Courban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courban
Image illustrative de l'article Courban
Blason de Courban
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Christian Jannet
2014-2020
Code postal 21520
Code commune 21202
Démographie
Population
municipale
175 hab. (2014)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 06″ nord, 4° 44′ 12″ est
Altitude Min. 244 m – Max. 348 m
Superficie 17,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Courban

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Courban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courban

Courban est une commune française située dans le canton de Châtillon-sur-Seine du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21202.png

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Courban est située à proximité de la départementale 965 reliant Auxerre à Chaumont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montigny-sur-Aube Veuxhaulles-sur-Aube Rose des vents
Bissey-la-Côte N Louesme
O    Courban    E
S
Villotte-sur-Ource, Maisey-le-Duc

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des vestiges gallo-romains ont été trouvés sur le territoire : mosaïques et un cippe déposé au musée du Pays Châtillonnais.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Erard de Chastenay cède au début du XIIIe siècle ses possessions auxTempliers de la commanderie d'Epailly qui deviennent les seuls seigneurs des lieux. Les Hospitaliers leur succèdent rapidement.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1578 Michel de Sèvre, grand-prieur des Hospitaliers, affranchit les habitants[1].

Dans la nuit du 11 au 12 janvier 1871, durant la guerre franco-prussienne, des partisans de la garnison de Langres font dérailler un train près de Courban.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Christian Jannet    
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent maçonné de sable, chaussé de sinople chargé de deux croisette d'or, le dit chaussé bordé d'argent ; à la champagne du même chargée d'une épée de gueules posée en fasce.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 175 habitants, en augmentation de 5,42 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 523 509 480 470 479 466 445 459
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390 402 424 399 400 380 402 380 381
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343 319 308 281 304 296 323 270 282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
246 213 201 195 142 147 160 166 175
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle de la commanderie d'Epailly, monument historique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Paris 1987, p. 126
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Jean-Bernard de Vaivre, « La commanderie d'Epailly et sa chapelle templière » in Mémoires de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, tome XXXIII, diffusion De Boccard, Paris MMV, p. 23 & 24.
  7. Notice no PA00112238, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :