Pagny-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pagny-le-Château
Pagny-le-Château
Église de Pagny-le-Château en septembre 2009.
Blason de Pagny-le-Château
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Intercommunalité Communauté de communes Rives de Saône
Maire
Mandat
Hubert Moindrot
2020-2026
Code postal 21250
Code commune 21475
Démographie
Gentilé Pagnitain
Population
municipale
509 hab. (2018 en augmentation de 2,83 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 53″ nord, 5° 11′ 41″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 193 m
Superficie 24,23 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brazey-en-Plaine
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Pagny-le-Château
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Pagny-le-Château
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pagny-le-Château
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pagny-le-Château
Liens
Site web http://www.pagnylechateau.fr

Pagny-le-Château est une commune française située dans le canton de Brazey-en-Plaine du département de la Côte-d'Or et dans la région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle se situe entre Seurre et Saint-Jean-de-Losne sur la RD 976[1].

Communes Limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Pagny-le-Château est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2020 en cours Hubert Moindrot SE Retraité
1989
2020
Jacques Chossat de Montburon UMP-LR[6] Retraité
1971
1989
Jacques Grenot SE Agriculteur
1965
1971
Robert Marchand SE Coursier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2018, la commune comptait 509 habitants[Note 3], en augmentation de 2,83 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308587590571600635662675648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
603630635623626589604588586
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
648590585513467457425453449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
422428335343477491490490493
2017 2018 - - - - - - -
514509-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au fil des siècles, cette commune porta plusieurs noms. Le premier était Pancium. Les suivants furent Paygnay-le-Château et Pagny-la-Brûlée.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Pagny-l'Égalité[11].

Aujourd'hui, le village s'appelle donc Pagny-le-Château, même si le château fort n'existe plus. Les habitants sont les Pagnitains. À ne pas confondre avec les Pagnotins, population du village voisin de Pagny-la-Ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Place des Platanes en infrarouge.

Seigneurs[12][modifier | modifier le code]

Au moins depuis les XIe-XIIe siècles, Pagny, Pouilly-sur-Saône et Seurre avec la Motte-Saint-Georges (quartier sud de Seurre), constituent un complexe féodal, un groupe de seigneuries liées, sises sur la Saône à mi-chemin entre Beaune et Dole, qu'Eglantine (de Pouilly) apporte vers 1170 à son mari Philippe (Ier) de Neublans (de la branche cadette de cette puissante Maison). Leurs fils ont Pagny : Hugues (II), et Guillaume de Neublans qui épouse Flore d'Antigny, d'où : leur fils cadet Philippe continue les sires d'Antigny ; alors que leur fils aîné Hugues III de Neublans d'Antigny poursuit les seigneuries saônoises, enrichies des biens apportés par sa femme Béatrice de Mâcon-Vienne (épousée en 1219 ; † vers 1235/1239 ; issue d'Étienne Ier Tête Hardie de Bourgogne), notamment Sainte-Croix, Lons en partie avec le bourg Saint-Désiré, Pymont et Mirebel.

Avec ces princes de la Maison de Lorraine-Elbeuf se termine la lignée héréditaire des sires/barons de Pagny, commencée six siècles plus tôt environ. En effet, Louis XIV achète Pagny en 1675 à sa cousine germaine Marie-Marguerite-Ignace (deux petits-enfants du Vert-Galant !), pour le donner à son fils naturel Louis comte de Vermandois (1667-1683), fils de la duchesse Louise de La Vallière, et ensuite à la sœur de ce dernier, Marie-Anne (1666-1739), dite la première Mademoiselle de Blois, épouse sans postérité de Louis-Armand Ier de Bourbon-Conti.

