Uncey-le-Franc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Ancy-le-Franc.

Uncey-le-Franc
Uncey-le-Franc
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Semur-en-Auxois
Intercommunalité Communauté de communes des Terres d'Auxois
Maire
Mandat
Pierre Rousseau
2014-2020
Code postal 21350
Code commune 21649
Démographie
Population
municipale
50 hab. (2016 en augmentation de 11,11 % par rapport à 2011)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 45″ nord, 4° 34′ 23″ est
Altitude Min. 344 m
Max. 539 m
Superficie 9,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Uncey-le-Franc

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Uncey-le-Franc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uncey-le-Franc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uncey-le-Franc

Uncey-le-Franc (Unceium, Unciacum), autrefois Unce, est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Uncey-le-Franc est situé à 110 km d'Auxerre, à 40 km de Montbard et à 45 km de Dijon, 7 km de Vitteaux, 30 km de Semur-en-Auxois, 14 km de Sombernon.

Géologie[modifier | modifier le code]

Territoire en montagnes, de marnes supraliasiques et à l'étage inférieur du calcaire colitique. Peu de bois, l'ensemble est en terres labourables, pâturages, et un peu de vignes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • La Brenne, rivière ;
  • Corcelotte, ruisseau affluent de la Brenne qu'il rencontre au bourg. Il existe encore deux ou trois autres ruisseaux, ainsi que plusieurs sources et fontaines.

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

  • la Bergerie - la Maitairie-Carrée ou Maison-Carrée - Val d'Été -

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saffres Avosnes Rose des vents
Boussey N Marcellois
O    Uncey-le-franc    E
S
Soussey-sur-Brionne Grosbois-en-Montagne Saint-Mesmin

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1147, Guy de Sombernon fonde le siège d'une commanderie templière, qui passera à la dissolution de l'Ordre à celui des Chevaliers de Malte dépendant de la commanderie de Bure-les-Templiers. Thibault d'Uncey est témoin de cette fondation. Nivard de Sombernon-Fontaines, devient abbé de 1204 à 1206 de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon[1]Il confirme dans une charte de 1249 la possession de biens que son père avaient donnés aux Templiers à Uncey.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Civile, sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Dépendait du bailliage de Semur, subdélégation de Vitteaux

  • 1147 - Thibault d'Uncey
  • 1147 - Guy de Sombernon
  • 1178 - Début des abbés de l'abbaye de Saint-Seine pour partie
  • 1188 - Humbert d'Uncey
  • 1223 - Jean d'Uncey , donne des rentes à l'abbaye Saint-Pierre de Flavigny-sur-Ozerain
  • 1250 - Garnier de Mâlain, chevalier. Il donne cette année-là en gage à Humbert d'Echannay tout ce qu'il possède à Uncey pour cent livres
  • 1255 - Fin de la seigneurie sous la domination des abbés de Saint-Seine.
  • Les sires de Sombernon, puis les chevaliers de Malte qui finissent par acquérir toute la seigneurie.

Civile, depuis La Révolution[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, fait partie de l'arrondissement de Semur, du Canton de Semur-en-Auxois.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Paulette Chopard    
2014 En cours Pierre Rousseau SE Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Religieuse[modifier | modifier le code]

Avant 1789 dépendait du diocèse d'Autun, archidiaconé et archiprêtré de Flavigny. Aujourd'hui dépend du diocèse de Dijon

Curés[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1397 la population était de 14 feux soit entre 63 personnes et 70 personnes suivant le coefficient employé, ici 4,5 dans le premier cas et 5 dans le second.
  • 1666 la population est de 24 habitants pauvres et miséreux, la plupart fermiers
  • 1775, elle s'élève à 44 feux soit entre 198 personnes et 220 personnes on recense 160 communiants.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 50 habitants[Note 1], en augmentation de 11,11 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
273276307307265273276234201
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
192186182193191206181168152
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1381291131008371787578
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
746159685449484350
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Civils[modifier | modifier le code]

  • Un moulin disparu au XIXe siècle.

Religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin (paroissiale), autrefois sous le patronnage de la Cathédrale d'Autun
  • Commanderie de l'Ordre du Temple puis de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jacques Denizot, Encyclopédie de la Côte-d'Or, manuscrit conservé à la Bibliothèque Municipale de Dijon, microfilmé et tiré 18 volumes sur papier[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé L. Chomton, Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon,1900, liste des abbés
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Bibliothèque municipale de Dijon: Usuel, cote:L.944.42. DEN. Microfilm MIC 132 du manuscrit 1732

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :