1 % par rapport à 2010)
Densité 956 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 09″ nord, 5° 08′ 11″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 233 m
Superficie 12,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chevigny-Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chevigny-Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevigny-Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevigny-Saint-Sauveur
Liens
Site web http://www.chevigny-saint-sauveur.fr

Chevigny-Saint-Sauveur est une commune française située dans le canton de Chevigny-Saint-Sauveur du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à 5 km à l'est de Dijon et appartient à sa banlieue.

Le territoire communal est parcouru par tout un réseau de rivières (le Chanot, la Goulotte, la Norges et la Rivière Neuve) et des ruisseaux (la Mirande et la Vieille Tille).

Le bois de Chevigny s'étend sur plus de 25 % du territoire communal. Cette forêt fait partie d'une Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF) de 286 ha.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Quetigny Couternon Bressey-sur-Tille Rose des vents
Dijon
Sennecey-lès-Dijon
N Magny-sur-Tille
O    Chevigny-Saint-Sauveur    E
S
Neuilly-lès-Dijon Crimolois Fauverney

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Chevigny est mentionné pour la première fois en 878. La découverte de médailles du Bas-Empire et des vestiges d'une villa démontrent son origine gallo-romaine (Chevigniacum, probablement dérivé de capanna qui désignerait ici une habitation isolée). Le site aurait servi au commerce et se serait ensuite développé en village[1].

En 1178, les chanoines de Saint-Étienne fondent l'église de la Sainte-Trinité, dédiée au Christ. Saint-Sauveur étant un nom typiquement bourguignon sous lequel on fêtait la Sainte-Trinité, le village porte désormais le nom de Chevigny-Saint-Sauveur (Chevigny-Sauveur au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale[2]).

En plus de l'église de la Sainte-Trinité, la ville comporte quelques édifices historiques dont le château de Chevigny-Saint-Sauveur, le vieux lavoir, l'école de Musique ex maison Froussart et quelques bâtiments agricoles du XIXe siècle[1].

Le château de Chevigny-Saint-Sauveur est à l'origine une maison forte construite au XIIe siècle (il en conserve d'ailleurs deux tours carrées). Dans sa forme contemporaine, il est l'œuvre de Pierre 1er Rigoley de Chevigny. Le pavillon actuel est construit en 1678 puis complété par une aile et une chapelle castrale au XVIIIe siècle[3].

En août 1944, neuf patriotes sont fusillés par les nazis dans la forêt proche (Aujourd'hui Bois du Roy).

Le vieux chêne commémoratif de la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1813 1815 Baron Thomas de Montillet    
1815 1821 Jean-Baptiste Ferrey    
1821 1826 Baron Théodore de Montillet    
1826 1831 Jean-Baptiste Canet    
1831 1834 Jean-Baptiste Ferrey    
1834 1840 Jean-Baptiste Malnoury    
1840 1843 Michel Vallet    
1843 1851 Louis Magnien    
1852 1853 Nicolas Larigaudet    
1853 1855 Etienne Magnien    
1855 1861 Nicolas Larigaudet    
1861 1869 Jean Moissenet    
1869 1875 Pierre Boiteux    
1875 1882 Pierre-Jules Sarrasin    
juin 1882 1907 Jules Marc    
septembre 1907 1919 René Darbois    
décembre 1919 1930 Léon Bulliot    
septembre 1930 1935 Louis Raviot    
mai 1935 1950 Paulus Payen    
juin 1950 1953 Adolphe Bertrand    
mai 1953 1977 Jean Froussart    
mars 1977 1983 Michel Rasera PS  
mars 1983 2012 Lucien Brenot CNIP, puis UMP Médecin généraliste
octobre 2012 en cours Michel Rotger UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au monde d'azur cerclé et cintré d'or et surmonté d'une croix de gueules, à la bordure aussi d'azur chargée de huit besants aussi d'or.

Le conseil municipal de 1972 examine pour la première fois plusieurs projets d'armoiries présentés par le conservateur des antiquités et objets d'art de la Côte d'Or, le chanoine Jean Marillier[4]. Le blason reflète l'histoire de la commune: alors que les 8 besants d'or de la bordure représentent les fossés dans lesquels ont été découvertes des pièces du Bas-Empire. Au centre de l'écusson est représenté le monde cintré surmonté d'une croix, symbole particulier du patronyme de Saint Sauveur. Aujourd’hui, le blason communal n’est plus utilisé sur les documents officiels mais est toujours présent sur la médaille de la ville.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage avec les villes allemandes de Bobenheim-Roxheim et de Jeßnitz.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[5],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 11 574 habitants[Note 2], en augmentation de 16,1 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210356354328340371418412425
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
387392403366378349340340318
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
304300288230238226245236312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
4911 4125 6477 1378 22310 1419 46010 20011 574
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Usine Amora (groupe Unilever). Le plus grand centre européen de fabrication de condiments. La SAS AMORA MAILLE SOCIETE INDUSTRIELLE, implantée à Chevigny Saint Sauveur, est actuellement dirigée par Isabelle DURET. Son capital social est de plus de 24 500 000 €. En 2014 elle employait 234 personnes. Bien que son chiffre d'affaires ait baissé de 33 % entre 2013 et 2014, sa rentabilité commerciale de 61 % est restée stable.
  • Centre AFPA, au château de Chevigny.
  • Unité de production Urgo.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de la Sainte-Trinité.
  • Ville fleurie : deux fleurs.
  • Le parc de la Saussaie est un espace de loisirs s'étendant sur près de 20 hectares.
  • L'arborétum accueille 14 variétés d'arbres de tous les continents.
  • L'église de la Sainte-Trinité, dédiée au Saint Sauveur, bâtie au XIIe siècle par les chanoines de Saint-Étienne.
  • La récente église intercommunale de la Visitation.
  • Le Château de Chevigny-Saint-Sauveur restauré par Pierre 1er Rigoley de Chevigny (fin du XVIIe siècle)
  • Le vieux lavoir.
  • L'école de Musique ex Maison Froussart
  • Près du monument de la forêt (aujourd'hui Bois du Roy), se trouvait un chêne majestueux âgé de plus de 300 ans.
  • Le Polygone est une salle communale de spectacles et de manifestations.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

On peut lire sur les fonts baptismaux de l'église de la Sainte-Trinité que le fils de Jean de Vienne tenu par Philippe de Hardi y est baptisé le 25 novembre 1376 [1],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c http://www3.lejsl.com/dossiers/cybercom/vueduciel/Chevigny.pdf
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Chevigny-Saint-Sauveur », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 31 juillet 2012)
  3. Hervé Mouillebouche 2002 Les maisons-fortes en Bourgogne du nord du XIIIe au XVe siècle. Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 488p. (ISBN 2-905965-57-6).
  4. Plaquette Chevigny-Saint-Sauveur – ASC 1972
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=21171_5&liste_pp=pm


Liens externes[modifier | modifier le code]