Ensuite, les ducs de La Vallière, issus de Jean-François de La Baume Le Blanc (1642-1676 ; frère de Louise de La Vallière), assument Pagny : Louis-César de La Baume Le Blanc duc de La Vallière (1708-1680, petit-neveu de la duchesse Louise ; x 1732 Anne-Julie-Françoise de Crussol d'Uzès, fille de Jean-Charles duc d'Uzès et sœur du duc Charles-Emmanuel), puis sa fille Adrienne-Émilie-Félicité de La Baume Le Blanc de la Vallière (1740-1812 ; x 1756 Louis-Gaucher duc de Châtillon, branche de Porcéan/Porcien), dont la fille aînée Amable-Émilie de Châtillon (1761-1840 ; x 1777 son cousin issu de germain Marie-François-Emmanuel de Crussol duc d'Uzès, 1756-1843 ; postérité) hérite du domaine de Pagny qu'elle transmet aux Crussol d'Uzès : cf. son fils Adrien-François-Emmanuel (1778-1837), père du duc Armand-Géraud-Victurnien (1808-1872)...

Monument historique : la chapelle castrale[modifier | modifier le code]

Chapelle castrale.

Le château fort en briques, construit au XIIe siècle pour la famille de Vienne était ceint d'épaisses murailles surmontées de créneaux et cantonnées de tours rondes. Il fut détruit, puis reconstruit vers 1530 par l'amiral Chabot : le château était alors composé d'un logis à trois étages accompagné de tours et de pavillons. Du château détruit en 1774, il ne reste qu'une partie des dépendances.

Quant à la chapelle fondée en 1297 par Philippe de Vienne, elle fut reconstruite entre le XVe siècle et le XVIe siècle pour Gérard de Longvy. Elle reçut un décor de la Renaissance, comprenant le portail sculpté daté de 1533, le clocheton de la façade et les chapiteaux historiés de la nef. Au XIXe siècle, une grande partie de son décor sculpté et de son mobilier disparut : aujourd'hui, on retrouve les pièces les plus importantes au musée de Philadelphie (États-Unis) et au musée du Louvre à Paris. On peut cependant y admirer les tombeaux de Jean de Vienne et Jeanne de Vienne, ainsi que celui de Jean de Longvy.

Actuellement, la chapelle fait toujours partie du paysage, et les nouveaux propriétaires ont construit des chambres d'hôtes dans le parc. Ainsi, les visiteurs ont une magnifique vue sur la chapelle depuis leur chambre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pagny-le-Château Blason
D'or à l'aigle bicéphale de gueules, au chef d'azur chargé de trois chabots aussi d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités décédées ou vivantes liées à Pagny-le-Château[modifier | modifier le code]

  • Jean de Vienne, général et amiral de France, né à Dole (Jura) en 1341 et mort à Nicopolis (Bulgarie) en 1396, habita durant de longues années dans l'ancien château fort de Pagny-le-Château.

À noter : La frégate qui ramenait, du au , les ressortissants français séjournant au Liban en France via Chypre, dans le cadre du rapatriement de ces derniers à la suite de l'intervention militaire d'Israël au Liban, s'appelle Jean de Vienne. Ce bateau est en service depuis 1984.

Le pôle scolaire qui est effectif depuis la rentrée 2010 s'appelle également Jean de Vienne.

Base de loisirs[modifier | modifier le code]

À Pagny-le-Château, les touristes peuvent non seulement visiter la chapelle castrale, mais ont également la possibilité de se promener au bord du lac de Chour, une étendue d'eau de 32 hectares apparue à la suite de la construction de l'A36. La promenade n'est pas la seule activité : il est désormais possible se baigner (un poste de maître-nageur a été créé en ), de pique-niquer, de faire de la planche à voile, de la plongée...

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Épicerie du Centre
  • Le Comptoir de Pagny, Bar-Restaurant.

Associations[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Association Culturelle et Sportive
  • Amicale des Sapeurs-Pompiers
  • Société de Chasse

Sécurité Civile[modifier | modifier le code]

  • Centre de première intervention (CPI) de Pagny-le-Château.

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Route départementale 976
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  6. « Résultats municipales 2020 à Pagny-le-Château », sur lemonde.fr (consulté le 27 juillet 2020).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Pagny-le-Château », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 3 août 2012)
  12. « La chapelle de l'ancien château de Pagny et les seigneurs qui ont possédé ce château, p. 304-364, par Henri Baudot, secrétaire de la Commission départementale des Antiquités », sur Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte d'Or, t. Ier, années 1838 à 1841, chez Lamarche, 1841, Dijon